TROISIÈME RÉPUBLIQUE
4 septembre 1870 - 10 juillet 1940

 

 

Présidence de Raymond Poincaré
du 18 février 1913 au 17 janvier 1920

 

Poincare_7_2.jpg (69976 octets)

Raymond Poincaré (1860 - 1934)

Lorrain, fils d'un ingénieur des ponts et chaussées, il est élevé dans un patriotisme propre aux gens de l'Est. Avocat il mène de front ses activités professionnelles et politique. . En 1886 il est chef de cabinet du ministre de l'agriculture Develle ( gouvernement Freycinet sous la présidence de Jules Grévy) et conseiller général. En 87 il est député de la Meuse, il n'a que 27 ans) Il est ensuite 3 fois ministre entre 93 et 95 ( Instruction publique et Finances). Dreyfusard déclaré, il est Sénateur en 1903, et ministre des finances en 1906, il est président du conseil en 1912. Il est élu président de la République en janvier 1913 la passation des pouvoirs avec Fallières s'effectue le 18 février à la veille de la guerre. La conduite de la guerre lui échappera. Il deviendra ensuite sénateur puis à nouveau président du conseil. Malade, il se retirera de la vie politique en 1929

 

Portrait de Raymond Poincaré par Marcel Bachet
" l' illustration"  hors série - Octobre 1934

 
Président de l'Assemblée Nationale du  23 mai 1912 au 31  mai 1914:
Paul Deschanel  (Gauche Démocratique)

 


1 - LE GOUVERNEMENT BRIAND
   du   21 janvier 1913 au 18 mars 1913
 

Aristide BRIAND  (1862 - 1932)


Fils d'un modeste commerçant, il est boursier au lycée de Nantes. Devenu avocat, il s'engage dans les rangs de la gauche radicale et anticléricale. A Paris il s'approche des anarchistes faisant l'apologie de la grève générale. Rallié aux socialistes, il est proche de Jaurès. Il est élu en 1892 à Saint-Etienne. La responsabilité de rapporteur de la commission de la Séparation lui permet d'acquérir une stature nationale. En 1905 il rompt avec Jaurès. Sans attache partisane, il devient ministre en 1906 dans le gouvernement Sarrien. Il occupera de nombreux postes ministériels avant de devenir Président du Conseil en 1909.  puis en 1913.

Briand_2.jpg (43639 octets)

Gouvernement

Affaires étrangères Auguste Jonnart Haut fonctionnaire Républicain
Instruction publique et Cultes Théodore Steeg Professeur Républicain radical -socialiste
Justice Louis Barhou Avocat Union démocratique
lntérieur Aristide Briand Avocat Journaliste radical socialiste
Finances Louis Klotz Journaliste Républicain radical-socialiste
Guerre Eugène Etienne Inspecteur des chemins de fer Gauche démocratique
Commerce et Industrie Gabriel Guist'hau Avocat Républicains radicaux-socialistes
Marine Pierre Baudin Avocat Républicains radicaux-socialistes
Travaux publics et PTT Jean Dupuy Professeur Union républicaine
Agriculture Fernand David Avocat Gauche radicale
Colonies Jean-Baptiste Morel Pharmacien Gauche radicale
Travail et prévoyance sociale René Besnard Avocat Républicains radicaux-socialistes

Histoire de France contemporaine - 18971 - 1913 -  Larousse

Le 1er mars les socialistes Allemand et Français publient un manifeste contre l'augmentation des budgets militaires

A l'unanimité, le conseil supérieur de la guerre déclare qu'il faut augmenter les effectifs militaires et qu'il faut recourir au service de trois ans. La France ne peut aligner que 480 000 soldats contre 850 000 à l'Allemagne.


Le 16 mars la revue de printemps des troupes est bien accueillie par la population mais cependant plusieurs milliers de personnes défilent contre le service militaire à 3 ans.

Suite au vote d'un amendement par le Sénat , amendement récusé par Briand, celui-ci démissionne.


2 - LE GOUVERNEMENT BARTHOU
   du   21 mars 1913 au 9 décembre 1913
 

 

Louis BARTHOU  (1862 - 1934)


Fils d'un quincaillier, Louis Barthou se passionne très vite pour la politique et devient avocat. Député républicain modéré des Basses-Pyrénées à 27 ans. Il est ministre des Travaux Publics pour la première fois dans le cabinet Dupuy en 1894 (présidence de Sadi-Carnot) sa démission provoquera une interpellation de Millerand sur des pots de vins versés par les compagnies de chemin de fer qui entraînera la chute de Dupuy. Il sera ensuite ministre de l'intérieur dans le cabinet Méline en avril 96, ministre des Postes et Télégraphes dans le gouvernement Sarrien en 1906, porte feuille qu'il conservera dans le gouvernement Clemenceau. Dans le gouvernement Briand en 1909 il sera à la justice, il y restera dans le second gouvernement Briand en 1912 . Il devient président du conseil le 21 mars 1913. Après la guerre il sera presque continuellement ministre secondant son ami Poincaré. Il est assassiné en 1934 par un terroriste Croate alors qu'il accueille Alexandre de Yougoslavie à Marseille.

Barthou_2.jpg (50785 octets)

Gouvernement

Affaires étrangères Stéphen Pichon Journaliste Radical-socialiste
Instruction publique et Cultes Louis Barhou Avocat Union démocratique
Justice Antony Ratier Avoué Républicain
Intérieur Louis Klotz Journaliste Républicain radical-socialiste
Finances Charles Dumont Professeur Républicain
Guerre Eugène Etienne Inspecteur des chemins de fer Gauche démocratique
Commerce et Industrie Alfred Massé Avocat Journaliste Républicain radical-socialiste
Marine Pierre Baudin Avocat Républicains radicaux-socialistes
Travaux publics et PTT Joseph Thierry Avocat Républicains progressistes
Agriculture Etienne Clémentel Notaire Gauche radicale
Colonies Jean-Baptiste Morel Pharmacien Gauche radicale
Travail et prévoyance sociale Henry Chéron Avocat Gauche radicale

Histoire de France contemporaine - 18971 - 1913 -  Larousse

Le 15 mai, la chambre approuve le maintient sous les drapeaux de la classe libérable en octobre. Dans de nombreuses garnisons des troubles éclatent

Le 25 mai nouvelle manifestation contre la guerre 150 000 personnes y participent. Le lendemain le siège de la CGT est perquisitionné.

Suite à la guerre des Balkans, signature du traité de Londres. La Turquie perd tous ses territoires à l'ouest de la ligne Enos-Midia et toutes les îles de la mer Égée. La Bulgarie qui a été déterminante dans la victoire et qui surestime sa force attaque la Serbie pour accroître sa part.
 En juin 1913, c'est la seconde guerre des Balkans. La Roumanie, la Grèce, le Monténégro et la Turquie viennent en aide à la Serbie. L' Autriche-Hongrie menace d'intervenir pour venir en aide à la Bulgarie.
 En août 1913, signature du traité de Bucarest. La Bulgarie perd la Macédoine et la Dobroudja. La Crête revient à la Grèce, et l' Albanie devient une principauté indépendante. C'est la déception générale, surtout en Serbie qui, du fait des menaces de l'Autriche-Hongrie, n'a pu atteindre l'Adriatique. C'est de là que partira l'étincelle qui déclenchera la guerre en juillet 1914. C'est la fin des possessions européennes de l'empire ottoman héritage des conquêtes du 16eme siècle.

Le 29 juillet une loi assure maintenant le caractère secret du vote grâce à l'usage d'enveloppes, des isoloirs et des urnes

Le 23 novembre 1913, le directeur du Figaro Gaston Calmette commence sa campagne contre Caillaux au sujet de l'incident d'Agadir en 1911 entre la France et l'Allemagne et des négociations qui s'en suivirent. En fait il s'agit de discréditer le promoteur de l'impôt sur le revenu. Le 13 mars, il publie une lettre confidentielle de Caillaux et l'accuse de complicité dans l'affaire Rochette. Dans cette affaire de spoliation d'épargnants par le nommé Rochette, Joseph Caillaux et Ernest Monis étaient intervenus  en mars 1911 pour faire retarder le procès, mais l'avocat de Rochette visait la prescription. La chambre s'emparera du dossier mais le 16 mars 1914 Mme Caillaux tuera Calmette dans son bureau au Figaro. Le procès passionnera la France entière. Elle sera finalement acquittée.

Le 2 décembre le gouvernement Barthou est mis en minorité à propos de l'exonération de l'impôt pour les souscripteurs de l'emprunt destiné au financement de l'armée. Il démissionne. Successivement, Ribot puis Dupuy tentent de former un gouvernement sans y parvenir. C'est Gaston Doumergue qui y parviendra.
 
Précédentes: 1911 Informations  économiques - 1913 - Suivantes: 1914
Vitesse d'accroissement du PIB (1906-1913) 2, 5% par an
De 1896 à 1913, la production de fonte a doublé (2,3 à 5 millions de tonnes, celle d'acier a quadruplé ( de 1,2 à 4,7 millions de tonnes). La France est le second producteur au monde d'automobiles après les Etats Unis. Cependant , l'industrie française qui en 1869 représentait 9% de la production mondiale ne représente plus que 6% .
Si la balance des paiements est positive, c'est grâce aux revenus des capitaux
 
Balance commerciale -1 540
Tourisme +750
Fret Assurance +340
Revenus des capitaux +1 775
Revenus du travail -29
Balance totale +1296

Le tableau ci-dessous donne le PIB par tête en "dollars 1990" en 1913 et rappel 1870
 

  USA GB France Allemagne Belgique Pays-bas Suisse
1870 2 457 3 263 1 858 1 913 2 640 2 640 2 172
1913 5 307 5 032 3 452 3 833 4 130 3 950 4 207
  Italie Espagne Japon Russie Mexique Brésil Argentine
1870 1 467 1 376 741 1 023 710 740 1 311
1913 2 507 2 255 1 334 1 488 1 467 839 3 797

(voir les PIB actuel en Europe)
Répartition de la population active avant  la 1ère guerre mondiale:

  % de la population active poids dans le PIB
Agriculture 37% 26, 3%
Industrie 34% 38, 7%
Services 29% 35, 0%

Aux Etats Unis:
Le 23 décembre 1913, le Federal Reserve Act crée la Banque centrale des Etats Unis, la Réserve Fédéral
 - Fed

 


3 - LE GOUVERNEMENT DOUMERGUE
   du   9 décembre 1913 au 4 juin 1914
 

 

Gaston DOUMERGUE  (1863 - 1937)

Né à Aigues-Vives dans le Gard en 1863, il est fils de vignerons aisés, protestants et républicains. Il fait ses études à Nîmes devient avocat en 1885 mais choisit la magistrature coloniale. Juge en Cochinchine puis juge de paix en Algérie. Il est élu député à Nîmes en 1893, il sera ensuite constamment réélu. Il sera ministre des colonies dans le gouvernement Combes de 1902 à 1905 puis ministre du commerce en 1906, de l'instruction publique de 1906 à 1908. Sénateur du Gard en 1910, il est chargé de former un gouvernement en 1913

Doumergue.jpg (51101 octets)

Gouvernement

Affaires étrangères Gaston Doumergue Avocat Radical-socialiste
Instruction publique et Cultes René Viviani Avocat Socialiste
Justice Jean-Baptiste Bienvenu-Martin Avocat Radical-socialiste
Intérieur René Renoult remplacé le 17 mars par Louis Malvy Avocat  (Renoult) Radical (Malvy)
Finances Joseph Caillaux remplacé le 17 mars par René Renoult Inspecteur des finances Union démocratique (Caillaux) Avocat  (Renoult)
Guerre Joseph Noulens Avocat Gauche radicale
Commerce et Industrie Louis Malvy remplacé le 17 mars par Raoul Peret  Radical (Malvy) Avocat Gauche radicale (Peret)
Marine Ernest Monis démissionne le 1er avril Armand Gauthier Avocat (Monis) Dr en Médecine (Gauthier)
Travaux publics et PTT Fernand David Avocat Gauche radicale
Agriculture Maurice Raynaud Radical
Colonies Albert Lebrun Ingénieur des mines Gauche démocratique
Travail et prévoyance sociale Albert Métin Radical

Président de la République -  Succès du Livre -

1914
Le 13 janvier 1914 création de la Fédération des Gauches à l'initiative de Briand, Barthou, Dupuy, Klotz, Millerand pour rassembler la gauche modérée en vue des prochaines élections.

Le 28 janvier clôture du congrès socialiste d'Amiens. Les socialistes décident de soutenir les candidats républicains qui se prononcent pour l'entente franco-allemande contre les dangers de la guerre.

Le 3 février obsèques quasi nationales du Paul Déroulède dont le passé a été consacré à prêcher la revanche avec l'Allemagne et qui avait tenté un coup d'état contre la République du temps du général Boulanger. 100 000 personnes y assistent dont Briand, Barthou, Leygues, Millerand.

Le 16 mars le directeur du Figaro, Gaston Calmette publie une lettre confidentielle de Caillaux et accuse ce dernier de complicité dans l'affaire Rochette (spoliation d'épargnants). Mme Caillaux tue Calmette (elle sera acquittée le 29 juillet) . Le 17 mars Caillaux démissionne. Le rapport du procureur Fabre met en cause Caillaux. La commission d'enquête est, présidée par Jaurès, cette fois, elle est dotée de pouvoirs judiciaires, mis en cause également Monis démissionne le 1er avril. La commission conclut à un simple abus de pouvoir.

Des controverses dans la presse au sujet de la Russie sont très vives, certains présentent la Russie comme étant au bord du gouffre ( Le Correspondant, La dépêche de Toulouse...) au contraire Le Matin la présente comme un colosse capable de faire éclater le globe.

En mai élections législatives , 22,7% d'abstentionnistes, les désistement entre socialistes et radicaux assurent la victoire de la gauche. SFIO 102 sièges, radicaux 136, socialistes indépendants et républicains socialistes 30, alliance démocratique 100, radicaux indépendants et républicains de gauche 102, progressistes et fédération républicaine 54, action libérale 34, droite 26, indépendants 16.

Une coalition parlementaire conduite par Caillaux et Jaurès s'oppose au gouvernement, Gaston Doumergue démissionne le 2 juin 1914. Deschanel, Delcassé, Dupuy, Peytral tentent en vain de former un gouvernement , Alexandre Ribot parvient à former un gouvernement mais le 12 il n'obtient pas la confiance. C'est finalement René Viviani qui forme le nouveau gouvernement

Président de l'Assemblée Nationale du  01 juin 1914 au 07  décembre 1919:
Paul Deschanel  (Républicains de Gauche)

 


4 - LE PREMIER GOUVERNEMENT VIVIANI 
  du   13 juin 1914 au 26 août 1914
 

 

René VIVIANI  (1862 - 1925)

Avocat et défenseur des cheminots, il est député socialiste du 5ème arrondissement de Paris de 1893 à 1902. Il participe à la fondation de l'Humanité avec Jaurès, Briand, Blum, Mirbeau... . Il quitte la SFIO pour fonder le Parti Républicain Socialiste. Il est ministre du travail dans le gouvernement Clemenceau et et le premier gouvernement Briand d'octobre 1906 à novembre  1910. Il sera ensuite ministre de l'instruction publique dans le gouvernement Doumergue en 1913. Nommé président du conseil en 1914, il décrète la mobilisation le 1er août. Après les premiers échecs militaires il décide la création d'un nouveau gouvernement d'union sacrée le 26 août

Viviani.jpg (57000 octets)

Gouvernement

Affaires étrangères René Viviani Avocat Socialiste
Instruction publique et Cultes Victor Augagneur Chirurgien Gauche radicale
Justice Jean-Baptiste Bienvenu-Martin Avocat Radical-socialiste
Intérieur Louis Malvy  Radical
Finances Joseph Noulens Avocat Gauche radicale
Guerre Adolphe Messimy Journaliste   Radical -socialiste
Commerce et Industrie Gaston Thomson Journaliste
Marine Armand Gauthier Dr en Médecine
Travaux publics René Renoult Avocat
Agriculture Fernand David Avocat Gauche radicale
Colonies Maurice Raynaud Avoué Gauche démocratique
Travail Charles Couyba Poète et chansonnier (sous  le nom de Boukay) Gauche démocratique

Histoire de France contemporaine - 18971 - 1913 -  Larousse

Le 20 juin le principe d'un emprunt de 800 millions pour la défense nationale et le Maroc est voté

Mi-juillet le Sénat et la chambre votent l'impôt général sur le revenu

Début du processus qui va mener à la guerre:

Le 28 juin 1914 un terroriste serbe assassine l'archiduc héritier du trône d'Autriche-Hongrie en Bosnie-Herzégovine à Sarajevo. L'assassinat provoque des troubles en Bosnie-Herzégovine et en Autriche-Hongrie. Les autorités d'Autriche- Hongrie et notamment militaires envisagent immédiatement la guerre, l'Allemagne s'engage à  appuyer l' Autriche-Hongrie

Le 5 juillet l'Empereur d'Autriche-Hongrie François-Joseph propose dans une lettre à l'empereur d'Allemagne Guillaume 2 l'élimination de la Serbie. Évoquant une possible intervention de la Russie, Guillaume 2 en accepte néanmoins l'immédiate   nécessité et confirme l'appui de l'Allemagne. La Hongrie n'est pas d'accord avec l'Autriche estimant qu'une guerre contre la Serbie risque d'entraîner l'Europe entière dans la guerre. L'Allemagne menace de rompre l'alliance si la guerre n'est pas déclarée, la Hongrie cède.

Le 13 juillet, le rapport du conseiller allemand conclu à l'innocence du gouvernement serbe dans l'attentat de Sarajevo. Malgré cela, le ministre austro-hongrois des affaires étrangères, Berchtold, recommande aux représentants allemands en Serbie, au Monténégro et en Russie de mettre leurs archives en sécurité.

Le 19 juillet le conseil des ministres d'Autriche-Hongrie fixe au 23 juillet à 18 heures la remise de l'ultimatum à la Serbie à cette heure Poincaré et Viviani seront en Russie ce qui évitera une réaction rapide de la France.

Le 23 juillet à 18 heures l'ultimatum austro-hongrois est déposé, il équivaut à un abandon de souveraineté de la Serbie dans les 48 heures. Poincaré et Viviani quittent Cronstadt le 23 à 22 heures.

Le 25 le ministre russe des affaires étrangères demande au nom de la Russie, de l'Angleterre et de la France un allongement du délai, la demande est rejetée par Vienne. A 15 heures la Serbie mobilise et repousse l'ultimatum autrichien, propose de fournir à Vienne les résultats de l'enquête sur l'attentat. Vienne repousse ces tentatives. Le gouvernement Russe commence à mobiliser.

Le 26 le Chef d'état major général allemand rédige un ultimatum destiné à la Belgique lui enjoignant de prévenir une attaque française contre l'Allemagne en acceptant son assistance. L'ambassadeur allemand demande à la France de modérer la Russie. La Grande Bretagne propose une conférence internationale à 4, elle reçoit le soutient de la France et de l'Italie. L'Allemagne refuse ainsi que Vienne.

Le 28 la guerre est déclarée par Vienne à la Serbie .

Le 29, alors que Poincaré et Viviani sont de retour en France à Dunkerque, les socialistes français et allemands se rencontrent à Bruxelles. Guillaume 2 envoie un télégramme au Tsar lui demandant de rester spectateur de la guerre de l'Autriche-Hongrie contre la Serbie. L'ambassadeur allemand signifie à l'ambassadeur russe que la mobilisation en Russie entraînerait la mobilisation en Allemagne. Le Tsar revient en arrière alors qu'il avait décidé la mobilisation générale, il la décrète partielle.
Le 30 juillet après avoir eu confirmation du soutient français le Tsar décrète la mobilisation générale.
Le 31 juillet la mobilisation russe est connue à Berlin. Le chef d'état major allemand intime l'ordre à la Russie d'arrêter ses préparatifs dans les 12 heures. L'Allemagne demande à Paris si la France restera neutre dans le conflit germano-russe, en cas de réponse positive , il est prévu d'exiger de la France comme gage de neutralité les forteresses de Toul et de Verdun la réponse doit être donnée avant le 1er août 16 heures. Ordre de mobilisation générale en Autriche-Hongrie. Ordre de mobilisation en Belgique du fait de la menace Allemande. Jaurès se rend avec une délégation chez Viviani qui est absent, il est reçu par Abel Ferry sous-secrétaire d' État aux affaires étrangères. A 21 h 40 Jaurès est assassiné par Raoul Vilain au café du croissant rue Montmartre. L'émotion est considérable
1er août mobilisation générale en France et en Allemagne. Déclaration de guerre de l'Allemagne à la Russie.
Le 2 août l'armée allemande envahit le grand duché du Luxembourg et remet l'ultimatum à la Russie
Le 3 août la Belgique rejette l'ultimatum allemand . L'Allemagne déclare la guerre à la France
Le 4 août l'armée allemande envahit la Belgique comme l'avait prédit Francis Delaisi dans son livre "La guerre qui vient"  en 1911, mais le plan de Joffre était basé sur la neutralité de la Belgique. A Paris ont lieu les obsèques de Jaurès
Le 5 août l'Angleterre déclare la guerre à l'Allemagne en raison du viol de la neutralité de la Belgique. Des centaines de milliers de volontaires s'engagent. Le Monténégro déclare la guerre à l'Autriche-Hongrie.
Le 6 août  l'Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Russie.
Le 11 août la France déclare la guerre à l'Autriche-Hongrie

C'est la guerre des frontières. Le 33ème d'Infanterie est dans les Ardennes , les premiers morts jonchent les bas cotés de la route . Le lieutenant Charles de Gaulle est blessé sur le pont de Dinant (Belgique) évacué il est opéré à l'hôpital St Joseph à Paris. Le plan d'attaque allemand était connu de l'état major français mais jugé irréalisable car violant la neutralité belges. Les cadres français formés au combat colonial sont déconcertés par ces nids de mitrailleuses bien protégés et les pantalons rouge des Français qui chargent à la baïonnette sont une cible facile. Du 20 au 23 août l'armée française perd 40 000 hommes.  Les manuels militaires français n'envisagent à aucun moment la retraite même stratégique.

Le 24 août l'invasion autrichienne est repoussée par les Serbes

Le 26 août Viviani fait un gouvernement d'union sacrée.

Précédentes :1913 Informations  économiques - 1914 - Suivantes 1919
Cours forcé du franc , moratoire des loyers pour les soldats. Premières émissions de bons de la défense nationale
En 1914, la SFIO ne compte que 90 000 adhérents et la CGT 1 million divisés entre réformistes et révolutionnaires. En Allemagne à la même période la social-démocratie compte 1, 7 millions d'adhérents et le syndicat 2, 5 millions, en Angleterre 1, 6millions pour le labour et 4 millions pour les Trade Unions
A la veille de la guerre la France dispose d'un réseau ferré de 40 000km entièrement exploité

5 - LE SECOND GOUVERNEMENT VIVIANI 
  du   26 août 1914 au 29 octobre 1915

 

Affaires étrangères Théophile Delcassé Journaliste Gauche radicale
Instruction publique Albert Sarraut Directeur de journal
Justice Aristide Briand Avocat Journaliste radical socialiste
Intérieur Louis Malvy Radical
Finances Alexandre Ribot Avocat Progressiste
Guerre Alexandre Millerand Avocat Socialiste
Commerce Gaston Thomson Journaliste
Marine Victor Augagneur Chirurgien Gauche radicale
Travaux publics Marcel Sembat Journaliste Socialiste (SFIO)
Agriculture Fernand David Avocat Gauche radicale
Colonies Gaston Doumergue Avocat Radical-socialiste
Travail Jean-Baptiste Bienvenu-Martin Avocat Radical-socialiste
Sans portefeuille Jules Guesde Journaliste Socialiste (SFIO)

Fin août l'avancée des troupes russes en direction de Berlin qui donnait un peu de répit aux soldats français est stoppée. Les Allemands obtiennent une victoire à Tannenberg (Prusse orientale)

Le 29 août, l'état major français annonce que les combats se déroulent de la Somme aux Vosges. Ce communiqué fait sensation car jusqu'à présent le peuple français était dans l'ignorance de la situation réelle

Le 2 septembre les Allemands sont à Senlis à 45 km de Paris. Le gouvernement quitte Paris pour Bordeaux

Le 3 septembre le président du conseil à les pleins pouvoirs pour 4 mois

Du 6 au 13 septembre sursaut des armées françaises. C'est la bataille de la Marne qui bloque l'avancée des troupes allemandes. L'ordre est de se faire tuer sur place plutôt que de reculer. 6 000 hommes sont envoyés en renfort par les fameux "taxis de la Marne" Joffre a su utiliser les erreurs des généraux allemands. L'offensive allemande en Lorraine et Champagne destinée à couper les forces françaises en deux échoue, l'armée allemande se replie. C'est la course à la mer chacun essayant de contourner l'autre. La guerre de mouvement prend fin les armées vont s'enterrer

Le ministre de la guerre et les industriels concernés décident le 20 septembre de porter à 100 000 par jour la fabrication d'obus pour canons de 75

Du 1er au 27 octobre, Les combats font rage, bataille des Flandres, bataille d'Arras, bataille de l'Yser. Les départements du Nord et du Pas de Calais sont occupés par les allemands.

Le 29 octobre la France et la Grande Bretagne décident de saisir les marchandises destinées à l'Allemagne transitant par un port neutre. Les Etats Unis abandonnent la stricte neutralité financière. Le 31 la Turquie entre en guerre aux côtés de l'Allemagne.

Le 2 novembre l'Angleterre déclare la mer du nord zone de guerre. C'est le début du blocus de l'Allemagne. Les Autrichiens entrent à Belgrade, les Serbes reprennent Belgrade le 2 décembre

Le 10 décembre le gouvernement revient à Paris


1915
Du 15 février au 18 mars 1915, bataille de Champagne dont le but principal est de soulager les troupes russes. Le 19 février les alliés tentent de forcer le détroit des Dardanelles mais sont bloqués par les troupes turques

Le 22 avril première utilisation par les Allemands des gaz asphyxiants près d'Yprès en Belgique appelés ypérite ou gaz moutarde

Le 24 avril le gouvernement turques fait assassiner des centaines d'Arméniens supposés être sympathisants des Russes et ordonne le déplacement d'Anatolie de tous les Arméniens. On estime à présent à 1, 5 ou 2 millions le nombre d' Arméniens morts dans ce génocide qui se prolongera jusqu'en 1922

Le 26 avril, l'Italie signe un traité secret à Londres . Elle s'engage à quitter la triple alliance (Allemagne, Autriche, Italie) pour rejoindre la triple entente (France, Angleterre, Russie) sous condition de récupérer des territoires peuplés d'Italiens aux mains de l'Autriche. Du 20 au 23 mai l'Italie mobilise et entre en guerre aux côtés des alliés.

Le 7 mai les Allemands torpillent le paquebot Lusitania qui fait 1447 victimes dont 124 américains.

Le 9 mai début de l'offensive française en Artois pour rompre le front allemand. Le 18 juin l'armée française qui a  échoué aura perdu 100 000 hommes et 2 200 officiers.

Le 6 juillet à Calais, conférence entre gouvernement et état major Français et Anglais pour coordonner les opérations alliées. L'évacuation des Dardanelles est décidée.

Le 4 septembre 1915, pour lutter contre le bourrage de crâne Maurice Maréchal fonde le canard enchaîné. ( A l'époque, le journal de Clemenceau fondé le 6 mai 1913, après s'être appelé "l'homme libre" s'appelait "l'homme enchaîné" depuis le 7 octobre 1914).

Le 22 septembre entrée en guerre de la Bulgarie aux côtés de l'Allemagne. Le 27 septembre le nouveau gouvernement grec négocie l'envoi d'un corps expéditionnaire franco-anglais à Salonique.
Le 1er octobre le corps expéditionnaire débarque à Salonique.

le 6 octobre les armées autrichienne et bulgare envahissent la Serbie . Les troupes serbes battues sont évacuées sur l'ile grecque de Corfou

Le 9 octobre la France mobilise en Afrique Occidentale Française de nombreuses révoltes éclatent notamment au Sénégal et au Soudan. Plusieurs centaines de milliers d'Africains participent à ces révoltes réprimées dans le sang. 

Le 11 octobre nouvelle offensive en Artois. De lourdes pertes et de petits résultats. Le 17 octobre la France déclare la guerre à la Bulgarie.

Le 13 octobre Delcassé ministre des affaires étrangères ébranlé par la mort de son fils au front démissionne.  Le 29 octobre c'est le gouvernement Viviani qui démissionne.


6 - NOUVEAU GOUVERNEMENT BRIAND
   du   29 octobre 1915 au 12 décembre 1916

Aristide BRIAND  (1862 - 1932) (voir plus haut)

Son gouvernement:

Affaires étrangères Aristide Briand Avocat Journaliste radical socialiste
Instruction publique Paul Painlevé Professeur Républicain socialiste
Justice René Viviani Avocat Socialiste
Intérieur Louis Malvy Radical
Finances Alexandre Ribot Avocat Progressiste
Guerre Joseph Galliéni remplacé le 16 mars 1916 par Pierre Auguste Roques Généraux
Commerce Etienne Clémentel Notaire Gauche radicale
Marine Lucien Lacaze Amiral
Travaux publics Marcel Sembat Journaliste Socialiste (SFIO)
Agriculture Jules Méline Avocat
Colonies Gaston Doumergue Avocat Radical-socialiste
Travail Albert Métin Professeur Radical-socialiste
Ministres d'Etat Louis de Freycinet, Léon Bourgeois, Emile  Combes, Jules Guesde, Denys Cochin Ingénieur: Polytechnique, mines Préfet (Freycinet)   Avocat Radical  (Bourgeois) Dr en médecine Radical  (Combes) Journaliste Socialiste (SFIO) (Guesde) Chimiste (Cochin)

Le 29 octobre 1915, le nouveau ministre de la guerre le général Galliéni, décide d'envoyer les embusqués au front et de les remplacer par des femmes

Un emprunt franco-anglais de 500 millions de dollars est émis sur le marché américain. En 1916 les emprunts faits par les alliés s'élèveront à 1 929 millions de dollars. Le 12 novembre un emprunt pour la défense nationale sous forme de rente perpétuelle à 5% est émis, les souscriptions dépassent 14 milliards.

Le général Galliéni demande l'incorporation de la classe 17 (nous sommes en novembre 1915) . Elle sera appelée le 5 janvier 1916. Le général Galliéni démissionnera le 16 mars et mourra le 26 mai


1916

Les 8 et 9 janvier 1916 les troupes alliées quittent les Dardanelles sans avoir pu conquérir les détroits. 180 000 alliés y ont laissé leur vie dont 30 000 Français

Le 29 janvier premier bombardement à l'aide d'un ballon dirigeable zeppelin. Les bombes percent la voûte du métro Belleville et tuent 26 personnes.

Du 21 au 25 février attaque Allemande sur la région de Verdun, les Allemands enfoncent les lignes françaises prennent plusieurs villages et le fort de Douaumont. Le général Pétain prend le commandement, réorganise le front et ordonne de tenir à tous prix . L'offensive allemande sera contenue, la résistance de Verdun deviendra un symbole. En mars les combats acharnés se poursuivent , le 2 mars le capitaine de Gaulle est blessé d'un coup de baïonnette, fait prisonnier il est interné en Wesphalie. Les 9 et 10 avril terrible offensive allemande sur les deux rives de la Meuse le front allié ne rompt pas .

Le 20 avril, en vertu d'accords antérieurs avec la Russie 20 000 soldats russes débarquent à Marseille ils sont envoyés au front mais se considérant comme une marchandise vendue, ils créent des soviets, commémorent le 1er mai, désobéissent, ils sont rapidement retirés du front.

Le général Pétain est nommé commandant de l'armée du centre . Il est remplacé à Verdun par le général Nivelle. Les troupes coloniales du général Mangin reprennent Douaumont le 22 mai et doivent l'abandonner le 24. Les Allemands reprennent l'initiative.

Les 31 mai et 1er juin victoire de la flotte anglaise sur les allemands. La flotte anglaise confirme sa maîtrise des mers. Les Allemands ne peuvent plus compter que sur leurs sous-marins or le 20 avril à la suite du torpillage du bateau américain le Sussex les Américains leur avaient demandé d'abandonner la guerre sous-marine et les Allemands avaient accepté. Aux Etats Unis,  Wilson est réélu président le 24 novembre 1916 sur un programme de non intervention dans la guerre.

Le 1er juillet bataille de la somme , offensive franco-britannique les pertes sont considérables en une heure, les britanniques auront 60 000 blessés ou tués. Les Français parviendront à enfoncer les premières et secondes positions allemandes mais seront stoppés. Des offensives sont lancées également en Italie dans la région de Trieste et en Russie. Le 15 septembre les Anglais utiliseront pour la première fois des chars d'assaut. L'expérience n'est pas suffisamment concluante pour être généralisée. La bataille de la Somme sera terminée le 18 novembre. Pour un gain de 10 km les Français comptent 200 000 hommes hors de combat dont 104 000 tués, les Britanniques 420 000 et les Allemand 450 000 c'est la bataille la plus meurtrière de cette guerre en 5 mois et demi.

A Verdun, le 21 février , l'artillerie allemande, 1300 pièces déverse 2 millions d'obus. La colline 304 perdra 7 mètres de hauteur. En fin d'après midi l'infanterie allemande passe à l'assaut précédée des lance-flammes en 24 heures Pétain parvient à établir un flux de 6000 camions apportant des renforts. L'assaut est bloqué. Le 6 mars nouvel assaut le fort de Vaux tiendra jusqu'au 7 juin. Le 11 juillet 40 000 soldats allemands prennent l'offensive obtiennent quelques succès mais insuffisants pour enfoncer les lignes alliées. Conséquence de son échec, le chef d'état major allemand Falkenhayn est remplacé par Hindenburg. Le 24 octobre les Français reprennent le fort de Douaumont perdu en février; le 15 décembre, La bataille de Verdun prendra fin, 700 000 hommes y auront laissé leur vie dont 270 000 Français.

Le 22 août 1700 ouvriers chinois débarquent à Marseille pour travailler dans les usines d'armement

Du 4 juin au 20 septembre, offensives russes du général Broussilov en Pologne et en Galicie

Le 28 août la Roumanie entre en guerre aux cotés des alliés
 
Le 26 novembre offensive allemande contre la Roumanie, Bucarest tombe aux mains des Allemands le 6 décembre

Le  12 décembre Briand remanie son gouvernement


7 - TROISIEME GOUVERNEMENT BRIAND  
du   12 décembre 1916 au 17 mars 1917

Aristide BRIAND  (1862 - 1932) (voir plus haut)

Son gouvernement:

Affaires étrangères Aristide Briand Avocat Journaliste radical socialiste
Instruction publique, cultes Paul Painlevé Professeur Républicain socialiste
Justice René Viviani Avocat Socialiste
Intérieur Louis Malvy Radical
Guerre Hubert Lyautey avec Denys Cochin sous-secrétaire d'Etat au Blocus Général (Lyautey) Chimiste (Cochin)
Finances Alexandre Ribot Avocat Progressiste
Commerce, Industrie, Agriculture et Travail Etienne Clémentel Notaire Gauche radicale
Marine Lucien Lacaze Amiral
Travaux publics , Transport et Ravitaillement Edouard Herriot Professeur radical-socialiste
Armement et fabrication de guerre Albert Thomas et Louis Loucheur sous secrétaire d'état Agrégé Coopérateur Socialiste (Thomas) Polytechnicien Industriel (Loucheur)
Colonies Gaston Doumergue Avocat Radical-socialiste

Briand forme un comité de guerre comprenant les ministres de la guerre, de la Marine, des Affaires étrangères, des Finances et de l'Armement auquel est associé le général Joffre. Ce dernier sera fait Maréchal le 26 décembre et quittera ses fonctions de conseiller technique auprès du gouvernement. Le commandement en chef des armées est supprimé.

Le 15 décembre à Verdun, nouvelle offensive française les positions perdues en début d'année sont récupérées.

Le 18 décembre, après sa réélection le président des Etats Unis d'Amérique avait envoyé aux belligérants une note dans laquelle il leur demandait de déclarer officiellement les buts de cette guerre. Le 10 janvier les alliés de la triple entente répondent:
évacuation des territoires occupés, retour de l'Alsace Lorraine à la France, réparation des dommages subits, affranchissement des nationalités sous domination turque, émancipation des Roumains, Tchèques, Slovaques et Yougoslaves, état polonais indépendant.
Les Allemands acceptent d'évacuer une Belgique démilitarisée tout en conservant le contrôle des voies ferrées et des forteresses de Liège et Namur. Elle réclame également le bassin de minerai de fer lorrain et des territoires en Europe orientale. Le 16 janvier l'état major allemand décide de reprendre la guerre sous-marine, il en informe le président Wilson le 24. Le commerce lucratif de l'Amérique avec les alliés est menacé. Les Etats Unis rompent les relations diplomatiques avec l'Allemagne.


1917
Du 8 au 15 mars 1917 les ouvriers de Petrograd créent un soviet des députés ouvriers et paysans, la garnison de Petrograd se range du coté des ouvriers. Le 15 un gouvernement provisoire est formé, le Tsar abdique .

Le 14 mars plusieurs interpellations ont lieu à la chambre sur l'industrie aéronautique. Le général Lyautey est pris à parti, il démissionne du ministère de la guerre ce qui entraîne la démission de Briand le 17 mars.

Alexandre Ribot forme le nouveau gouvernement


8 - GOUVERNEMENT RIBOT  
du  20 mars 1917  au  7 septembre 1917
 

 
Alexandre RIBOT ( 1842 - 1923)

Il a fait ses premiers pas politiques sous le patronage de Thiers. Député du Pas de Calais en 1878, il devient ministre des affaires étrangères en 1890 et initie la politique de rapprochement avec la Russie. C'est en plein scandale de Panama que Sadi-Carnot le charge de former un gouvernement après l'avoir demandé sans succès à Brisson, Casimir-Perrier et Bourgeois . Il est ensuite ministre des finances de 1914 au début 1917. A 75 ans il est président du conseil dans un contexte très difficile

Ribot_2.jpg (65883 octets)

Gouvernement

Affaires étrangères Alexandre Ribot Avocat Progressiste
Instruction publique et Cultes Théodore Steeg Professeur Républicain radical -socialiste
Justice René Viviani Avocat Socialiste
lntérieur Louis Malvy Radical
Finances Joseph Thierry Avocat Républicains progressistes
Commerce Etienne Clémentel Notaire Gauche radicale
Guerre Paul Painlevé Professeur Républicain socialiste
Armement Albert Thomas Agrégé Coopérateur Socialiste
Marine Lucien Lacaze Amiral
Travaux publics Georges Desplas Avocat Gauche radicale
Agriculture Fernand David Avocat Gauche radicale
Colonies André Maginot Haut fonctionnaire Républicain de gauche
Ravitaillement Maurice Viollette Avocat Radical socialiste
Travail Léon Bourgeois Avocat Radical

Histoire de France contemporaine - 18971 - 1913 -  Larousse

En avril Le 21 mars offensive allemande dans l'Aisne le front français  est enfoncé sous Saint-Quentin.

Aux Etats Unis, le président Wilson déclare au congrès que la guerre actuelle de l'Allemagne contre le commerce est une guerre contre toutes les nations. Le 6 avril le congrès vote l'entrée en guerre des Etats Unis

Le 9 avril début de l'offensive anglaise dans la région d'Arras. Le 16 avril le général Nivelle lance l'offensive du chemin des dames. Son plan a suscité des réserves de Painlevé et de Pétain. 30 divisions françaises attaquent , elles s'emparent des premières positions mais échouent devant les secondes bien protégées. Les pertes en hommes sont considérables. Nivelle a sous-estimé les besoins sanitaires. Les premiers actes d'insubordination de soldats français apparaissent. L'état major suspend l'offensive le 19 avril 147 000 hommes hors de combat, dont 40 000 tués parmi lesquels 5 000 Russes et 8 000 Sénégalais.

Le 30 avril le général Pétain est nommé chef d'état-major général auprès du ministre de la guerre. Le 5 mai Nivelle ordonne, contre tous les avis défavorables, de nouvelles attaques. Le 15 mai le gouvernement relève le général Nivelle de son commandement. Pétain le remplace à la tête de l'armée du Nord et du Nord-Est. Le général Foch est nommé chef d'état major général au ministère de la guerre. a son arrivée Pétain assouplit le régime des permissions et des périodes de repos. Le 10 juin les deux premières exécutions pour insoumission ont lieu. Les conseils de guerre prononceront 2900 condamnations aux travaux forcés et 554 condamnations à mort dont 49 seront exécutées

Le 28 juin, la première division américaine arrive en France commandée par le général Pershing. La Grèce déclare la guerre à l'Allemagne suite à la déposition du roi Constantin 1er


En Russie le socialiste Kerenski devient président du conseil après de violentes manifestations Bolcheviques le 18 juillet.

Le 20 juillet un compromis est signé entre Serbes et Croates qui prévoit la création d'un état yougoslave sous l'égide d'une dynastie Serbe accordant une large autonomie à la Croatie

Le 2 août l'amiral Lacaze refuse une commission parlementaire sur son ministère et démissionne. Denis Cochin démissionne également accusant le gouvernement d'anticléricalisme

Le 7 septembre démission du gouvernement Ribot suite aux problèmes de Malvy. Le chef de cabinet de Malvy, Leymarie aurait permis au directeur du journal "le bonnet rouge", journal pacifiste de ramener de Suisse des capitaux d'origine allemande. Paul Painlevé constitue le nouveau gouvernement


9 - GOUVERNEMENT PAINLEVE  
du  12 septembre 1917  au  13 novembre 1917

 
Paul PAINLEVE ( 1863 - 1933)

Normalien, professeur en Sorbonne et à Polytechnique, il est élu à l'académie des sciences en 1900. Il est attiré dans la vie politique par Briand qui le prend comme ministre de l'instruction publique en 1915. Ministre de la guerre dans le gouvernement Ribot en pleine guerre. Après la démission de Ribot suite à l'affaire Malvy, devant l'impossibilité pour ce dernier de constituer un nouveau gouvernement , il est chargé par Poincaré de constituer un gouvernement le 12 septembre 1917.

Painleve_3.jpg (75248 octets)

Gouvernement

Affaires étrangères Alexandre Ribot remplacé le 24 octobre par Louis Barthou Avocat Progressiste (Ribot) Avocat Union démocratique (Barthou)
Instruction publique Daniel-Vincent Professeur Radical
Justice Raoul Péret Avocat Gauche radicale
lntérieur Théodore Steeg Professeur Républicain radical -socialiste
Finances Louis Klotz Journaliste Républicain radical-socialiste
Commerce Etienne Clémentel Notaire Gauche radicale
Guerre Paul Painlevé Professeur Républicain socialiste
Armement Louis Loucheur Polytechnicien Industriel Républicain de gauche
Marine Charles Chaumet Journaliste Républicain de gauche
Agriculture Fernand David Avocat Gauche radicale
Colonies René Besnard Avocat Radical -socialiste
Transports Albert Claveille Ingenieur
Travail André Renard Pharmacien Radical -socialiste
Ravitaillement Maurice Long Avocat Radical -socialiste
Missions à l'étranger Henry Franklin-Bouillon Journaliste Radical -socialiste

L'Illustration N° 4731 - 4 novembre 1933

Aristide Briand qui était en relation depuis le mois de juin avec le baron von der Lancken ne peut se rendre en Suisse pour le rencontrer en vue de négociations de paix n'ayant ni l'aval de Ribot, qui est hostile à toute négociation, ni l'aval des Britanniques qui n'ont pas été informés par celui-ci.

Du 23 au 26 octobre , bataille de la Malmaison dans l'Aisne, les Français remportent un succès complet. Le 24 octobre en Italie débute la bataille de Caporetto, qui tourne au désastre pour l'Italie. Une conférence interalliée décide l'envoi de 6 divisions françaises et 6 divisions anglaises pour soutenir l'Italie

En Russie, le comité militaire révolutionnaire dirigé par Trotski s'empare de Petrograd à l'instigation de Lénine. Le gouvernement démocratique de Kerenski est renversé

Le 13 novembre, Painlevé est mis en minorité, il démissionne. Malgré l'inimitié entre les deux hommes Poincaré demande à Clemenceau de former le nouveau gouvernement.


10 - GOUVERNEMENT CLEMENCEAU  
du  16 novembre 1917  au  17 janvier 1920

 

Georges Clemenceau  (1841 - 1929)

Fils d'un "bleu" de Vendée (soldat républicain) fait des études de médecine avant de se tourner vers le journalisme. Il se marie aux Etats Unis revient en France en 1870, devient maire du 18ème arrondissement de Paris, il est élu député républicain radical en février 1871. Pendant la commune , en désaccord avec Thiers et avec les communards il se retire en Vendée. revenu à Paris il fonde son journal "la justice" et s'oppose à la politique coloniale de Jules Ferry. Éclaboussé par le scandale de Panama, il revient au premier plan avec l'affaire Dreyfus. Il devient Sénateur puis ministre de l'intérieur dans le gouvernement Sarrien. Il se surnommera lui même "le premier flic de France". Il n'hésitera pas à réprimer les mouvements sociaux et pourtant nommé Président du conseil il crée le ministère du travail car, attentif à la condition ouvrière il estime son amélioration indispensable mais réalisable par des réformes. Dés le début de la guerre il n'hésite pas à dénoncer les défaitistes on le surnommera "le tigre" . Président du conseil il fait régner une dictature de salut public. Le 8 mars 1918 il déclarera" La Russie nous trahit , je continue à faire la guerre. La malheureuse Roumanie est obligée de capituler, je continue à faire la guerre et je continuerai jusqu'au dernier quart d'heure à faire la guerre car c'est nous qui aurons ce dernier quart d'heure". A la signature de l'armistice "le tigre" devient "le père la victoire"

Gouvernement

Affaires étrangères Stéphen Pichon Journaliste Républicain radical
Instruction publique Antoine Lafferre Journaliste Radical
Justice Louis Nail Avocat Radical socialiste
Intérieur Jules Pams Avocat Radical socialiste
Finances Louis Klotz Journaliste Républicain radical-socialiste
Guerre Georges Clemenceau Dr en médecine
Commerce Etienne Clémentel Notaire Gauche radicale
Marine Georges Leygues Journaliste, poète Union démocratique
Travaux publics Transports Albert Claveille Ingenieur
Agriculture et Ravitaillement Victor Boret Grainetier  Gauche radicale
Colonies Henry Simon Industriel, radical-socialiste
Travail Pierre Colliard Négociant Républicain socialiste
Blocus et Régions libérées Charles-Célestin Jonnart remplacé par Albert Lebrun en 1918 Haut fonctionnaire Républicain (Jonnart) Ingénieur des mines Gauche démocratique (Lebrun)
Armement puis Reconstruction industrielle Louis Loucheur Polytechnicien Industriel Républicain de gauche

 

Du 26 novembre au 8 décembre 1917 bataille de Cambrai. Les franco-britanniques percent les lignes allemandes  avec l'aide des chars. Ils sont stoppés par une contre attaque

Du 3 au 15 décembre des négociations se tiennent entre Allemands et Bolcheviks à Brest - Litovsk (Biélorussie) L'armistice est signé le 15. Le 9 février 1918, l'Autriche-Hongrie signe un traité avec les Bolcheviks dont les troupes envahissent l'Ukraine. Allemands et Bolcheviks signent le traité de Brest -Litovsk par lequel les Allemands obtiennent l'occupation des pays Baltes, d'une partie de la Bièlorussie et de la totalité de l'Ukraine

L'immunité parlementaire de Joseph Caillaux, qui n'a eu de cesse de préconiser un rapprochement franco-allemand, accusé par l'extrême droite d'intelligence avec l'ennemi, est levée le 11 décembre pour les relations qu'il a eu avec des pacifistes pro-allemands. Il sera arrêté le 14 janvier 1918 à la demande de Clemenceau et jugé le 23 avril 1920. Il est condamné à 3 ans de prison et 10 ans de dégradation civique pour "aide involontaire à l'ennemi" ce qui provoque l'indignation de toute une partie de la classe politique et notamment de la Ligue des droits de l'homme. le 1er janvier 1925 , à l'initiative de Edouard Herriot, la chambre des députés l'amnistie.


1918

Le 30 janvier 1918 l'aviation allemande inaugure les bombardements de civils en bombardant Paris, plusieurs hôpitaux sont touchés 49 morts et 207 blessés. De leur coté les Français et Britanniques bombardent les ambulances et hôpitaux allemands et des villes rhénanes. De nouvelles attaques sur Paris auront lieu les 8 et 11 mars

Le 21 mars les Allemands reprennent l'offensive 65 divisions attaquent Arras. La 5ème armée anglaise est disloquée, Pétain fournit 20 divisions pour tenter de colmater la brèche. Les Allemands se sont rapprochés de Paris de 60 km. Le 23 mars les Allemands peuvent bombarder Paris à l'aide de canons à longue portée faisant de nombreuses victimes. Ces bombardements se poursuivront jusqu'à fin avril, de nouvelles vagues auront lieu les 8 et 10 août  et s'arrêteront définitivement le 16 septembre.

La conférence interalliée de Beauvais du 3 avril accroît les pouvoirs du général Foch qui devient, le 14, commandant en chef des forces alliées. Les Allemands lancent une offensive dans les Flandres, le 9 avril Armentières tombe. Les effectifs deviennent critiques. On en appelle aux Anglais et aux Américains.

L'industrie d'armement produit dans 17 000 entreprises 261 000 obus par jour et 971 canons par mois et emploie 1million sept cent mille travailleurs qui se décomposent en:497 000 militaires, 430 000 femmes, 425 000 hommes, 133 000 jeunes de moins de 18 ans , 61 000 travailleurs coloniaux, 40 000 prisonniers de guerre et 13 000 mutilés de guerre. De grandes grèves ont lieu en région parisienne.

Fin mai les Allemands déclenchent leur troisième offensive au Chemin des Dames. Le 28 Soisson tombe, le 30 les Allemands atteignent la Marne, ils ont fait 60 000 prisonniers. Le Conseil  suprême de la guerre demande au président Wilson 300 000 hommes par mois

Le 7 mai La Roumanie signe la paix avec l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie

du 9 au 13 juin offensive allemande sur l'Oise. Une contre-offensive commandée par le général Mangin bloque les Allemands. Une offensive Allemande en Italie échoue. Le 15 juillet offensive allemande en Champagne se brise.

Le 18 juillet début de la seconde bataille de la marne 1000 chars de marque Renault et 600 avions sont employés. La situation se retourne, les Allemands engagés sur la Marne sont menacés d'encerclement. Le 8 août contre-offensive franco-anglaise en Picardie. C'est le début de l'offensive générale des Alliés. Pour Ludendorff c'est le jour noir de l'armée allemande. Les Allemands sont refoulés sur leurs positions de 1916. Des milliers d'hommes sont fait prisonnier.  Ludendorff déclarera qu'il n'est plus envisageable de contraindre les alliés à faire la paix par l'offensive.
Le 21 août les Anglais reprennent Cambrai.
Le 14 septembre, l'armée de Salonique commandée par Franchet d'Esperey passe à l'offensive.
Le 18 septembre le front allemand est rompu en Champagne. Le 19 septembre les Anglais enfoncent le front turc en Palestine
Le 19 septembre la Bulgarie qui est alliée à l'Allemagne est contrainte à l'armistice

Début octobre, les généraux Hindenburg et Ludendorff pressent le nouveau chancelier allemand Max de Bade de demander l'armistice. Finalement le Grand quartier général impose cette décision au gouvernement. Le 6 Max de Bade demande à Wilson quelles seraient les conditions pour une armistice. Le 14 Wilson précise la capitulation de l'armée allemande et l'abdication des Hohenzollern font partie des conditions d'un armistice. Le 26 Ludendorff  démissionne de ses fonctions.

Le 17 octobre Lille et Douai sont libérées par les Anglais.
Le 20 octobre les soldats belges libèrent Bruges.
Les 24-27 octobre les Italiens sont victorieux dans la bataille de Vittorio-Veneto.
Le 28 l'armée d'Orient atteint le Danube.
Le 29 octobre l'Allemagne s'adresse à Wilson pour demander l'armistice et la paix. Wilson répond par ses "quatorze points" . Afin de contraindre les alliés à négocier sur une base identique, Wilson n'exclut pas de signer une paix séparée.
Le 30 octobre la Turquie signe l'armistice de Moudros . Les troupes françaises entrent au Liban ravagé par la famine . Les Français organisent les secours.
Le 31 octobre le gouvernement allemand demande à Guillaume 2 d'abdiquer.
Le 3 novembre l'Autriche-Hongrie signe l'armistice de Villa-Giusti avec les Alliés. Les chefs de gouvernement alliés s'entendent sur les conditions d'armistice pour l'Allemagne .
Le 4 Washington adresse les conditions d'armistice au gouvernement allemand et l'invite à la demander au Maréchal Foch (il a été nommé Maréchal le 6 août) . Les armées allemandes font retraite.
Le 9 novembre les marins allemands de Kiel se révoltent. Guillaume 2 abdique, la république est proclamée .
Le 11 novembre 1918 à 6h du matin, à Rethondes (près de Compiègne),   les généraux allemands signent l'armistice sur la base des 14 points. Évacuation des troupes allemandes à l'ouest du Rhin et de sa rive gauche, annulation des traités de Brest-Litovsk et de Bucarest, livraison du matériel de guerre et des sous-marins. Les hostilités sont suspendues à partir de 11 heure. Signée pour 36 jours, l'armistice est renouvelé le 13 décembre puis le 16 janvier 1919 jusqu'à la signature de la paix le 16 février 1919. Le ministre de l'intérieur adresse un ordre de pavoisement aux préfets. Tout le pays est en liesse.

Le 17 novembre les troupes françaises entrent en Alsace-Lorraine

Le 1er décembre 1918 un conseil des quatre chefs des gouvernements alliés  est constitué par Lloyd George, Clemenceau, Orlando, Wilson. Le 4 l'état Tchécoslovaque est reconnu par les alliés qui lui accorde d'englober la Slovaquie..

Le 10 décembre Pétain (qui sera fait maréchal le 15 décembre) , Foch, Poincaré et Clemenceau sont acclamés en Alsace

Electrification de la France: fin 1918, 7 000 communes sont électrifiées sur plus de 37 000  que compte la France


1919

Le 11 février 1919 le social-démocrate Friedrich Ebert est élu président de la république de Weimar par l'assemblée constituante allemande. Le 16 en Autriche les socialistes remportent les élections. Le nouveau chancelier Karl Renner revendique la possibilité de rattacher l'Autriche à l'Allemagne. Les Américains approuvent.

Le 19 Clemenceau est blessé d'un coup de revolver. Le coupable Émile Cottin est condamné à mort, sur intervention de Clemenceau sa peine est commuée en 10 ans de prison. Il mourra pendant la guerre civile espagnole dans les rangs républicains. Le 6 avril à Paris, 100 000 personnes manifestent contre l'acquittement, le 22 mars, de Raoul Villain, l'assassin de Jaurès 

Préparation du traité de paix. Les Italiens qui n'obtiennent pas l'annexion de la Dalmatie qui ira à la Yougoslavie quittent la commission. Le pacte constitutif de la Société Des Nations (SDN) est adopté mais ses pouvoirs seront faibles les Anglais s'opposent au principe des sanctions militaires, les Etats Unis prônent les sanctions économiques ou financières. Le 7 mai les conditions de paix sont remises à l'Allemagne la date limite de la signature est fixée au 29 juin il sera signé à Versailles dans la galerie des glaces ( pour effacer le traité de la guerre de 1870 ) Le 2 juin les conditions imposées à l'Autriche lui sont remises au château de Saint Germain. Le traité de Versailles est signé le 28 juin 1919 et le traité de Saint-Germain le 19 septembre 1919 . La France qui voulait s'annexer la Rhénanie ( rive gauche du Rhin ) pour créer un espace tampon avec l'Allemagne doit se contenter d'une garantie des Américains et des Anglais. Le 20 novembre le Sénat américain refusera de ratifier le traité de Versailles de ce fait la garantie américaine devient inexistante  et l'Angleterre retire la sienne.

En mars 1919 au Kremlin Lénine fonde la 3ème Internationale le Komintern ( KOMmounnistitcheski INTERNatsional), il édicte 21 conditions d'adhésion qui consiste pour l'essentiel à rompre avec la sociale démocratie. Elle sera dissoute en 1943 par Staline.

En politique intérieure, les débats de la Chambre et du Sénat sont divergents Le Sénat vote la journée de 8 heures mais pas la chambre. La Chambre vote le droit de vote pour les femmes mais pas le Sénat. La CGT organise des manifestations pour la journée de 8 heures. Le 2 juin les métallurgistes se mettent en grève pour la semaine de 44h, le 3 les employés du métropolitain et des omnibus les rejoignent. La grève se termine le 16 sans succès. Le 21 août, les grandes entreprises françaises se regroupent dans la Confédération Générale de la Production Française (CGPF)

Au congrès de la CGT du 15 au 21 septembre  la minorité révolutionnaire menée par Pierre Monatte, Fernand Loriot, Gaston Monmousseau, critique l'attitude de la direction confédérale pendant la guerre et s'oppose à  Léon Jouhaux ils gagnent de l'influence mais pas suffisamment pour le renverser. 1er et 2 novembre 1919 congrès constitutif de la CFTC ( Confédération Française des Travailleurs Chrétiens ) C'est Gaston Tessier qui est nommé secrétaire général et Jules Zirnheld Président.

Le 25 septembre 1919, au cours de la discussion du projet portant approbation du traité de Versailles. Le socialiste Albert  Bedouce  prononça un important discours concernant les conséquences économiques et financières du traité, qui, selon lui, était, en ces matières, « mauvais et désastreux pour nôtre pays » : l'Allemagne ne pourra pas payer les réparations, des Alliés doivent aider la France, il faut aider la naissance de la démocratie en Allemagne, les peuples ne doivent pas continuer à se haïr, tels étaient les thèmes principaux qu'il développa. En Angleterre John Maynard Keynes, économiste, expert auprès des négociateurs démissionne pour manifester son hostilité aux réparations imposées à l'Allemagne

Précédente 1914 Informations  économiques - 1919 - Suivantes: 1920
L'Angleterre cesse de soutenir le franc
Pour une base 100 en 1913, en 1919, la production industrielle est tombée à 57, L'activité du bâtiment, de la métallurgie, les industries extractives, les industries mécaniques sont à 50% au mieux de ce quelles pourraient être.

Le poids des Etats Unis:
Les Etats Unis, qui pendant toute la guerre ont fourni armes, munitions, matières premières, nourriture, produits manufacturés, se trouvent renforcés sur le plan économique. Leur flotte maritime est devenue la deuxième du monde après l'Angleterre. Ils détiennent 50% du stock d'or mondial

En Allemagne, la masse monétaire, pour financer le conflit, a été multipliée par 3 entre 1914 et 1918, ce sera , avec les réparations exigées par le traité de Versailles la raison de l'hyperinflation qui va sévir dans ce pays.

Indice des prix de gros en 1919 base 100 en 1913
 

Royaume Uni Etats Unis Japon France Allemagne
254 206 236 356 415

Aéronautique:
Création des lignes Latécoère qui vont relier la France au Brésil en passant par l'Espagne, le Maroc, le  Sénégal.
De son nom , la Compagnie Générale d'Entreprises Aéronautiques, qui deviendra plus tard en 1927 "l'Aéropostale" dont le responsable d'exploitation Didier Daurat recrutera  les Mermoz, Saint-Exupéry, Guillaumet pilotes et aventurier d'inscrire leur nom dans l'histoire de l'aéronautique.

Automobiles:
André Citroën lance la production des automobiles en grande série
 

Elections:
Les 11 et 25 mai 1924 Élections législatives. Le scrutin (loi du 12 juillet 1919) est un système mixte majoritaire-proportionnel. Les candidats ayant  obtenu la majorité absolu au 1er tour sont élus le reste est à la proportionnelle .
28,9% d'abstention.
 

Positionnement Partis Sièges
Extrême gauche SFIO 68

Centre gauche
 
Républicains socialistes (PRS) 26
Républicain, radical et radical socialiste(PRRRS) 86
Centre droit Gauche républicaine démocratique (ARD) 93
Républicains de gauche (ARD) 46
Action républicaine et sociale (ARD) 61
Droite Entente républicaine démocratique (FR) 183
Indépendants (FR) 29
Non inscrits   21
Total   613


 

Président de l'Assemblée Nationale du  18 décembre 1919 au 10  février 1920:
Paul Deschanel  (Républicain de Gauche )


1920

Le 10 janvier 1920 le traité de Versailles entre en vigueur. Naissance de la SDN   Le 16 elle commence ses travaux. Le Sénat américain rejette l'adhésion des Etats-Unis. Les 32 pays fondateurs siègent à Genève. Le conseil permanent  est composé de la France, le Royaume Uni, l'Italie, le Japon et la Chine.

Élection du président de la république française, sont en présence les candidatures de Clemenceau et de Paul Deschanel. Les parlementaires vont faire payer à Clemenceau des années d'humiliation, pendant deux années il a gouverné seul. Porté par un soutient populaire il a ignoré le parlement, le tenant éloigné de toute information sur la guerre, la gauche le considère comme un dictateur, comme le candidat de la droite. Mais à droite on reproche à Clemenceau son anti-cléricalisme et l'attitude hautaine du "père la victoire" . Clemenceau est devancé par Deschanel, il ne réunit que 389 voix contre 408 à la réunion préliminaire, il retire sa candidature.

 

QUI GOUVERNE CHEZ NOS AMIS ET/OU ENNEMIS
 

AU VATICAN
Pape Saint Pie 10 (1903 - 1914), Benoit 15 (1914 - 1922)
GRANDE-BRETAGNE
Souverain George 5 (1910 - 1936)
Premier Ministre Herbert Henri Asquith (1908 - 1916), David Lloyd George (1916 - 1922)
ESPAGNE
Souverain Alphonse 13 (1886 - 1931)
PORTUGAL
Souverain  Manuel 2 le Patriote (1908 - 1910) Révolution en 1910
Président Teofilo Braga ( 1910 - 1911), Manuel de Arriaga (1911 - 1915 ), Teofilo Braga ( 1915) , Bernardino Machado 1915 - 1918 ), Sidonio Pais ((1918), Antonio José de Almeida (1919 - 1923 )
ETATS-UNIS D'AMERIQUE
Président William Howard Taft ( 1909 - 1913), Thomas Woodrow Wilson (1913 - 1920),
ALLEMAGNE
Souverain Guillaume 2 ( 1888 - 1918 )
Président Friedrich Ebert (1919 - 1925)
Chancelier Théobald von Bethmann-Hollweg (1909 - 1917), Georg Michaelis (1918), Georg von Hertling (1918), Max de Bade (1918), Friedrich Ebert (1918), Philipp Scheidemann ((1919), Gustav Bauer (1919), Hermann Müller (1920), Konstantin Fehrenbach (1920)
AUTRICHE
Souverain François Joseph 1er (1848 - 1916 règne exceptionnel de 68 ans ) Charles 1er ( 1916 - 1918) république en 1918
Président Karl Seitz Pt constituante (1919-1920), Michael Hainisch (1920 - 1928)
Chancelier Karl Renner (1919), Michael Mayr (1920), Johannes Schober (1920 - 1922)
RUSSIE
Souverain - Tsar Nicolas 2 (1894 - 1917)
Présidents du conseil des ministres: Lénine (1917 - 1922)

 

Les Quatorze points: (conditions énoncées par le Président Wilson pour l'acceptation de l'armistice avec l'Allemagne)

1   Renonciation à la diplomatie secrète
2   Liberté des mers, liberté de l'économie mondiale
3   Limitation des armements, limitation des revendications coloniales
4   Évacuation de la Russie par les puissances centrales
5   Rétablissement de la Belgique
6   Retour de l'Alsace Lorraine à la France
7   Fixation des frontières italiennes d'après le principe des nationalités
8   Autonomie des peuples de la monarchie danubienne
9   Évacuation de la Roumanie, de la Serbie, du Monténégro
10 Indépendance de la Turquie
11 Liberté des détroits
12 Autonomie des populations arabes, arméniennes, de l'empire ottoman
13 Création d'un état polonais indépendant
14 Fondation d'une société des nations


Un bilan succinct de la guerre

Pays Pertes en hommes Pertes matérielles en milliards de francs Pertes matérielles en milliards d' Euros
Allemagne 1 808 500 718 109, 5
Autriche-Hongrie 1 200 000 366 55, 8
Etats Unis 115 000 477 72, 7
France 1 385 000 498 75, 9
Grande-Bretagne 947 000 992 151, 2
Italie 460 000 233 35, 5
Roumanie 250 000    
Russie 1 700 000 392 59, 7
Serbie 360 000    
       
Total 8 225 500 3 676 560, 3

En 1919 on évalue le nombre de morts à 1 383 000, La moitié des démobilisés ( 3 220 000) ont été blessés ( voir une lettre à la famille) parmi eux 1 100 000 reçoivent une pension d'invalidité. La France compte 34 morts pour 1000 habitants et l'Allemagne 30 pour 1000. Il y a, au lendemain de cette guerre, en France 600 000 veuves et 700 000 orphelins

Toute la France du Nord-Est est dévastée 1,9 millions d'hectares de terre dévastés, 893 000 bâtiments détruits, 8 000 km de voies ferrées, 5 000 ponts, 1566 km de canaux détruits et 54 000 km de routes. Déficit de naissances 1 400 000. Le coût de la reconstruction est estimé à 130 milliards de francs or. La guerre s'est déroulée surtout sur le sol français, l'Allemagne ne connaît pas toutes ces dévastations mais le peuple allemand souffre de la faim en raison du blocus allié. En Europe on évalue à 100 millions le nombre des personnes qui souffrent de la fin.

En 1920 la France compte 38 900 000 d'habitants alors qu'en 1901 la population était de 40 710 000 habitants sans l'Alsace-Lorraine et en 1914    41 630 000

 

La présidence de Armand Fallières Répertoire alphabétique Liste des documents

Retour à la page d'accueil

Retour au tableau synthétique La présidence de Paul Deschanel

 

Informations sur la fiche
Numéro 122/144
Numéro - 3ème République 13/19
Dernière révision 26/03/2016