TROISIÈME RÉPUBLIQUE
4 septembre 1870 - 10 juillet 1940

 

La présidence du Maréchal
MAC-MAHON
du  24 mai 1873  au 30 janvier 1879

 

Mac-Mahon_4.jpg (90953 octets)

Marie Edmée Patrice Maurice de Mac Mahon,
Duc de Magenta 1808 - 1879

Fils d'un émigré d' origine irlandaise, qui servit l'ancien régime puis le premier empire en qualité de Lieutenant général, neveu d'un pair de France sous la restauration,  Mac-Mahon  est élevé dans les traditions de la noblesse française au château de Sully en Saône et Loire. Sorti de Saint Cyr comme sous- lieutenant en 1827. Sa première qualité la bravoure qu'il montre au cours de l'expédition d'Algérie en 1830. Il participe au siège d'Anvers en 1832 mais c'est surtout en Algérie qu'il fait carrière durant 20 années il est blessé plusieurs fois il montre un courage exemplaire notamment au cours de la prise de Constantine. Il est général de division en 1852. Il rallie le second Empire sans trop de scrupule, s' illustre au cours de la guerre de Crimée en 1855 en prenant le bastion de Malakoff qui sera décisive. Il est fait Maréchal par Napoléon 3. Il est blessé et fait prisonnier par les Prussiens en 1870. Rentré en France au début de 1871 il prend le commandement de l'armée Versaillaise et dirige les opérations de reconquête de Paris au mois de mai.

Présidents de la République - Succès du Livre

  Les Légitimistes ne trouvèrent pas dans Mac-Mahon l'allié inconditionnel qu'ils espéraient. Le Général en soldat discipliné fut un observateur scrupuleux de la consigne et des lois. Il resta étranger à toute forme d'intrigue et respecta les décisions des représentants du pays. A l'instant de son élection , la fonction de Président de la République est liée à l'Assemblée, si l'assemblée est dissoute, la mission du Président prend fin. Cette situation va être modifiée par le vote du septennat  le 20 novembre 1873.

Président de l'Assemblée Nationale du 4 avril 1873 au 2 mars 1875:
Louis Joseph Buffet (Centre Droit- Monarchiste modéré)

 

 

- 1 - LE GOUVERNEMENT DE DE BROGLIE   du 25 mai 1873 au 16 mai 1874
  •  
  • Le duc Albert de Broglie (1821 - 1901)
  •        Fils du ministre de Louis Philippe et petit fils de Madame de Staël par sa mère. Il a servi dans la diplomatie jusqu'à la chute de la monarchie de Juillet. Collaborateur à la Revue des deux mondes  et du Correspondant  il est sous le second empire l'un des fondateurs de l'Union libérale. Il est élu à l'Académie Française à la suite de ses écrits sur l'Eglise et l'Empire Romain au 4èmè siècle. Député de l'Eure à l'assemblée nationale, il est nommé par Thiers ambassadeur à Londres. Il démissionne lorsque la gauche critique son rôle dans la dénonciation des traités de commerce avec l'Angleterre. Lorsque l'évolution de Thiers vers la République se confirme, il entre en conflit avec le Président . C'est lui qui prend la parole le 24 mai et qui est à l'origine de la chute de Thiers.
    De_broglie_2.jpg (36490 octets)

    Gouvernement de l'ordre moral

     
    Affaires étrangères Albert Duc de Broglie Orléaniste
    Instruction publique  et beaux arts Anselme Batbie Juriste
    Justice et cultes Jean Edmond Ernoul Bâtonnier  (légitimiste)
    Intérieur Charles Beulé Archéologue, normalien
    Finances Pierre Magne Avocat (conservateur monarchiste)
    Guerre François du Barail Général
    Marine et colonies Charles Dompierre d'Hornoy Amiral
    Travaux publics Alfred Deseilligny Directeur des forges du Creusot
    Agriculture et Commerce Marie Joseph de la Bouillerie Baron, légitimiste

    Histoire de France contemporaine -1871-1913  Larousse

    1873 (suite)

    Le nouveau président dans un message s'engage à rétablir l'ordre moral et promet un gouvernement énergiquement et résolument conservateur. Pour lui,  la religion est la base de l'ordre social

    Des discussions à l'assemblée portent sur les enterrements civils. Le Préfet du Rhône ayant décidé que lorsque le clergé ne participe pas aux obsèques les convois ne pourraient se rendre aux cimetières qu'à 6 heures du matin en été et 7 heures en hiver et par le plus court chemin. Cette décision ne fut pas contredite par l'assemblée ces enterrements étant assimilés à des manifestations anti gouvernementales. D'autre part le ministre de
    la guerre interdit aux soldats de participer à un enterrement civil d'un titulaire de la Légion d'Honneur.

    Les 27 et 28 mai 140 députés participent avec 20 000 pèlerins au pèlerinage de Chartres qui se transforme en manifestation en faveur du Comte de Chambord, Mgr Pie lance un appel en faveur de la restauration monarchique.

    Le gouvernement poursuit la réorganisation de l'armée déjà commencée par Thiers. La loi du 27 juillet 1872  prévoyait que tout Français jugé apte au service militaire devait le service militaire personnel durant 5 ans dans l'armée active, dans la réserve de l'active pendant 4 ans, l'armée territoriale pendant 5 ans, la réserve de la territoriale 6 ans dans ces trois dernières un service de 28 et 13 jours devaient être effectué ( Document, voir le livret militaire d'un trompette de cavalerie - a venir prochainement-) mais entretenir 5 classes en permanence entraînait un coût que la France pouvait difficilement supporter aussi par tirage au sort la moitié des appelés ne faisait que 6 mois . Des dispenses pouvant être accordées ( fils d'un père septuagénaire, soutient indispensable de famille, enseignant ayant contracté un engagement de 10 ans, séminariste désigné par son évêque...) . Le 24 juillet 1873   la France est scindée en 18 corps d'armée à la tête de chacun est placé un général .

    Bazaine est passé en jugement, du 6 au 10 octobre, sa reddition étant considérée comme une trahison. Un de ses juges est le duc d'Aumale. Il est condamné à mort , mais le conseil de guerre demande à Mac-Mahon qu'il ne fasse pas exécuter la sentence. Mac-Mahon commue la peine en 20 ans de prison , il est incarcéré au fort de l'île Sainte Marguerite au large de Cannes.

    La restauration monarchique est toujours à l'ordre du jour chez les royalistes qui croient que le comte de Chambord auquel le descendant de Louis-Philippe s'était rallié, acceptera finalement le drapeau tricolore. Gambetta, Louis Blanc, Brisson et Peyrat publient un manifeste contre la restauration déclarant que la restauration serait à nouveau une cause de troubles dans le pays. Les gauches créent un comité d'action contre la restauration le 24 octobre 73. Les Bonapartistes sont également opposés à la restauration. Le 30 octobre tous les espoirs des royalistes s'évanouissent suite à une lettre du comte de Chambord qui reste inflexible "ma personne n'est rien, mes principes sont tout"  . Le 10 novembre, persuadé que Mac-Mahon va le faire proclamer roi par l'assemblée, le comte de Chambord demande une entrevue à Mac-Mahon qui refuse il repart en exil le 20 novembre .

    Après la démission de deux ministres légitimistes Ernoul et la Bouillerie, le 25 novembre 1973,   de Broglie forme un second gouvernement

    Affaires étrangères Louis Decazes Duc, royaliste
    Instruction publique cultes et beaux arts Marie François  Fourtou Juge de paix, conservateur
    Justice Octave Depeyre Avocat
    Intérieur Albert de Broglie Duc, Orléaniste
    Finances Pierre Magne  Avocat  conservateur monarchiste
    Guerre François du Barail Général
    Marine et colonies Charles Dompierre d'Hornoy  Amiral
    Travaux publics Baron de Larcy  
    Agriculture et Commerce Alfred Deseilligny Directeur des forges du Creusot

     1874

    Le 20 janvier 1874 vote de la loi sur les maires par 359 voix contre 318. Dans les chefs-lieux de département, d'arrondissement et de canton les maires sont nommés par décret présidentiel, dans les autres communes par arrêté préfectoral. De février à avril tous les maires furent renouvelés et il furent "rappelés au sentiment de la subordination" Il faudra attendre 1882 pour que tous les maires soient désignés par leurs conseillers municipaux.

    Le 16 mai de Broglie propose une loi restreignant le droit au suffrage, un député demande que la priorité soit accordée à une loi sur les élections municipales, un vote est effectué sur les priorités, de Broglie est battu il démissionne avec son gouvernement .

    Travail des enfants: Le 19 mai une loi interdit l'embauche d'enfants de moins de 10 ans et le travail de nuit des enfants. Il fixe la durée de la journée de travail des moins de 12 ans à 6 heures et à 12 heures pour les enfants âgés de 12 à 16 ans.

  •  

    - 2 - LE GOUVERNEMENT CISSEY   du 22 mai 1874 au 10 mars 1875
     


    Le Général Ernest Louis Octave Courtot de CISSEY (1810 - 1882)

    Personnage  dont on sait peu de chose. Il participe sous les ordres de Mac-Mahon à la reconquête de Paris sous la commune. Il commande les troupes dans le 7ème arrondissement. Le 26 mai il fait fusiller à genoux sur les marches du  Panthéon Jean-Baptiste Millière député de la seine mais il faut dire à sa décharge que les fédérés venaient de fusiller 49 otages (le savait-il?, la fureur était générale)
    Le 28 mai 1871 Thiers à la faveur d'un remaniement  le nomme Ministre de la guerre, il y restera jusqu'au 24 mai 1873 jour du renversement de Thiers. Il sera ministre de la guerre à nouveau dans les deux prochains gouvernements.
    Il est accusé de trahison en 1880 lorsqu'on découvre qu'il était l'amant d'une espionne allemande, Mme de Kaulla.
    Bien que sa trahison ne soit pas prouvée, on démontre néanmoins qu'il a dilapidé les fonds secrets de son ministère. Il est contraint à démissionner.
    Sur le plan politique, il se situe à Droite ou Centre droit

    Cissey_2.jpg (29585 octets)

    Gouvernement

    Affaires étrangères Louis Decazes Duc, royaliste
    Instruction publique  et beaux arts Arthur Cumont Vicomte
    Justice et cultes Adrien Tailhand Procureur, Avocat général
    lntérieur Marie-François Fourtou (remplacé le 20/7 par François Chabaud La Tour) Juge de paix, conservateur (Fourtou). Baron Général orléaniste ( Flattot de Chabaud-Latour )
    Finances Pierre Magne (remplacé le 20/7 par Mathieu Bodet) Avocat  conservateur monarchiste (Magne), Avocat (Bodet)
    Guerre Ernest Cissey Général
    Marine et colonies Louis de Montaignac Amiral
    Travaux publics Eugène Caillaux (1) Ingénieur des ponts (royaliste)
    Agriculture et Commerce Louis Grivart Bâtonnier

    Histoire de France contemporaine -1871-1913  Larousse

     (1) Eugène Caillaux est le père de Joseph Caillaux qui contrairement à son père qui est catholique et royaliste sera républicain et radical

    La loi sur les élections municipales est votée. Le 7 juillet 1874 , le droit de vote est fixé à 21 ans et deux ans de résidence dans la commune. La loi sur la désignation des maires par le gouvernement est prorogée de 2 années.

    Un concours est ouvert pour modifier le fusil Chassepot qui utilise des cartouches en papier. Un officier du génie Basile Gras proposa un modèle utilisant des cartouches à enveloppe métallique . En 1874 toute l'armée fut équipé du nouveau "fusil-gras"
     

  • Création du corps des Inspecteurs du travail ils sont créés afin de surveiller que la loi sur le travail des enfants ( 19 mai 1874 ) est respectée. Le rôle des inspecteurs sera étendu en 1892

    1875

    La discussion sur les institutions est toujours de rigueur peut-on affirmer que la république est le gouvernement permanent de la France ?
    En effet après le désastre de la guerre avec la Prusse, les institutions ne reposent sur aucun texte. La composition de l'assemblée à majorité royaliste ne semble pas refléter l'opinion des Français puisque la plus part des élections partielles voient les candidats républicains élus. Les républicains ne cessent de demander la dissolution de l'assemblée mais la majorité s'y oppose. La rédaction et le vote des lois constitutionnelles sont donc importantes mais leur contenu est sujet à de vifs débats.
           Le 21 janvier, le député Ventavon dépose un projet de loi constitutionnelle qui prévoit que "Le pouvoir législatif s'exerce par deux assemblées, la Chambre des députés et le Sénat . La Chambre des députés est nommée par le suffrage universel dans les conditions déterminées par la loi électorale. Le Sénat se composera de membres élus ou nommés et aux conditions qui seront réglées par une loi spéciale."
         
     Le 30 janvier 1875, le républicain Henri Wallon parvint à faire voter le texte qui fondait la République "Le président de la République est élu à la majorité des suffrages par le Sénat et par la Chambre des députés réunis en assemblée nationale. Il est nommé pour sept ans. Il est rééligible." l'adoption de ce texte fut obtenue par 353 voix contre 352.
           Le 24 février les divers articles sur le Sénat présenté par Henri Wallon sont définitivement adoptés  par 425 voix contre 224. Le Sénat comprend 300 membres dont 225 sont élus au scrutin de liste pour 9 ans renouvelés par tiers par des collèges départementaux comprenant les députés, les conseillers généraux, les conseillers d'arrondissement et un délégué par conseil municipal (soit 420 000 électeurs) les 75 autres sont inamovibles et élus par l'Assemblée nationale.

    Commencée en 1862, le 5 janvier a lieu l'inauguration de l'Opéra de Paris chef d'œuvre de l'architecte Charles Garnier

    La situation politique évoluant Cissey étant de droite et ayant voté contre la loi, un nouveau gouvernement s'imposait.

  •  

    Président de l'assemblée nationale

    Gaston d'Audiffret - Pasquier
    (Centre Droit -Monarchiste modéré)

    du 15 mars 1875  au 6 mars 1876

    r

    Précédent

    Suivant

     


     -3- LE GOUVERNEMENT BUFFET   du 10 mars 1875 au 23 février 1876
     

     

    Louis BUFFET ( 1818 - 1898)

    Avocat né à Mirecourt représentant les Vosges à la constituante de 1848, vote avec la gauche dynastique puis se rallie à LN Bonaparte qui le fait ministre de l'agriculture et du commerce  en décembre 1848. Il se retire en 1849. Il est réélu  à l'assemblée il est reconduit dans cette fonction en avril 51 et rentre dans la vie privée en décembre. En 1864 il est réélu dans les Vosges mais dans une liste d'opposition. Il devient  ministre des finances en janvier 1870 qu'il quittera le 14 avril. Il devient président de l'Assemblée nationale le 4 avril 1873 en remplacement de Jules Grévy qui a démissionné, il contribuera au renversement de Thiers le mois suivant.  Député de droite qui considérait que le danger bonapartiste était beaucoup moins grand que le danger républicain.

    Buffet_2.jpg (40963 octets)

    Gouvernement

    Affaires étrangères Louis Decazes Duc, Orléaniste
    Instruction publique  et beaux arts Henri  Wallon Historien, professeur  - Centre gauche
    Justice et cultes Jules Dufaure Modéré - Centre gauche
    Intérieur Louis Buffet Avocat
    Finances Léon Say Directeur de journal - Centre gauche
    Guerre Ernest Cissey Général -- Droite
    Marine et colonies Louis de Montaignac Amiral -- Droite
    Travaux publics Eugène Caillaux Ingénieur des ponts
    Agriculture et Commerce Marie-Camille Meaux Vicomte Alfred de Meaux -- Droite

    Histoire de France contemporaine -1871-1913  Larousse

    Buffet qui était président de l'Assemblée nationale est remplacé par le duc Audiffret-Pasquier. .


    L'Assemblée règle les problèmes de relations entre le législatif et l'exécutif. Le Président de la République sera élu par les deux chambre réunies . Son mandat est de 7 ans. Le président ne dispose pas de veto législatif mais peut demander un nouveau débat après le vote d'une loi. La Chambre des députés sera élue au suffrage universel par scrutin d'arrondissement elle sera intégralement renouvelée tous les 4 ans

    Le 29 mars enterrement d'Edgar Quinet écrivain et historien, émigré pendant l'empire comme Victor Hugo, il était lu passionnément par Jean Jaurès et Jules Ferry. Il fut élu à Paris avec Louis Blanc, Victor Hugo, Guiseppe Garibaldi et Léon Gambetta. Ayant choisi d'être enterré civilement il n'eut pas les honneurs officiels mais 100 000 personnes l'ont accompagné

    L'Assemblée adopte une loi sur l'enseignement supérieur . Cinq "universités libres" ouvrent leurs portes: Paris, Lille, Angers, Lyon et Toulouse

    Élection par l'Assemblée des 75 membres permanents du Sénat les Républicains emportent 57 sièges les conservateurs 18.

    Egypte:
    En novembre 1875, le Khédive (titre du Pacha d' Egypte à cette époque équivalent à vice-roi) Ismaïl d'Egypte en graves difficultés financières vend ses parts dans la canal de Suez. Il les propose à la France qui en détient déjà plus de la moitié, mais trop préoccupé par d'autres sujets elle ne répond pas . Lorsque le canal n'était qu'en projet, l'Angleterre y était opposée aussi n'avait-elle pas participé à son financement. Plus tard des financiers anglais voulurent acheter tout ou partie du canal, l'occasion était bonne, c'est l'Angleterre qui les achètent pour environ pour 4 millions de livres sterling. Selon Charles Mazade c'était "l'expropriation de l' Egypte pour cause d'utilité Britannique" (suite en 1876)

    Le 20 décembre 1875, rapport de la commission des grâces sur la répression de la commune sur 9596 condamnations prononcées, 6501 recours en grâce ont été étudiés, 2570 grâces ont été prononcées dont 84 portant sur les 110 condamnations à mort . Au 1er juillet restaient 3 609 déportés, 240 condamnés aux travaux forcés, et 1647 détenus en France. En juin 1876 Mac-Mahon accorde grâces ou réductions de peine à 87 communard et demande au ministre de la guerre de ne plus ouvrir d'information contre les insurgés.

    En 1875 les lois constitutionnelles furent établies et votées. Dans une large mesure ces lois ont persisté on peut dire que la république dans laquelle nous vivons s'est fondée en 1875.

    Le 31 décembre 1875, les textes ayant été modifiés l'Assemblée prononce sa dissolution, fixe les élections aux 30 janvier et 20 février 1876.


    1876

    Les élections:
    Le 30 janvier 1876 ont lieu les élections sénatoriales :
        Au total avec les membres permanents déjà désignés, le Sénat est composé de 134 conservateurs et bonapartistes et 170 républicains ou ralliés (92 républicains). La loi sur la nomination des maires par décret présidentiel influença le vote puisque les maires étaient électeurs
    Le 20 février et 5 mars c'est le tour de l'Assemblée:
        Elle comprendra 339 républicains de toutes tendances et 22 constitutionnels contre 78 monarchistes et 75 bonapartistes. Decazes, Ernoul et Buffet sont battus . Paris a élu 3 députés d'extrême gauche Raspail, Lockroy, Clemenceau . Thiers est élu à Paris , Gambetta à Paris , Marseille, Lille et Bordeaux.

    Le 8 mars séance solennelle d'installation des chambres. Jules Grévy est élu président de l'Assemblée. Le duc Audiffret-Pasquier président du Sénat. Un nouveau gouvernement sera constitué par Dufaure

       

    Président de l'assemblée nationale
    Jules Grévy

    (Gauche Républicaine)

    du 13 mars 1976 au 30 janvier 1879

    r

    Précédent

    Suivant


     


     
    4 - LE GOUVERNEMENT DUFAURE   du 09 mars 1876 au 2 décembre 1876
     

     

    Jules Armand Stanislas DUFAURE ( 1788 - 1881)

    Catholique libéral il partage les idées sociales de la droite "La République disait-il dans sa déclaration du 14 mars 1876 a besoin plus que tout autre forme de gouvernement de s'appuyer sur les saintes lois de la religion de la morale et de la famille". Attaché fermement à la république, il était peu sympathiques aux royalistes et comme les gauches lui accordaient qu'une confiance modérée , il était dans les conditions les plus malaisées pour gouverner

     

  • Dufaure_2.jpg (36264 octets)

    Gouvernement

     
    Affaires étrangères Louis Decazes Duc, royaliste
    Instruction publique  et beaux arts William Waddington Archéologue
    Justice et cultes Jules Dufaure Modéré
    Intérieur Amable Ricard ( remplacé le 15 mai 76 par Emile Marcère) Avocat (Ricard), Magistrat républicain (Marcère)
    Finances Léon Say Directeur de journal
    Guerre Ernest Cissey (remplacé le 15 août 76 par  Jean-Auguste Berthaut) Généraux (Cissey et Berthaut),
    Marine et colonies Léon-Martin Fourichon Vice-Amiral, gouverneur de la Guyane
    Travaux publics Albert Christophle Avocat
    Agriculture et Commerce Pierre-Edmond Teisserinc de Bort Polytechnicien

    Histoire de France contemporaine -1871-1913  Larousse

    Le 13 août Jules Ferry propose une loi qui permet aux conseillers municipaux de désigner leur maire. La loi est votée le 8 octobre 33000 communes élisent leur maires.

    Du 2 au 10 octobre premier congrès des chambres syndicales, regroupant  les délégués de 350 organisations ( il y en avait 135 en 1875) Joseph Barberet le chef de file des partisans d'un mouvement coopératif et  mutualiste réussit à faire prévaloir ses thèses contre le courant collectiviste de Jules Guesde.

    Egypte:
    En Novembre 1876 le Khédive d'Egypte ne redresse pas sa situation financière, il est amené à accepter des contrôleurs de gestion un Anglais et un Français. En mai, la banqueroute de l'Egypte entraîne dans sa chute le Crédit Foncier. Une enquête est effectuée sur la gestion de cette banque. Le désengagement du Crédit Foncier en Egypte permettra de sauver la banque (suite en 1878 )

    Soutenue par Gambetta une loi d'amnistie partielle pour les faits relatifs à la commune est votée par l'Assemblée mais le Sénat oppose son veto.   Dufaure démissionne

    Dissolution de la 1ére internationale ouvrière à Philadelphie qui suite à l'expulsion des anarchistes n'est plus devenue que l'ombre d'elle même. Elle avait été créée en 1867.

  •  


     
    - 5 - LE GOUVERNEMENT JULES SIMON   du 12 décembre 1876 au 16 mai 1877
     

     

    Jules SIMON  (Jules François Simon Suisse dit) ( 1814 - 1896)

    Agrégé en 1836, docteur en philosophie en 39 il est suppléant de Victor Cousin à la Sorbonne . Il représente les Côtes du Nord en 1848, il siège avec les républicains modérés; Il est nommé au conseil d'Etat en 49 et reprend ses enseignements. Il condamne le coup d'état du 2 décembre 51 il est suspendu de ses fonctions. Il consacre son temps à l'écriture. Les élections de 1863 le ramènent à la politique il fait alors partie de l'infime minorité républicaine . Il est réélu en 69 où il soutient Thiers. Membre du gouvernement de défense nationale il s'oppose au jusqu'au-boutisme de Gambetta. Élu à nouveau en 71 il est un solide soutient à Thiers . Il accède à la présidence du conseil en 76. Sa chute le 16 mai 77 verra la fin de sa carrière politique.
     

    Simon82.jpg (33498 octets)

    Gouvernement

    Affaires étrangères Louis Decazes Duc, royaliste
    Instruction publique  et beaux arts William Waddington Archéologue
    Justice et cultes Louis Martel Avocat, président de la commission des grâces ( commune)
    lntérieur Jules Simon Professeur, républicain modéré
    Finances Léon Say Directeur de journal
    Guerre Jean-Auguste Berthaut Général
    Marine et colonies Léon-Martin Fourichon Vice-Amiral, gouverneur de la Guyane
    Travaux publics Albert Christophle Avocat
    Agriculture et Commerce Pierre-Edmond Teisserinc de Bort Polytechnicien

    Histoire de France contemporaine -1871-1913  Larousse

    Le 14 décembre Jules Simon déclare " Nous voulons, comme cette majorité, le maintient, l' établissement définitif de la Constitution républicaine que la France s'est donnée"
     


    1877

    En janvier 1877, Préfets et sous Préfets sont remplacés dans 75 départements, ce sont pour l'essentiel des personnes nommées avant 1870 (par Napoléon 3)

    Le décret du 17 février 1852 ( autorisation préalable pour la création d'un journal, interdit de rendre compte des débats parlementaire, et des procès, possibilité de suspendre un journal au deuxième avertissement etc...) est abrogé.

    Le problème du pouvoir temporel du pape empoisonne la vie politique déjà depuis que l'unité de l'Italie s'est faite. La France qui avait toujours défendu le pape et qui était à l'origine de l'Etat papal (donation de Pépin), avait toujours été le défenseur de cet état. Elle s'était trouvée en porte-à-faux: aider les révolutionnaires, ou protéger le pape et avait opté pour ce dernier. Elle est, depuis l'unité de l'Italie qui prive le pape d'un État, en ébullition, redonner un état au pape c'est déclarer la guerre à l'Italie. Des pétitions circulent pratiquement en permanence souvent organisées par les Évêques. Le 23 avril 1877 Jules Simon interdit ce genre de pétitions. Il est soutenu par la Chambre le 5 mai qui lui demande de prendre des mesures par 346 voix contre 114

    Suite au vote de la chambre d'un texte qui abroge la loi du 29 décembre 1875 qui attribue aux tribunaux correctionnels et non aux cours d'assises le pouvoir de juger les offenses envers le gouvernement et les chefs d' état étrangers contre l'avis de Jules Simon, Mac-Mahon intervient et Jules Simon démissionne .

     

     
    6 - TROISIEME GOUVERNEMENT DE BROGLIE   du 17 mai 1877 au 19 novembre 1877
     

     

    Le duc Albert de Broglie (1821 - 1901) - voir en début de fiche le premier gouvernement de Broglie

    Son gouvernement:

    Affaires étrangères Louis Decazes Duc, royaliste
    Instruction publique cultes  et beaux arts Joseph- Mathieu Brunet Magistrat puis Avocat
    Justice Albert de Broglie Orléaniste
    lntérieur Marie-Joseph Fourtou Juge de paix, conservateur (Fourtou)
    Finances Eugène   Caillaux Ingénieur des ponts
    Guerre Jean-Auguste Berthaut Général
    Marine et colonies Albert Gicquel des Touches Amiral
    Travaux publics Auguste Paris Avocat
    Agriculture et Commerce Marie Camille Meaux Vicomte Alfred de Meaux

    Mac-Mahon dans un message aux députés indique qu'il peut nommer les ministres à sa guise jusqu'en 1880 et qu'il peut prendre l'initiative d'une révision constitutionnelle. 363 députés signent un manifeste dans lequel ils s'élèvent contre la démission forcée de Jules Simon annonce une probable dissolution de l'assemblée et demande aux électeurs de rester fidèles à leurs convictions républicaines.

    Le 16 juin, Mac-Mahon demande au Sénat l'autorisation de dissoudre la Chambre des députés elle lui sera accordée le 23 juin 1877 par 149 voix contre 130, le 25 juin Mac-Mahon dissout la chambre des députés

    Le 24 juillet le ministre des finances ordonne aux fonctionnaires de se mettre, dans le cadre des élections au service du gouvernement, 4% des maires sont révoqués ainsi que plusieurs centaines de fonctionnaires.

    Mac-Mahon au cours de déplacements officiels invite les électeurs à se prononcer pour une majorité " qui rétablisse l'accord un instant troublé par les pouvoirs publics.

    Le 10 août 1877 la Suède vent à la France l'ile de Saint Barthélemy pour une somme de 400 000 francs

    le 15 août à Lille Gambetta dénonce le "coup d'état" du 16 mai et dénonce la volonté de Mac-Mahon de se maintenir en cas de victoire des républicains. Il y prononcera la phrase célèbre " Quand la France aura fait entendre sa voix souveraine, il faudra se soumettre ou se démettre " Fourtou engage des poursuites pour offense envers le Président de la république. Gambetta est condamné à 3 mois de prison il fait appel le 10 septembre.

    Thiers décède le 3 septembre il est inhumé le 8 au père Lachaise. Le gouvernement prêt à prendre en charge les frais d'obsèques s'opposa aux volontés de Mme Thiers qui voulait imposer les personnalités mises en avant au cours des cérémonies, le gouvernement renonça. L'église où devait se dérouler la cérémonie religieuse, Notre Dame de Lorette  jugée trop petite pour pour recevoir les invités , elle demanda l'église de la Madeleine elle lui fut refusée par Mgr Guibert

    L'Italie s'inquiète de l'influence du clergé français dans les élections, un retour des royalistes pourrait entraîner un conflit avec l'Italie ( pour rétablir le pouvoir temporel papal). Elle recherche la solidarité Allemande et l'obtient

    Les 14 et 28 octobre ont lieu les élections, participation élevée 80%, les républicains obtiennent 4 200 000 voix contre 3 600 000 aux conservateurs. La nouvelle chambre compte 321 députés républicains et 207 conservateurs. Le 4 novembre , renouvellement partiel des conseillers généraux les républicains gagnent 14 nouveaux départements ils contrôlent désormais 50 départements sur 80.

    Malgré sa volonté de rester en place de Broglie démissionne le 21 novembre. Chargé de constituer un gouvernement Rochebouët n'obtient pas la confiance, Mac-Mahon se résigne à appeler Dufaure

     

     
    Président de la Chambre des député du 10 novembre 1877 au 30 janvier 1879:
    Jules Grévy  (Gauche Républicaine)

     

     


     
    - 7 - SECOND GOUVERNEMENT DUFAURE   du 13 décembre 1877 au 30 janvier 1879
     

     

    Jules Armand Stanislas DUFAURE ( 1788 - 1881) (- voir plus haut le premier gouvernement Dufaure)

    Son gouvernement:

    Affaires étrangères William Waddington Archéologue
    Instruction publique cultes  et beaux arts Benjamin Bardoux Avocat
    Justice Jules Dufaure Modéré
    Intérieur Emile Marcère Magistrat républicain
    Finances Léon Say Directeur de journal
    Guerre Jean-Louis Borel  Général
    Marine et colonies Louis Pothuau, Amiral
    Travaux publics Louis Freycinet Ingénieur Polytechnique, mines
    Agriculture et Commerce Pierre Teisserinc de Bort Polytechnicien

    Le 18 décembre , les instituteurs suspendus ou révoqués depuis le 16 mai sont réintégrés

    1878

    Le plan Freycinet:
    Début janvier 1878 Freycinet présente à Mac-Mahon le plan d'équipement du territoire français 18 000km de lignes ferroviaires supplémentaires, la construction de 1900km de canaux, la normalisation des écluses, la modernisation de 76 établissements portuaires, il sera voté le 28 décembre 1879.
    Le coût du plan Freycinet est évalué à 5,2 milliards financé par l'émission d'une rente 3%. La chambre nationalise les compagnies de chemins de fer de l'ouest en difficulté et notamment la compagnie d'Orléans Le plan Freycinet prévoit que sur le plan ferroviaire chaque sous préfecture soit reliée au réseau ferré. Ce plan va avoir des conséquences:
    -  tout d'abord sur le plan économique et industriel. Les industries concernées, ayant un marché intérieur substantiel vont laisser de coté l'export et l'aspect concurrentiel international ce qui va les laisser démunies après ces important marchés. Les sommes mobilisées pour mener à bien ce plan va drainer les finances et raréfier l'argent pour d'autres projets.
    - sur le plan aménagement du territoire l'option prise de désenclaver les campagnes et de faire remonter toutes les lignes vers Paris va peser jusqu'à nos jours mais l'aspect organisationnel, uniformité des voies, rationalisation des gares sont un atout ( en Angleterre, Londres possède 13 terminaux ferroviaires et en 1840, 200 compagnies géraient des lignes incompatibles les unes avec les autres)

    Gambetta se prononce pour l'impôt progressif sur le revenu qui à ce jour à toujours été repoussé.

    1er mai ouverture de l'exposition universelle au palais du Trocadéro ( il sera remplacé par le Palais de Chaillot en 1937 ) . Le jour de l'inauguration, la garde républicaine, après en avoir demandé l'autorisation au ministre de l'intérieur joue "la Marseillaise ". Hymne de gauche réputé séditieux, elle est accueillie dans l' enthousiasme. Mac-Mahon en fera le reproche à son ministre. Au cours de cette exposition pour laquelle le palais du Trocadero a été construit ( il sera détruit en 1937 et remplacé par l'actuel palais de Chaillot) , les visiteurs ont pu admirer la tête de la statue de la liberté du sculpteur Bartholdi qui sera offerte aux Etats Unis en 1886.  L'exposition comportera 52 835 exposants dont 25 872 français et accueillera 14 millions de visiteurs. Les dépenses ont dépassé 35 millions de francs la recette ont atteint les 23 millions de francs
     


    Palais du Trocadero

    Tête de la statue de la liberté exposée dans le Champ de mars

     

    1er mai ouverture de l'exposition universelle au palais du Trocadéro ( il sera remplacé par le Palais de Chaillot en 1937 ) . Le jour de l'inauguration, la garde républicaine, après en avoir demandé l'autorisation au ministre de l'intérieur joue "la Marseillaise ". Hymne de gauche réputé séditieux, elle est accueillie dans l' enthousiasme. Mac-Mahon en fera le reproche à son ministre. Elle comportera 52 835 exposants dont 25 872 français et accueillera 14 millions de visiteurs. Les dépenses ont dépassé 35 millions de francs la recette ont atteint les 23 millions de francs

    Mgr Dupanloup proteste contre la commémoration prévue le 30 mai du centenaire de la mort de Voltaire. Pour lui, il s'agit d'une déclaration de guerre au christianisme. Les catholique ripostent en organisant un pèlerinage à Domrémy et l'ouverture d'une souscription pour l'érection d'un monument à Jeanne d'Arc. En réponse, Gambetta déclare "je me sens l'esprit assez libre pour être le dévot de Jeanne la Lorraine et l'admirateur et le disciple de Voltaire"

    Le plus beau jour fut le 30 juin (1878), jour choisi pour célébrer « la paix et le travail ». Ce jour-là, qui débuta par l’inauguration de la statue de la République de Clésinger au Champ-de-Mars, Paris ne fut plus que lampions, lumières et musique ; pas une rue, pas une maison qui ne fût pavoisée d’oriflammes et de drapeaux. Le spectacle, unique et grandiose, devait marquer la foule immense qui, de l’aube jusque tard dans la nuit, envahit les places, jardins, boulevards et jusqu’aux plus petites rues, qui devinrent autant de lieux à célébrer par le chant, la poésie, le dessin ou la peinture.
    Extrait du site "l'histoire par l'image "
    Chantal Georgel

    Tableau de Claude Monet visible au musée d'Orsay à Paris

     

    Jean Baptiste  dit Auguste Clésinger (1814 - 1883)  La statue de la république symbolise la constitution  de 1875  dont les lois sont inscrites sur la tablette sous le bras gauche de la statue . C'est une sculpture monumentale de 1m10 de hauteur. Elle fut commandée par l'Etat.
    Cependant c'est la statue de Léopold Morice (1846-1919) qui fut choisie pour symboliser la république sur la place parisienne.
    La version définitive sera inaugurée en 1883. Sur le socle on peut remarquer notamment une statue "la liberté éclairant le monde " de Bartoldi
    Egypte:
    Depuis plusieurs années l'Egypte est en difficulté financière.  Elle a déjà vendu toutes ses participations dans le canal de Suez , la France et l' Angleterre détiennent la totalité des parts. En novembre 76 le Khédive doit accepter des contrôleurs de gestion mais la situation continuant à se dégrader, sa dette s'élève à plus d'un milliard de francs, il doit nommer une commission internationale d'enquête chargée de déterminer les causes du déficit et les moyens d'y parer. En août 1878 le Khédive Ismaïl accepte les conclusions de l'enquête et charge Nubar pacha de former un gouvernement   dans lequel deux postes sont réservés à des Européens. L'Anglais Wilson détiendra le portefeuille des finances et le Français Blignères celui des travaux publics. L'Egypte devenait un condominium Franco-Anglais (suite en 1879)

    Un soulèvement canaque est écrasé en Nouvelle Calédonie en juillet 78 d'autres auront lieu en septembre et octobre

    le 28 octobre 1878, le parlementaire Camille Sée dépose un projet de loi visant à organiser l'enseignement secondaire des jeunes filles, cette loi sera adoptée définitivement en 1879 et sera complétée en 1881

    L'emprunt destiné à financer le plan Freycinet n'est pas un succès, Léon Say introduit les titres en bourse à un cours avantageux, il est couvert instantanément . On soupçonne Say d'avoir manœuvré au profit de la banque Rothschild qui empoche d'énormes plus-values

     

    1879

    Le 5 janvier 1879, élections Sénatoriales dans 29 départements, les sortants 18 républicains et 56 conservateurs sont remplacés par 58 républicains et 16 conservateurs. Les républicains sont maintenant majoritaire au Sénat.

    Mac-Mahon accorde, le 16 janvier 1879, 2245 grâces à des condamnés de la commune.  Il reste 1067 communards déportés en Nouvelle Calédonie.

    Mac-Mahon démissionne le 30 janvier 1879 les deux chambres se réunissent pour élire un nouveau président, Jules Grévy est élu au premier tour par 563 voix sur 662.

    Gambetta est élu président de la Chambre des Députés le 1er février

    Président de l'assemblée nationale
    Léon Gambetta
    (Union républicaine)

    du 1er février 1879 au 27 octobre 1881

    r

    Précédent

    Suivant

     

    précédentes: Thiers Informations économiques - Mac-Mahon suivantes: Grévi_1
             

    Krash boursier (suite)
    En mai une bulle immobilière de crève en Autriche, la bourse perd instantanément 30% de sa valeur. Le prix des immeubles à Vienne s'effondrent  Les gens sont pris de panique , devant ce tohu-bohu l'empereur demande l'origine de ce boucan ( qui se dit Krach, en allemand d'où l'origine de Krach boursier) Il va suivre une dépression qui va durer jusqu'en 1890. En moins de 3 mois 89 banques de Vienne et de Budapest déposent leur bilan, les capitaux étrangers fuient l'Autriche. Puis c'est la contamination d'abord de l'Allemagne qui était guettée par l'inflation du fait des indemnités de guerre versées par la France puis les Etats Unis. Le 18 septembre c'est la bourse de New York qui s'effondre au point qu'elle restera fermée pendant 10 jours. Pendant 10 ans l'onde va se propager (suite en 1882)

     La révolution de l'électricité bat son plein :
     Le téléphone est inventé par Graham Bell * aux Etats Unis . Paris est la première ville d'Europe à posséder un réseau téléphonique en 1879;
     James Clark Maxwell * et Heinrich Hertz * découvrent les ondes électromagnétiques en 1895 , Guglielmo Marconi * conçoit le télégraphe sans fil en 1896
     Nikaulaus Otto réalise le moteur thermique   à 4 temps en 1876
     Premiers Pipe-lines et premiers navires Tankers en 1875 et 1877 aux Etats Unis

    * Pour plus de détails ouvrir le site d'histoire de l'électricité

     

    QUI GOUVERNE CHEZ NOS AMIS ET/OU ENNEMIS
     

    AU VATICAN
    Pape Pie 9 ( 1846 - 1878 ),  Léon 13 (1878 - 1903)
    GRANDE-BRETAGNE
    Souverain Victoria (1837 - 1901)
    Premier Ministre William Ewart Gladstone (1868 - 1874), Benjamin Disraeli (1874 - 1880)
    ESPAGNE
    Souverain  Amédée 1er ( 1870 - 1873) République de 1873 à 1874, Alphonse 12 (1874 - 1886),
    PORTUGAL
    Souverain   Louis 1er le Populaire ( 1861 - 1889 )
    ETATS-UNIS D'AMERIQUE
    Président Ulysses Simpson Grant (1869 - 1877),  Rutherford B. Hayes ( 1877 - 1881 ),
    EMPIRE  ALLEMAND
    (2ème Reich)
    Souverain Guillaume 1er (1861 - 1888)
    Chancelier Bismarck (1872 - 1890)
    AUTRICHE
    Souverain François Joseph 1er (1848 - 1916 règne exceptionnel de 68 ans )
    RUSSIE
    Souverain - Tsar Alexandre 2 ( 1855 - 1881 ), Alexandre 3 (1881 - 1894)

     

     

    EN FRANCE ET AILLEURS

            - Dix-sept états signent à Paris la convention du mètre, le Bureau International des Poids et Mesures (BIPM) est créé
            -
    La France compte, en 1876, 36 900 000 habitants , elle en comptait 38 millions en 1869
            - En 1875 dans les mairies, le buste de Marianne remplace celui de Napoléon 3, on ne sait pas réellement pourquoi ce prénom très populaire à l'époque a été choisi pour symboliser la république
            - L'Allemand Nicolas Otto brevète le moteur à 4 temps (1876)
            - Aux Etat Unis Alexander Graham Bell invente le téléphone (1876) et Edison le phonographe
            - En France, le bateau "le frigorifique" fait le trajet Buénos Aires - Rouen avec 35 tonnes de viande conservée à 2°, Cailleret réussi la liquéfaction de l'oxygène. Début des travaux de construction du Sacré Cœur (1876). Monet peint la gare Saint Lazare et la rue Montorgueil. En 1881 les infirmières laïques remplacent les religieuses dans les hôpitaux
            - En Norvège Grieg compose "Peer Gynt"
            - En Russie Tchaïkovski crée son ballet "le lac des cygnes"
            - En Angleterre Stevenson publie l'île au trésor

     

    La présidence de Thiers Répertoire alphabétique Liste des documents

    Retour à la page d'accueil

    Retour au tableau synthétique La première présidence de Jules Grévy

     

    Informations sur la fiche
    Numéro 114/144
    Numéro - 3ème République 5/19
    Dernière révision 30/03/2016