TROISIÈME RÉPUBLIQUE
4 septembre 1870 - 10 juillet 1940

 

 

Présidence de Armand Fallières
du 18 février 1906 au 18 janvier 1913

 

Fallieres_3.jpg (105702 octets)

Armand Fallières (1841 - 1931)

Avocat au barreau de Nérac, et maire de cette ville , il est révoqué par le ministère le 24 mai 1873 (Voir en fin de fiche) . Il se présente aux élections législatives en 1876 . A la chambre il est vice président de la gauche républicaine . Il entre au Sénat en 1890 dont il sera le président en remplacement d' Émile Loubet en 1899. Candidat des gauches à la présidence de la République il est élu le 17 janvier 1906 au premier tour .L a passation des pouvoirs se fera à l'achèvement du mandat de Loubet le 18 février 1906. Il se tiendra en dehors des affrontements politiques.

Présidents de la République  -  Succès du Livre

 

Président de l'Assemblée Nationale du 10 janvier 1905 au 31  mai 1906:
Paul Doumer  (Gauche Radicale)

 

 

1 - LE GOUVERNEMENT ROUVIER
   du   18 février 1906 au 7 mars 1906
 

 

Maurice Rouvier (1842 - 1911)

Il fut ministre du commerce dans le gouvernement Gambetta (1881) et rédacteur dans son journal "La République" et dans le gouvernement Jules Ferry (1884). Sa réputation de technicien de la finance, ses liens avec le banquier Jacques Reinach et son appartenance à de nombreux conseils d'administration lui valurent d'être de nombreuses fois ministre des finances. Compromis dans le scandale de Panama, il est remis en selle par Combes. Dans sa déclaration ministérielle du 27 janvier il déclare vouloir rétablir la détente dans les esprits et apporter l'apaisement. Lorsque Fallières remplace Émile Loubet à la Présidence de la République, il reste en place sans modifier son gouvernement

Rouvier_2.jpg (59353 octets)

Gouvernement

Affaires étrangères Maurice Rouvier Avocat Républicain opportuniste
Instruction publique Jean-Baptiste Bienvenu-Martin Avocat Radical-socialiste
Justice et Cultes Joseph Chaumié Alliance républicaine démocratique
Intérieur Jean-Baptiste Dubief Dr en médecine Radical-socialiste
Finances Pierre Merlou Dr en médecine Radical-socialiste
Commerce et Industrie Eugène Etienne Inspecteur des chemins de fer Union démocratique
Guerre Georges Trouillot Avocat Gauche radicale
Marine Gaston Thomson Journaliste
Travaux publics Armand Gauthier Dr en Médecine
Agriculture Joseph Ruau Avocat Gauche radicale
Colonies Etienne Clémentel Notaire Gauche radicale
PTT Alexandre Bérard Procureur Gauche radicale
Beaux-Arts Dujardin-Beaumetz Artiste peintre Gauche radicale
Histoire de la France contemporaine 1871 - 1913  Larousse

La loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat suppose des inventaires des biens du clergé allant jusqu'à faire ouvrir les tabernacles ce qui conduit à de nombreux incidents. Dans le Nord un opposant aux inventaires est tué, le gouvernement est interpellé, à la suite de quoi il est mis en minorité et démissionne

Le 23 février 1906 la chambre vote la loi sur les retraites ouvrières par 501 voix contre 5 .

Le 10 mars 1906 un coup de grisou dans une mine de Courrière fait 1099 morts

Le 13 mars le radical Sarrien forme un nouveau gouvernement

 

2 - LE GOUVERNEMENT SARRIEN
   du   13 mars 1906 au 20 octobre 1906
 

 

Jean-Marie-Ferdinand Sarrien (1840 - 1915)

Né à Bourbon-Lancy en 1840 avocat à Lyon, il fait la guerre de 1870 comme capitaine. Il devient maire de sa commune en 1871 et conseiller de Saône et Loire. Révoqué en 1873 parce que Républicain (voir en fin de fiche) il devient député de Charolles en 1876. Il commence sa carrière ministérielle comme ministre des Postes et Télégraphes dans le gouvernement Brisson en 1885, le 7 janvier 1886 il est ministre de l'intérieur dans le gouvernement Freycinet puis le 11 décembre 1886 ministre de la justice dans le gouvernement Goblet. Il retrouve l'intérieur dans le ministère Tirard le 12 décembre 1887 puis le 28 mars 96 avec Bourgeois. Ce sera la justice avec Brisson le 20 juin 1898 en pleine affaire Dreyfus. Il est élu président du groupe de la gauche démocratique à la chambre le 8 février 1900 et devient président du conseil  le 13 mars 1906

Sarrien_2.jpg (56328 octets)

Gouvernement

Affaires étrangères Léon Bourgeois Avocat Radical
Instruction publique et Cultes Aristide Briand Avocat Journaliste radical socialiste
Justice Jean Sarrien Avocat Radical
Intérieur Georges Clemenceau Dr en médecine Union républicaine
Finances Raymond Poincaré Avocat
Guerre Eugène Etienne Inspecteur des chemins de fer Union démocratique
Commerce et Industrie Gaston Doumergue Avocat Radical-socialiste
Marine Gaston Thomson Journaliste
Travaux publics et PTT Louis Barthou Avocat Union démocratique
Agriculture Joseph Ruau Avocat Gauche radicale
Colonies Georges Leygues Journaliste poète Union démocratique
Histoire de la France contemporaine 1871 - 1913  Larousse

On remarque dans ce gouvernement, 10 ministres (hors Sarrien) 3 futurs présidents du conseil, Briand, Clemenceau et Barthou ainsi que deux futurs présidents de la République Poincaré et Doumergue 

Depuis le 10 mars une catastrophe s'est produite dans la fosse 3 de la mine de Courrières. Des mineurs allemands viennent participer aux secours. Le 30 mars 13 mineurs sortent vivants mais la catastrophe aura fait 1099 victimes. Le 16, 40 000 mineurs cessent le travail. Le 17 Clemenceau s'adresse aux mineurs leur affirmant qu'il ne fera pas intervenir la troupe mais le 20 les grévistes attaquent la mairie de Lens. La troupe intervient, en avril il y aura un soldat pour 2 grévistes. 

Le 16 mars 1906 une circulaire confidentielle est adressée aux Préfets indiquant d'éviter l'usage de la force pour effectuer les inventaires des biens du clergé. Dans la majorité des cas les inventaires se font sans incidents. Au 31 mai 63 219 ont été effectués 4791 restent à faire.

Le 19 avril 1906, 23 membres du comité confédéral de la CGT sont arrêtés suite aux évènement survenus dans le Nord entre les mineurs et la troupe. Des perquisitions sont opérées. 50 000 hommes de troupe convergent sur Paris en prévision du 1er mai. Au dernier congrès de la CGT le mot d'ordre était "à partir du 1er mai 1906 nous ne travaillerons plus que 8 heures par jour". Le déploiement de troupe organisé par Clemenceau place Paris en état de siège, une véritable psychose s'empare des bourgeois. Le 10 juillet la loi instituant le repos hebdomadaire obligatoire est votée pour les employés et ouvriers. Le dimanche est le jour légal de repos.

Les 6 et 20 mai élections législatives. La gauche gagne 300 000 voix et 60 sièges elle dispose de 414 sièges ( 115 radicaux, 132 radicaux socialistes, 20 socialistes indépendants et 54 socialistes) l'opposition est représentée par 175 députés ( 78 conservateurs, 31 nationalistes, 66 progressistes )
 

Président de l'assemblée nationale
Henri Brisson
(Gauche Radicale)

du  08 juin 1906 au 13 avril 1912

Précédent

Suivant


En juillet 1906 un projet de loi autorisant le vote des femmes aux élections municipales est déposé par le catholique libéral Dussaussoy. L'examen du projet est sans cesse repoussé.

Affaire Dreyfus: (précédent)
Les 12 et 13 juillet la cour de cassation casse le procès Dreyfus (
toute l'affaire ) le capitaine Dreyfus  et le lieutenant colonel  Picquart sont réintégrés le premier avec le grade de chef d'escadron le second général de brigade. Le transfère des cendres d' Emile Zola au Panthéon est voté. Quelques jours après Dreyfus est fait chevalier de la Légion d'Honneur

Syndicats:
Du 8 au 13 octobre se tient le 9ème congrès de la CGT. Le texte voté par 830 voix sur 839 affirme l'aspect révolutionnaire du syndicat. Ce texte prendra en 1920 le nom de Charte d'Amiens. Actuellement plusieurs syndicats se réfèrent encore à ce texte mais le renversement de la République par la grève générale a été abandonné. Ci dessous un extrait de cette charte et l'adresse du site où l'on peut trouver le texte intégral
Dans l’œuvre revendicatrice quotidienne, le syndicalisme poursuit la coordination des efforts ouvriers, l’accroissement du mieux-être des travailleurs par la réalisation d’améliorations immédiates, telles que la diminution des heures de travail, l’augmentation des salaires, etc. ; Mais cette besogne n’est qu’un côté de l’œuvre du syndicalisme ; il prépare l’émancipation intégrale, qui ne peut se réaliser que par l’expropriation capitaliste ; il préconise comme moyen d’action la grève générale et il considère que le syndicat, aujourd’hui groupement de résistance, sera dans l’avenir le groupement de production et de répartition, base de réorganisation sociale ;
http://www.ihs.cgt.fr/IMG/pdf_Charte_d_amiens.pdf


Le 17 octobre 1906 le président du conseil Jean Sarrien malade, démissionne.

 

3 - LE GOUVERNEMENT CLEMENCEAU
   du   25 octobre 1906 au 20 juillet 1909
 

 

Georges Clemenceau  (1841 - 1929)

Fils d'un "bleu" de Vendée (soldat républicain) fait des études de médecine ava n t de se tourner vers le journalisme. Il se marie aux Etats Unis revient en France en 1870, devient maire du 18ème arrondissement de Paris, il est élu député républicain radical en février 1871. Pendant la commune, en désaccord avec Thiers et avec les communards il se retire en Vendée. Revenu à Paris il fonde son journal "la justice" et s'oppose à la politique coloniale de Jules Ferry. Il s’impose comme le chef incontesté des républicains radicaux et de l’opposition d’extrême gauche. Éclaboussé par le scandale de Panama, il revient au premier plan avec l'affaire Dreyfus. Il devient Sénateur puis ministre de l'intérieur dans le gouvernement Sarrien

 

Clemenceau_3.jpg (56675 octets)

Gouvernement

Affaires étrangères Stephen Pichon Journaliste radical socialiste
Instruction publique et Cultes Aristide Briand remplacé par Gaston Doumergue le 4 janvier 1908 Avocat Journaliste radical socialiste (Briand) Avocat Radical-socialiste (Doumergue)
Justice Edmond Guyot-Dessaigne remplacé par Aristide Briand le 4 janvier 1908 Ingénieur des ponts Gauche radicale  (Guyot Dessaigne)Avocat Journaliste radical socialiste (Briand)
lntérieur Georges Clemenceau Avocat Journaliste radical socialiste (Briand)
Finances Joseph Caillaux Inspecteur des finances Union démocratique
Guerre Georges Picquart Général (Picquart)
Commerce et Industrie Gaston Doumergue remplacé par Jean Cruppi le 4 janvier 1908  Avocat Radical-socialiste (Doumergue) Avocat Gauche radicale (Cruppi)
Marine Gaston Thomson remplacé par Alfred Picard le 19 octobre 1908 Journaliste (Thomson) Général (Picquart)
Travaux publics et PTT Louis Barthou Avocat
Agriculture Joseph Ruau Avocat Gauche radicale
Colonies Raphaël Milliès-Lacroix Négociant Radical socialiste
Travail et Prévoyance René Viviani Avocat Socialiste
Histoire de la France contemporaine 1871 - 1913  Larousse

Le 20 novembre les inventaires des biens du clergé s'achèvent, la loi sur la séparation de l'église et de l'état entre en vigueur le 11 décembre 1906. L'auditeur de la nonciature du Vatican à Paris considéré comme un "agent secret du Saint Siège" est expulsé. La loi prévoyait que les biens pourraient être attribués aux catholiques constitués en association. Le clergé était totalement opposé au principe de la constitution d'associations. Le 2 janvier 1907 une loi prévoit que les édifices cultuels non réclamés par défaut d'associations ou de contrat entre autorités laïques et religieuses, sont repris par l'Etat et les communes. Le pape Pie 10 condamne cette loi en revanche le 30 janvier l'épiscopat déclare accepter cette loi mais demande des garanties pour la permanence et la "sécurité morale" du service religieux. Le 28 mars une loi assimilant les réunions cultuelles aux réunions publiques est adoptée ce qui règle le conflit entre l'église et l'état  en garantissant la liberté du culte. Le 10 avril 1908, le texte de la loi sur la dévolution des biens du clergé est voté, les églises deviennent la propriété des communes.


1907
Le 7 février, le ministre des finances Caillaux dépose un projet de loi d'impôt sur le revenu visant à remplacer les différents impôts (contribution foncière, impôt sur les portes et fenêtres, contribution mobilière, patente, contribution sur les revenus des valeurs mobilières ). L'impôt serait de 3% sur les revenus du travail, 3, 5% sur les revenus capital-travail et de 4% sur les revenus du capital. Un impôt progressif est prévu pour les revenus de plus de 5000 francs.

Troubles au Maroc:
 le 19 mars le docteur Mauchamps, directeur du dispensaire de Marrakech est assassiné. Le conseil des ministres décide d'envoyer une expédition militaire. Le 29 mars Lyautey occupe Oujda. Le 30 juillet 1907 près de Casablanca le passage du chemin de fer dans un cimetière musulman provoque une émeute, 8 européens seront tués dont 5 Français. Soutenue par l'Espagne la France décide d'envoyer des renforts sans pénétrer à l'intérieur du Maroc. Lorsque le général Drude débarque avec ses troupes il subit une attaque. En représailles le 6 août deux navires de guerre bombarde Casablanca. Moulay Hafid se proclame Sultan à Marrakech. L'Allemagne proteste contre les initiatives françaises. Les 12 et 13 novembre 1907 le ministre des affaires étrangères interpellé se défend de vouloir instituer un protectorat. Le 15 janvier 1908 une bataille à lieu près de Settat les troupes françaises doivent faire retraite, le 12 février elles occupent Settat. Le 9 mars le général d'Amade qui a remplacé Drude malade, est victorieux des tribus de la région de Mdakra et des Hafidiens. Six jours après "le matin" révèle qu'un camp marocain désarmé a été massacré par les troupes françaises ce qui sera avéré. La chambre accorde sa confiance au gouvernement et adresse ses félicitations aux officiers et soldats d'Afrique. Fin mai 1908 la chancellerie allemande souhaite voir la convention d'Algésiras respectée. Le 18 juin le sultan Abd el-Aziz allié de la France est vaincu par Moulay Hafid près de Marrakech ce dernier est proclamé sultan dans toutes les villes du Maroc. Le 12 septembre ce dernier acceptera l'acte d'Algésiras. Le 14 la France et l'Espagne s'accordent sur les conditions de reconnaissance de Moulay Hafid. Le 27 octobre l'Allemagne et l'Autriche Hongrie acceptent ces conditions (Maroc suite en 1910)

La révolte des vignerons du midi:
Le 1er avril 1907 les vignerons du midi tiennent des meetings pour dénoncer la mévente du vin. En juin le mouvement des vignerons prend une tournure insurrectionnelle. 500 000 manifestants à Montpellier. Des bagarres éclatent le lendemain à Narbonne. Deux leaders apparaissent, un petit propriétaire Marcelin Albert, et le maire socialiste de Narbonne le docteur Ernest Ferroul qui démissionne le 10 juin déclenchant une grève municipale suivie par des centaines de communes de l'Hérault, de l'Aude et des Pyrénées-Orientales. Clemenceau craint une paralysie administrative. Le 17 juin le gouvernement engage des poursuites contre les dirigeants. Le docteur Féroul est arrêté après avoir fait arborer le drapeau noir sur la mairie. Le 20, 6 manifestants sont tués. La préfecture de Perpignan et la sous-préfecture de Narbonne sont incendiées. Le 21 à Béziers les militaires du 17ème composé de natifs de la région refusent de tirer sur les manifestants. Ils seront envoyés à Gafsa en Tunisie.  Le 29 juin la loi interdisant la chaptalisation est votée. La chaptalisation consiste à ajouter du sucre au moment de la fermentation ce qui augmente le degré alcoolique et permet ainsi d'ajouter de l'eau ce qui serait à l'origine de la surproduction. ( plus récemment des aides accordées à la viticulture était basées notamment sur le degré alcoolique ce qui a entraîné une recrudescence des fraudes par chaptalisation) L'agitation se calmera peu à peu et des non-lieux seront décidés pour les dirigeants.

Le 11 août au congrès de la SFIO Jean Jaurès défend la motion invitant tous les prolétaires et les  socialistes à s'opposer à la guerre par tous les moyens. Cette résolution sera à l'origine de conflits entre les radicaux et les socialistes. Le 19 octobre 1907 le groupe socialiste publie un manifeste condamnant l'anti-patriotisme.

Aux Etats Unis, la reconstruction de San Francisco détruite par un tremblement de terre, la construction de chemins de fer et de tramways fait monter dangereusement le cours du cuivre à un tel point que brutalement tout s'arrête. L'industrie du cuivre s'arrête, les banques coupent les crédits, c'est la panique . Le taux de chômage des ouvriers dans l'état de New York monte à 35%. La crise se propage au Canada, au Mexique et en Europe principalement en Allemagne  et en Grande Bretagne. Cette crise conduira à la création aux Etats Unis de la banque centrale le 23 décembre 1913


1908
Le 4 janvier 1908 le décès du ministre de la justice Guyot-Dessaigne provoque un remaniement ministériel



Le 2 mai 1908 début de la grève des carriers de Draveil, Villeneuve Saint Georges et Villeneuve le roi. Les revendications sont une augmentation de salaire de 20 centimes de l'heure et suppression du travail à la tâche. Les grévistes organisent la chasse aux "renards" (on dirait aux "jaunes" maintenant). Début juin de graves incidents ont lieu, 2 ouvriers sont tués par la police et 8 autres blessés. Début août la fédération du bâtiment lance un appel à la grève générale et organise des manifestations à Vigneux. Les manifestants se heurtent violemment aux 5 régiments de cavalerie. Le 4 août les grévistes acceptent les propositions patronales, 5 centimes d'augmentation et la journée de 10 heures. Les dirigeants de la CGT qui avaient été arrêtés sont relâchés. On découvrira en 1911 que Clemenceau avait infiltré des agents provocateurs à l'origine de la violence.  En mars 1909 des grèves touchent les postiers qui, fonctionnaires , n'ont pas le droit de grève. Des sabotages sont commis des agents sont révoqués le 11 mai les postiers votent la grève générale, 228 révocation sont prononcées par le gouvernement. Jaurès et Clemenceau s'affrontent à la chambre au sujet du droit de grève des fonctionnaires. Le président du conseil est soutenu par la chambre (454 voix pour et 69 contre) 

A partir du 21 mars 1908 " l' Action Française " parait quotidiennement prônant le nationalisme. L' état français est   victime des métèques, des juifs et des francs-maçons et propage l'idée de   revanche sur l'Allemagne. En novembre les jeunes militants de l' Action Française fondent des groupes d'action rassemblés dans la Fédération nationale des Camelots du roi. Ils se heurtent aux étudiants de gauche au quartier latin.


1909
En février 1909 le syndicalisme féminin se développe. On trouve la Fondation de l'Union Française de syndicats professionnels féminins (catholique) ,   l'Union Centrale des syndicats professionnels féminins le Syndicats des Employés du Commerce et de l' Industrie (SECI) qui sera à l'origine de la CFTC.



Un violent tremblement de terre ravage le midi de la France le 11 juin. On dénombre 60 morts et 100 blessés.

Le 12 juillet 1909 Léon Jouhaux devient secrétaire de la CGT.

Depuis quelques mois la marine militaire rencontre des problèmes, explosion d'un canon sur le croiseur Latouche-Tréville ( 13 morts) qui a provoqué la démission du ministre de la marine, perte de trois navires Iéna, Algésiras, Couronne.  Delcassé qui a présenté le rapport et Clemenceau s'affrontent, Clemenceau est mis en minorité, il démissionne.

 

4 - LES GOUVERNEMENTS  BRIAND
   du   24 JUILLET 1909 au 27 FÉVRIER 1911
 

 

Aristide BRIAND  (1862 - 1932)

Fils d'un modeste commerçant, il est boursier au lycée de Nantes. Devenu avocat, il s'engage dans les rangs de la gauche radicale et anticléricale. A Paris il s'approche des anarchistes faisant l'apologie de la grève générale. Rallié aux socialistes, il est proche de Jaurès. Il est élu en 1892 à Saint-Etienne. La responsabilité de rapporteur de la commission de la Séparation lui permet d'acquérir une stature nationale. En 1905 il rompt avec Jaurès. Sans attache partisane,il fut un temps socialiste. Il devient ministre en 1906 dans le gouvernement Sarrien. Il occupera de nombreux postes ministériels avant de devenir Président du Conseil en 1909. Dans son discours programme qu'il prononce à Périgueux, le 12 octobre il s'assigne pour tâche d'unir les classes et de restaurer la stabilité. ll annonce une politique d'apaisement envers les catholiques. Après la première guerre mondiale en reconnaissance de ses efforts pour l'établissement d'une paix durable résultant de négociations librement consenties il se voit décerner le Prix Nobel de la paix  en 1926, ainsi qu'à son homologue allemand Gustav Stresemann . I l prononce au nom du gouvernement français et en accord avec son homologue allemand Stresemann, un projet d'union européenne lors d'un discours à l'Assemblée générale de la Société des Nations le 5 septembre 1929.

Gouvernement

Affaires étrangères Stephen Pichon Journaliste radical socialiste
Instruction publique et Cultes Gaston Doumergue Avocat Radical-socialiste
Justice Louis Barhou Avocat
Intérieur Aristide Briand Avocat Journaliste radical socialiste
Finances Joseph Caillaux Inspecteur des finances Union démocratique
Guerre Jean Brun Général
Commerce et Industrie Jean Dupuy r Professeur Union républicaine
Marine Auguste Boué de Lapeyrère Amiral
Travaux publics et PTT Alexandre Millerand Avocat Socialiste
Agriculture Joseph Ruau Avocat Gauche radicale
Colonies Georges Trouillot Avocat Gauche Radicale
Travail et Prévoyance René Viviani Avocat Socialiste
Histoire de la France contemporaine 1871 - 1913  Larousse

Le 26 octobre 1909 une loi est votée qui garantit leur emploi aux femmes en couche. Le 7 décembre une loi impose le paiement régulier des salaires tous les 15 jours pour les ouvriers, tout les mois pour les employés


1910
En janvier toute la France est victime d'inondations et notamment la Seine déborde à Paris et en banlieue, la Loire et la Garonne menacent de sortir de leur lit.

Le 25 janvier est votée une loi établissant le principe de l'égalité des salaires Homme-Femmes chez les universitaires et les instituteurs


Maroc suite de 1907:
Une colonne de soldats français est massacrée au Maroc le 15 février et le 19 un officier est tué au cour d'une opération. La chambre vote un crédit de 850 000 francs pour envoyer un bataillon de tirailleurs sénégalais.

Maroc suite en 1911


Le 5 avril 1910 adoption de la loi sur les retraites ouvrières et paysannes (
en savoir plus sur cette loi) Il s'agit d'une retraite par capitalisation. Le capital provient d'une retenue sur salaire à laquelle s'ajoute un versement de l'employeur. L'âge de la retraite est fixée à 65 ans. Lorsque la retraite est obtenue après 30 cotisations annuelles l'état ajoute à la retraite obtenue 60 francs par an ( porté à 100 francs en 1912) . La CGT s'oppose à cette retraite qu'elle qualifie d'escroquerie.

Du 4 au 11 avril, à Marseille,   grève des ouvriers et employés des ports et navires contre l'emploi des travailleurs étrangers, qui s'étend à Toulon puis à d'autres fonctions (tramways, dockers, gaziers, maçons etc..) . Le tribunal maritime inflige de lourdes peines pour refus d'obéissance. La grève s'arrête le 11 avril

8 mai-28 juin élections législatives Républicains de gauche 93 sièges (+11), radicaux et radicaux socialistes 252 (-17), socialistes indépendants 30 (+1), SFIO 74 (+19), progressistes 60, réactionnaires et nationalistes 88 (+1). Il y a 22, 5% d'abstention
 

 

Président de l'Assemblée Nationale du  01 juin 1910 au 13  avril 1912 (décès):
Henri Brisson  (Gauche Radicale)


Début octobre au congrès de Toulouse la CGT se prononce contre les projets de loi portant sur les contrats collectifs de travail , l'arbitrage obligatoire, la capacité civile des syndicats et demande aux syndiqués de refuser la cotisation aux retraites ouvrières

Le 10 octobre les cheminots des dépôts de la Chapelle et de la Plaine-Saint-Denis se mettent en grève pour obtenir 5 francs (cent sous) par jour. A l'instigation de Briand le ministre de la guerre , le général Brun, mobilise les grévistes pour 21 jours. Les réseaux de chemin de fer sont alors occupés par la troupe. Les électriciens par solidarité se mettent en grève mais celle-ci n'est que partielle. Des syndicalistes cheminots sont arrêtés dans les locaux de l' Humanité. Le 15 la grève est pratiquement terminée mais de nombreux actes de sabotages ont lieu, tentative de déraillement, bombes sur les voies. 3300 cheminots sont révoqués. Briand déclare devant la chambre qu'il n'aurait pas hésité à entrer dans l'illégalité pour briser la grève. La chambre lui vote la confiance mais 200 députés votent un ordre du jour défavorable et Millerand, Viviani et Barthou s'oppose à Briand sur le droit de grève des cheminots. Briand décide de démissionner. Le président Fallières lui demande de former un autre gouvernement

Formation du second gouvernement Briand le 4 novembre 1910:

Affaires étrangères Stephen Pichon Journaliste radical socialiste
Instruction publique, cultes Maurice -Louis Faure Radical socialiste
Justice Théodore Girard  
Intérieur Aristide Briand Avocat Journaliste radical socialiste
Finances Louis Klotz Journaliste Républicain radica l -socialiste
Guerre Jean Brun Général
Commerce et Industrie Jean Dupuy r Professeur Union républicaine
Marine Gaston Boué de Lapeyrère Amiral
Travaux publics et PTT Louis Puech Avocat Républicain radical -socialiste
Agriculture Maurice Raynaud Radical
Colonies Jean-Baptiste Morel Pharmacien Union démocratique
Travail et prévoyance sociale Antoine Lafferre Radical


Ce gouvernement sera de courte durée Briand démissionnera devant l'opposition des radicaux le président Fallières chargera alors Monis de former un gouvernement

 

5 - LE GOUVERNEMENT MONIS
   du   2 mars 1911 au 23 juin 1911
 

 

Ernest MONIS  (1846 - 1929)

Avocat réputé, il devient ministre de la justice dans le gouvernement Waldeck-Rousseau en 1899. Il succède à Briand au poste de président du conseil il est considéré par certains commentateurs comme la doublure de Combes.

Monis_3.jpg (21341 octets)

Gouvernement

Affaires étrangères Jean Cruppi Avocat Gauche radicale
Instruction publique et Cultes Théodore Steeg Professeur Républicain radical -socialiste
Justice Antoine Perrier Avoué Républicain progressiste
Intérieur Ernest Monis Avocat
Finances Joseph Caillaux Inspecteur des finances Union démocratique
Guerre Maurice Berteaux remplacé par François Goiran le 27 mai Agent de change Maire de Chatou Républicain radical-socialiste (Berteaux)
Commerce et Industrie Alfred Massé Avocat Journaliste Républicain radical-socialiste
Marine Théophile Delcassé Journaliste Gauche radicale
Travaux publics et PTT Charles Dumont Professeur Républicain
Agriculture Jules Pams Avocat Radical socialiste
Colonies Adolphe Messimy Journaliste   Radical -socialiste
Travail et Prévoyance Joseph Paul-Boncour Avocat Républicain socialiste
Site des 1er ministres - http://www.archives.premier-ministre.gouv.fr/

1911

Maroc suite de 1910:
En avril et mai 1911 des menaces pèsent sur le sultan du Maroc Moulay Hafid le gouvernement envoie 12 000 hommes en renfort. Des tribus se soulèvent et assiègent Fès où se trouvent les consulats. Le 23 mai le général Mounier fait son entrée à Fès. Le 8 juin il est à Meknès et à Rabat le 9 juillet. (Maroc suite en juillet 1911)

Le 20 mai, lors d'une course d'aéroplanes Paris Madrid, le ministre de la guerre Berteaux est tué par un aéroplane et le président du conseil est blessé. Le ministre des affaires étrangères assure l'intérim de Monis.

Dans son livre "La guerre qui vient" Francis Delaisi économiste proche de la CGT analyse les rivalités économiques entre l'Allemagne et l' Angleterre qui , selon lui , doivent conduire à la guerre entraînant la France dans le conflit en raison de ses accords avec l'Angleterre. Il annonce que l'Allemagne violera la neutralité Belge afin de prendre le contrôle du port d'Anvers

Interpellé sur l'organisation de l'armée, la chambre met le gouvernement en minorité Monis démissionne le 23 juin 1911. Fallières charge Caillaux de former le nouveau gouvernement.

 

6 - LE GOUVERNEMENT CAILLAUX
   du   28 juin 1911 au 10 janvier 1912
 

 

Joseph CAILLAUX  (1863 - 1944)

Fils d'un ancien ministre catholique et royaliste , il reçoit une éducation religieuse stricte. En réaction il se tourne vers la République et le radicalisme. Inspecteur des finances il est élu député de la Sarthe en 1898 à 35 ans. Il se construit une solide réputation de technicien des finances, ce qui lui permet d' entrer comme ministre des finances dans le gouvernement de Waldeck-Rousseau en 1899. Il innove en présentant des budgets équilibrés et en réformant le système fiscal sans toutefois s'attaquer à l'impôt sur le revenu, conscient des multiples oppositions à ce projet. Il est à nouveau ministre des finances dans le gouvernement de Clemenceau mais échoue dans sa tentative d'instauration de l'impôt sur le revenu. Après cet échec il se rapproche des radicaux et devient à nouveau ministre des finances dans le cabinet de Monis, après la chute de celui-ci il devient président du conseil en 1911

Caillaux_2.jpg (53931 octets)

Gouvernement

Affaires étrangères Justin de Selves Préfet
Instruction publique et Cultes Théodore Steeg Professeur Républicain radical -socialiste
Justice Jean Cruppi Avocat Gauche radicale
Intérieur Joseph Caillaux Inspecteur des finances Union démocratique
Finances Louis Klotz Journaliste Républicain radical-socialiste
Guerre Adolphe Messimy Journaliste   Radical -socialiste
Commerce et Industrie Charles Couyba Professeur Gauche radicale-socialiste
Marine Théophile Delcassé Journaliste Gauche radicale
Travaux publics et PTT Victor Augagneur Dr en médecine Républicain socialiste
Agriculture Jules Pams Avocat Radical socialiste
Colonies Albert Lebrun Ingénieur des mines Gauche démocratique
Travail et Prévoyance sociale René Renoult Avocat
Histoire de la France contemporaine 1871 - 1913  Larousse  

Maroc suite d'Avril 1911:
Le 3 juillet 1911, l'ambassadeur d'Allemagne à Paris, le baron von Schoen informe le ministre des affaires étrangères que devant l'avancée des troupes françaises au Maroc, l'Allemagne envoie un navire de guerre à Agadir. En fait ce navire est déjà là. La France demande des explications. L'Allemagne alors informe l'ambassadeur de France à Berlin qu' en échange du protectorat français sur le Maroc l'Allemagne revendique la cession du Congo .
 Le 21 l'Angleterre fait savoir qu'elle n'est pas favorable à l'implantation de l'Allemagne au Maroc. Des négociations secrètes ont lieu entre Caillaux et des émissaires allemands à l'insu du ministre des affaires étrangères Selves. En août, une grave controverse oppose Selves à Caillaux sur les concessions à faire à l'Allemagne.

 En septembre , les négociations avec l'Allemagne s'enveniment. Le président de la République, Caillaux, les présidents de la chambre et du Sénat passent en revue la flotte de Méditerranée au large de Toulon ( le 25 septembre le cuirassé Liberté explose en rade de Toulon faisant 220 morts dans l'équipage) . Le lendemain ils assistent aux grandes manœuvres dans l'Est. Le 4 novembre une convention est signée , la France cède à l'Allemagne une zone de 265 000 km2 entre le Cameroun et le Congo et l'Allemagne s'engage à ne pas entraver l'action de la France au Maroc.
(la photo ci contre est extraite de Wikipédia)
Maroc: suite en 1912

Le 28 juillet 1911 le ministre de la guerre soumet au président de la République deux décrets l'un organise le conseil supérieur de la guerre, l'autre réorganise le haut commandement et l'état major des armées. Le général Joseph Joffre devient chef d'état major général

Le 21 décembre des bandits blessent gravement un caissier de la société générale et s'enfuient en auto avec leur butin, c'est le premier épisode de "la bande à Bonnot". Le 25 mars 1912 ils attaqueront à nouveau la société générale de Montgeron et de Chantilly tuant deux employés. Le 24 avril Bonnot tue à Ivry le directeur de la sûreté. Quatre jours plus tard Bonnot sera tué chez un garagiste de Choisy le roi où il s'était réfugié pendant l'assaut de la police.   Le 15 mai Garnier et Valet, deux de ses acolytes seront tués à Nogent sur Marne , les 6 autres membres de la bande seront jugés et condamnés à mort le 3 février 1913


L'acte de naissance de la physique quantique:
A l'automne 1911 un évènement de portée mondiale se déroulait à Bruxelles. A l'initiative du physicien allemand Nernst l'industriel de la chimie, autodidacte et savant Ernest Solvay réunissait dans un (le , il n'y en avait qu'un) grand hôtel tout ce que la physique comptait comme savants. Tous ces hommes et femmes qui avaient souvent  des revenus et des habitudes modestes se retrouvèrent dans cet hôtel luxueux. Sommerfied écrivit à sa femme "j'ai une chambre avec une salle de bains et des toilettes, je prend un bain tous les matin , à table j'ai un Français à ma droite et un Anglais à ma gauche." Il n'y a pas à l'époque de langue universelle, c'est Lorentz qui maitrise parfaitement allemand, anglais et français qui traduit à la volée assurant ainsi une convivialité qui aura de grandes répercussions. On y trouvera  Brillouin, Marie Curie, De Broglie, Einstein, Goldschmidt, Langevin, Lindeman, Lorentz,
Nrenst, Perrin, Plank, Pointcaré, Rubens, Rutherford, Sommerfield, et l'invitant qui aura par cette initiative apporté beaucoup à la physique moderne.
Einstein se liera d'amitié avec Marie Curie. A leur retour du congrès, la presse française ne fit aucun cas de ce congrès sauf la presse de droite qui ne vit là que l'occasion pour Marie Curie alors veuve depuis  5ans et Paul Lagevin séparé de sa femme  de se retrouver dans un hôtel et de monter ceci en scandale. Einstein écrira à Marie Curie: "Je me sens le besoin de vous dire combien j'ai appris à admirer votre intelligence, votre énergie et votre intégrité, que je considère chanceux d'avoir pu vous rencontrer personnellement à Bruxelles. Si cette racaille s'occupe encore de vous, cessez simplement de lire ces sottises . Laissez les aux vipères pour qui elles ont été fabriquées "   

précédentes: 1910 Informations économiques - 1911 suivantes 1913
          En 1911 Frederick Winslow Taylor publie "Principles of Scientific Management", en France c'est Henri Fayol qui est le promoteur de l' Organisation Scientifique du Travail - OST - qui va révolutionner les techniques de production industrielle. Aux Etats-Unis l'exemple frappant vient de chez Ford . Les chaînes de production et la standardisation des pièces vont accroître de façon spectaculaire la production.. Le temps d'assemblage d'une voiture va passer de 10 heures à 3 heures
         Production chez Ford
  1908 1909 1910 1912 1913 1915 1916
Production 6 398 10 607 18 664 78 440 248 307 472 350 730 041
Prix en $ 2 800 850 950 690 550 440 360

 
         


1912

Le 10 janvier 1912 Clemenceau met en demeure le ministre des affaires étrangères de confirmer les déclarations de Caillaux affirmant qu'aucune tractation secrète n'a eu lieu avec l'Allemagne au sujet du Maroc. Selves se tait et démissionne. Caillaux ne parvient pas à le remplacer, il donne la démission de son gouvernement

 

7 - LE GOUVERNEMENT POINCARE
   du   14 janvier 1912 au 21 janvier 1913
 

 

Raymond POINCARÉ  (1860 - 1934)

Lorrain, fils d'un ingénieur des ponts et chaussées, il est élevé dans un patriotisme propre aux gens de l'Est. Avocat il mène de front ses activités professionnelles et politique. En 1886 il est chef de cabinet du ministre de l'agriculture Develle ( gouvernement Freycinet sous la présidence de Jules Grévy) et conseiller général. En 87 il est député de la Meuse, il n'a que 27 ans . Il est ensuite 3 fois ministre entre 93 et 95 ( Instruction publique et Finances). Dreyfusard déclaré, il est Sénateur en 1903, et ministre des finances en 1906, il est président du conseil en 1912. Il peut être considéré comme le leader des modérés, qui arborent souvent l'étiquette progressiste et qui évoluent au fil du temps du centre gauche vers la droite républicaine.

Poincare_8.jpg (23525 octets)

Gouvernement

Affaires étrangères Raymond Poincaré Avocat
Instruction publique et Cultes Gabriel Guist'hau Avocat Républicains radicaux-socialistes
Justice Aristide Briand Avocat Journaliste radical socialiste
Intérieur Théodore Steeg Professeur Républicain radical -socialiste
Finances Louis Klotz Journaliste Républicain radical-socialiste
Guerre Alexandre Millerand Avocat Socialiste
Commerce et Industrie Fernand David Avocat Gauche radicale
Marine Théophile Delcassé Journaliste Gauche radicale
Travaux publics et PTT Jean Dupuy Professeur Union républicaine
Agriculture Jules Pams Avocat Radical socialiste
Colonies Albert Lebrun Ingénieur des mines Gauche démocratique
Travail et Prévoyance sociale Léon Bourgeois Avocat Radical
Site des 1er ministres - http://www.archives.premier-ministre.gouv.fr/

Maroc suite de juillet 1911:
Le 10 février 1912, le Sénat ratifie la convention franco-allemande sur le Maroc, le 22 mars Poincaré obtient la confiance pour sa politique marocaine et le 30 mars la convention de Fès impose le protectorat au Maroc. Il est prévu d'engager des réformes administratives, judiciaires, scolaires, économiques et militaires, la France s'engage à respecter la religion musulmane et la fonction de Sultan.

Le 30 mars la loi instaurant la journée de 8 heures dans les mines est votée, le Sénat l'approuvera  le 14 novembre 1913.
 

Président de l'assemblée nationale
Paul Deschanel
(Gauche Radicale)

du  23 mai 1912 au 10 février 1920

Précédent

Suivant


L' Italie entre en conflit avec la Turquie en Libye , elle s'empare de Tripoli en octobre


L'imbroglio Balkanique, Guerre des Balkans:  La Bulgarie et la Serbie, encouragés par la Russie forment la ligue balkanique en vue d'un partage éventuel de la Turquie d'Europe, la Grèce et le Monténégro les rejoignent. Les quatre alliés déclarent la guerre à la Turquie  en octobre 1912 . Ces derniers sont écrasés. La situation internationale s' aggrave, la Serbie revendique un accès à la mer , l'Italie s'y oppose celle-ci veut annexer l'Albanie, elle demande un renouvellement de la triple alliance (Allemagne, Autriche, Italie) La Grèce proteste contre l'occupation du Dodécanèse par l'Italie La Turquie reconnaît l'indépendance de l'Albanie le 28 novembre 1912. L'Autriche -Hongrie s'oppose à toute augmentation de la puissance serbe ou italienne et s'appuie sur la Bulgarie. La Russie craint la pression de la Bulgarie sur la Serbie et la Turquie le ministre des affaires étrangères Sazonov veut protéger le dernier état des Balkans ami de la Russie. (à suivre).

Le 17 novembre 1912, grande manifestation socialiste contre la guerre au Pré-Saint-Gervais. Les 24 et 25 Novembre la CGT tient un congrès extraordinaire contre la guerre.

C'est pourtant la course aux armements, l'Allemagne augmente son budget militaire et décide de faire passer ses effectifs militaire de 600 000 hommes à 800 000 en temps de paix. L'Autriche-Hongrie renforce son potentiel de défense. Le parlement français va voter en 1913 la loi des 3 ans (de service militaire) qui va permettre d'avoir 750 000 hommes sous les drapeaux

précédentes:1880 Informations sur la presse parisienne en 1912 Informations suivantes presse: 1939
          Les quotidiens en 1912:
Titres Tirages Tirage en 1880
Le Petit Parisien 1 295 000 39 419
Le Journal 995 000  
Le Petit Journal 850 000 583 820
Le Matin 647 000  
La Croix 300 000  
Excelsior 110 000  
L' Eclair 77 000  
La Liberté 77 000  
La Presse 75 000  
L' Humanité 63 000  
La Petite République 47 000 196 372
L' Intransigeant 46 000 71 601
La Patrie 46 000  
Le Temps 45 000  
La Libre Parole 44 000  
Le Figaro 36 000 104 924
Le Radical 32 000  
La Lanterne 28 000 150 531
Le Journal des débats 26 000  
Paris-Midi 24 000  
Le Gaulois 20 000  
Le Paris-Journal 18    000  
Le Rappel 14 000  
La Gazette de France 5 000  
Total presse parisienne 4 920 000  

 


1913

En janvier 1913 le mandat du Président de la République arrivant à échéance, sollicité pour un second mandat il dira "la place n'est pas mauvaise mais il n'y a pas d'avancement" des élections sont organisées . Le 17 janvier à Versailles, Poincaré est élu président avec 483 suffrages contre 269 au radical Jules Pams et 69 voix au socialiste Édouard Vaillant .

 

 

QUI GOUVERNE CHEZ NOS AMIS ET/OU ENNEMIS  
AU VATICAN
Pape Léon 13 (1878 - 1903), Saint Pie 10 (1903 - 1914)
GRANDE-BRETAGNE
Souverain Edouard 7 (1901 - 1910), George 5 (1910 - 1936)
Premier Ministre Henry Campbell Bannerman (1905 - 1908), Herbert Henri Asquith (1908 - 1916)
ESPAGNE
Souverain Alphonse 13 (1886 - 1931)
PORTUGAL
Souverain  Charles 1er le Diplomate (1889 - 1908), Manuel 2 le Patriote (1908 - 1910) Révolution en 1910
ETATS-UNIS D'AMERIQUE
Président Theodore Roosevelt ( 1901 - 1909 ), William Howard Taft ( 1909 - 1913), Thomas Woodrow Wilson (1913 - 1920),
ALLEMAGNE
Souverain Guillaume 2 ( 1888 - 1918 )
Chancelier Berhard von Bülow (1900 - 1909), Théobald von Bethmann-Hollweg (1909 - 1917)
AUTRICHE
Souverain François Joseph 1er (1848 - 1916 règne exceptionnel de 68 ans )
RUSSIE
Souverain - Tsar Nicolas 2 (1894 - 1917)

 

 

ICI ET AILLEURS
       - Le12 novembre 1906 le Brésilien Santos Dumont effectue un vol de 220 mètres en aéroplane à Bagatelle. C'est le premier vol homologué. Le 15 octobre 1907 Henri Farman effectue un vol de 285 mètres à Issy les Moulineaux. Le 5 juin 1909 Hubert  Latham réussit un vol de plus d'une heure sur un monoplan.Le 13 janvier 1908
Henri Farman gagne le premier kilomètre bouclé à Issy les Moulineaux. Le 21 septembre 1908 Wilbur Wright accomplit au Mans un vol de 1heure 31 minutes 25 secondes et de 90 kilomètres. Le 18 décembre il vole 100 kilomètres. Le 30 octobre   Henri Farman accomplit le trajet Chalons-Reims (45km). Le 25 juillet 1909, Louis Blériot traverse la Manche de Calais à Douve en 38 minutes à 100 mètres d' altitude. Le 7 août 1910 le journal le matin organise la course de l'Est le trajet part de Troyes et passe par Nancy, Mézières, Douai, Amiens pour aboutir à Paris. Des officiers aviateurs exécutent des vols avec passagers.

       - Le 18 avril 1909 le Vatican béatifie Jeanne d'Arc
       - Le 10 novembre 1908 Louis Renault introduit le taylorisme dans son entreprise. En mai 1912 c'est le tour de Marius Berliet
       - En Allemagne, von Zeppelin fonde la première compagnie de transport de passagers à bord de dirigeables Zeppelin
Le 5 octobre 1909 premier numéro de "la vie ouvrière" de Pierre Monatte . Objectif : élever le niveau de réflexion des syndicalistes

 

La présidence de Emile Loubet Répertoire alphabétique Liste des documents

Retour à la page d'accueil

Retour au tableau synthétique La présidence de Raymond Poincaré

 

Informations sur la fiche
Numéro 121/144
Numéro - 3 ème République 12/19
Dernière révision 03/05/2017