TROISIÈME RÉPUBLIQUE
4 septembre 1870 - 10 juillet 1940

 

 

Seconde présidence de Albert Lebrun
du 11 mai 1939 au 10 juillet 1940

 

Lebrun_3.jpg (17980 octets)

Albert Lebrun (1871 - 1950)

Né à Mercy-le-Haut (Meurthe et Moselle) dans une famille paysanne. Il sort Major de Polytechnique (1892) puis ingénieur des mines (1896). Marié à une femme aussi discrète que lui il est père de deux enfants. Il fait une courte carrière militaire et à 30 ans il entame une carrière politique. Ses qualités sont reconnues de tous , honnête, vertueux, courtois, consciencieux, il inspire confiance. Républicain de gauche il commence sa carrière ministérielle en 1911 dans le gouvernement Monis (présidence d' Armand Fallières) comme ministre des colonies, portefeuille qu'il conserve dans le gouvernement Poincaré puis dans le gouvernement de Gaston Doumergue . Georges Clemenceau qui apprécie sa conscience du devoir lui confie les régions libérées en 1918, Il entre au Sénat en 1920 sous l’étiquette “républicain de gauche” et y préside la commission de l’armée. En 1926, il devient vice-président puis président de la Haute Assemblée, en 1931, en remplacement de Paul Doumer, appelé à l’Élysée.Il est élu à la Présidence de la République après l'assassinat de Paul Doumer, mais il n'est pas l'homme de la situation qui devra affronter une époque troublée alors qu' on parle "d'innocente neutralité" et "du plus falot de nos présidents". Son mandat prendra fin en 1939 alors qu'Hitler vient d'envahir la Tchécoslovaquie et que la France et l'Angleterre se prépare à la guerre. Il est réélu sans discussion.

Histoire de France contemporaine 1871 - 1913 - Larousse

 

Président de l'Assemblée Nationale du  03 juin 1932 au 09 juillet 1940:
Fernand Bouisson  (non inscrit)

 


1 - QUATRIEME GOUVERNEMENT DALADIER
du 11 mai 1939 au 14 septembre 1939

Édouard Daladier  (1884 - 1970)

Fils d'un boulanger républicain dreyfusard, agrégé d' histoire, ancien élève d'Herriot, il commence sa carrière dans son sillage. Maire de Carpentras en 1912, mobilisé en 1914 sa conduite au feu lui vaut plusieurs citations. Député du Vaucluse en 1919 il commence se carrière ministérielle dans le gouvernement Herriot ( sous la présidence de Gaston Doumergue) en 1924 avec le portefeuille des colonies, il poursuit dans le second gouvernement Painlevé avec le ministère de la guerre, puis l'instruction publique dans le premier gouvernement Briand. Ce sera ensuite l'instruction publique avec Herriot en juin 26, puis les travaux publics avec Steeg portefeuille qu'il retrouve dans le gouvernement Herriot en 1932 . En 1927 il s'écarte d' Herriot dont il conteste la politique d'union national notamment après l'échec du Cartel des gauches, il prend le contrôle du parti radical. le 6 novembre 28 au congrès du parti radical d'Angers, Caillaux et lui feront voter en séance de nuit par une assemblée clairsemée la non participation au gouvernement Poincaré ( de droite) obligeant Herriot et les autres radicaux à démissionner.

Daladier_2.jpg (23797 octets)

Gouvernement

Affaires étrangères Georges Bonnet Haut fonctionnaire Radical-Socialiste
Éducation nationale Jean Zay Avocat Radical socialiste
Justice Paul Marchandeau Avocat Radical-Socialiste
Intérieur Albert Sarraut Journaliste Artiste peintre Radical socialiste
Finances Paul Reynaud Avocat Républicain de gauche
Économie nationale et Production Raymond Patenôtre Union socialiste et républicaine
Défense nationale et Guerre Edouard Daladier Professeur Radical
Commerce et Industrie Fernand Gentin Industriel Radical Socialiste
Marine militaire César Campinchi Avocat Radical socialiste
Marine marchande Louis de Chappedelaine
Radical indépendant
Travaux publics Anatole de Monzie Avocat Gauche démocratique
Agriculture Henri Queuille Dr en médecine Radical-Socialiste
Colonies Georges Mandel Journaliste Indépendant républicain
Travail Charles Pomaret Dr en droit Union socialiste et républicaine
Anciens combattants et Pensions Auguste Champetier de Ribes
Avocat Démocrates populaires
Air Guy La Chambre Avocat Gauche indépendante
PTT Jules Julien Avocat Radical-Socialiste
Santé publique Max Rucart Journaliste Radical socialiste
Vice président du conseil Camille Chautemps Radical socialiste

Le 21 mai signature du "pacte d'acier" entre Hitler et Mussolini, pacte d'assistance mutuelle

Courant juillet l'IFOP publie un sondage "Faut-il mourir pour Dantzig?" 76% des personnes interrogées estiment qu'une intervention serait nécessaire en cas d'attaque contre Dantzig.

Le 23 août suite à des négociations commerciales un pacte de non-agression est signé entre Moscou et Berlin. Des protocoles secrets font apparaître un partage de l'Europe entre les deux puissances.

Le 1er septembre  à 5h 45, l' Allemagne envahit la Pologne. A 10h30 le gouvernement décrète la mobilisation générale et l'état de siège. La mobilisation se fait sans problème mais sans discernement , les ingénieurs et ouvriers des usines d'armement sont également mobilisés. Le 3 septembre l'Angleterre et la France se déclarent en guerre contre l'Allemagne. Le 6 septembre la bataille de Varsovie commence. Le 12 septembre le corps expéditionnaire Anglais débarque en France.

La France n'est pas prête  à une production de guerre Daladier remanie son gouvernement

Suite à la découverte de gisement de gaz dans la région aquitaine une Régie Autonome des Pétroles - RAP- est créée. Un second gisement sera découvert en 1941  ce qui entraînera la création de la Société Nationale des Pétroles d'Aquitaine - SNPA - composée en majorité de capitaux publics


2 - CINQUIEME GOUVERNEMENT DALADIER
du  14 septembre 1939 au 20 mars 1940


Édouard Daladier (1884 - 1970) ( voir plus haut)

Affaires étrangères Edouard Daladier Professeur Radical
Éducation nationale Yvon Delbos Journaliste radical socialiste
Justice Georges Bonnet Haut fonctionnaire Radical-Socialiste
Intérieur Henri Sarraut Journaliste Artiste peintre Radical socialiste
Finances Paul Reynaud Avocat Républicain de gauche
Économie nationale et Production Raymond Patenôtre Union socialiste et républicaine
Défense nationale et Guerre Edouard Daladier Professeur Radical (cumule avec Aff Etrangères)
Commerce et Industrie Fernand Gentin Industriel Radical Socialiste
Marine militaire César Campinchi Avocat Radical socialiste
Marine marchande Louis de Chappedelaine
Radical indépendant
Travaux publics Anatole de Monzie Avocat Gauche démocratique
Agriculture Henri Queuille Dr en médecine Radical-Socialiste
Colonies Georges Mandel Journaliste Indépendant républicain
Travail Charles Pomaret Dr en droit Union socialiste et républicaine
Anciens combattants et Pensions Auguste Champetier de Ribes
Avocat Démocrates populaires
Air Guy La Chambre Avocat Gauche indépendante
PTT Jules Julien Avocat Radical-Socialiste
Santé publique Max Rucart Journaliste Radical socialiste
Blocus Georges Pernot Avocat Fédération républicaine
Armement Raoul Dautry Ingénieur dirigeant SNCF
Vice président du conseil Camille Chautemps Radical socialiste

Le 17 septembre en vertu de leurs accords secrets la Russie entre en Pologne. Après la capitulation de Varsovie, (27 septembre) , Hitler et Staline se partagent le territoire polonais et s'entendent notamment sur la police à effectuer. Le 28 septembre un traité d'amitié est signé entre Berlin et Moscou

Les consignes du Kominterm sont de condamner les pays occidentaux. Les communistes passent du soutient patriotique au pacifisme critique. Le 26 septembre le parti communiste et ses satellites sont interdits. Sur les 72 députés communistes élus en 1936 51 forment le Groupe ouvriers et paysans, 21 démissionnaires du PCF formeront en décembre l'Union populaire française. Malgré l'effondrement de ses effectifs, de 270 000 à quelques milliers, l'appareil central reste fidèle à Moscou

L'anarchiste Louis Lecoin qui au lendemain de la déclaration de guerre a lancé un tract intitulé "Paix immédiate" cosigné par Jean Giono, Marcel Déat, Henri Jeanson, Victor Marguerite..; est arrêté le 28 septembre. Le communiste Jacques Duclos adresse une lettre au président de la chambre Édouard Herriot  dans laquelle il demande que des pourparlers de paix soient engagés avec Hitler. Maurice Thorez mobilisé à Chauny dans l'Aisne, déserte le 4 octobre et gagne l'Union soviétique par la Belgique. Le tribunal militaire le condamne à 6 ans de prison. Le 10 janvier , à la chambre, alors que des communistes ont refusé de se lever pour saluer l'armée française, certains communistes se désolidarisent de leur parti. Le député Paul Loubradou dira "au parti communiste on ne dit plus l'Allemagne hitlérienne mais l'Allemagne tout court, la démocratie française mais la France impérialiste...." le 20 février la chambre vote à l'unanimité moins 2 voix la déchéance de 60 députés communistes qui n'ont pas rompus avec la politique de Moscou. Du 20 mars au 3 avril ouverture du procès des parlementaires communistes inculpés. 44 sont condamnés à 5 ans de prison et 5 ans de privation des droits civiques 6 d'entre eux ont bénéficié d'un sursit soit parce qu'ils sont des anciens combattants mutilés soit parce qu'ils ont condamné la politique du PCF. Il y a en France 2718 élus communistes qui ont été déchus et 3400 militants arrêtés.

Le 4 novembre le Congrès américain vote le "Neutrality act" mais la France et l'Angleterre pourrons bénéficier du "Cash and carry" (paye et emporte) sur les équipements.

précédentes: 1912 Informations sur la presse parisienne en 1939  
          Les quotidiens en 1939:
Titres Tirages Tirage en 1912 Tirage en 1880 Tendance
Paris-Soir 1 739 594      
Le Petit Parisien 1 422 401 1 295 000 39 419  
Le Journal 411 421 995 000    
L' Humanité 349 587 63 000   Communiste
Le Matin 312 597 647 000    
Ce Soir 262 547     Communiste
L'Oeuvre 236 045     Radical de gauche
Le Jour- L'Echo de Paris 183 844     Modéré
Le Petit Journal 178 327 850 000 583 820 Croix-de-feu
Le Populaire 157 837     Socialiste
La Croix 140 000 300 000   Catholique
L' Intransigeant 134 462 46 000 71 601  
Excelsior 132 792 110 000    
Paris-Midi 102 000 24 000    
Le Figaro 80 604 36 000 104 924  
L'Epoque 80 000     Droite antimunichoise
Le Temps 68 556 45 000    
L'information 50 000      
L'Action Française 45 000     Monarchiste
La Liberté 30 000 77 000   Parti Populaire Français
Le Journal des débats 25 000 26 000   Modéré
L'Aube 15 000     Catholique
Le Peuple 15 000     Syndicaliste
La République 15 000     Radical
L'Homme Libre 5 000     Modéré
Le Petit Bleu 5 000     Modéré
L'Ordre 5 000     Indépendant antimunichois
         
Total presse parisienne 6 202 614 4 920 000    


          


1940

Sans déclaration de guerre l' Union soviétique envahit la Finlande le 30 novembre, Helsinki est bombardée. L' URSS est exclue de la SDN le 14 décembre. Le 12 mars un armistice est signé entre la Finlande et l'Union soviétique. La Finlande a cédé les territoires convoités par l' URSS.

Les 19 et 20 mars Daladier doit faire face à diverses critiques : son manque de fermeté (Blum) les conditions de l'entrée en guerre (Bergery) lors du vote 300 députés s'abstiennent 239 pour 1 contre Daladier donne sa démission le 20 mars.


3 - LE GOUVERNEMENT REYNAUD
du 22 mars 1940 au 16 juin 1940

Paul REYNAUD  (1878 - 1966) -

  Avocat, il débute sa carrière politique à la veille de la première guerre mondiale comme conseiller général des Alpes de Haute -Provence. Il devient député en 1919. Il siège dans le groupe de l' Action républicaine et sociale. C'est lui qui aura l'idée au titre des réparations de guerre de faire venir les entrepreneurs allemand pour effectuer des travaux de reconstruction. C'est un adversaire acharné de Herriot. Il est battu en 1924 sur une liste du cartel des gauches. Il est élu dans le 2ème arrondissement de Paris en 1928. Soucieux des questions de défense nationale, il ne cesse de répéter que la France n'a pas l'armée de sa politique et que la ligne Maginot est un leurre. En 1930 il est ministre des finances dans le gouvernement Tardieu, ministre des colonies dans les deux gouvernement Laval, il retrouve les finances avec Tardieu. Il quitte la gauche et fonde le parti du centre républicain.  En 1934 il est partisan de la dévaluation du franc et sera partisan d'une réforme de l'armée où il se heurtera à la sclérose des militaires et le surtout le pacifisme de la gauche. Il est un des rares à soutenir les thèses du lieutenant-colonel de Gaulle. En mars 38 il approuve l'idée d'un gouvernement d'Union nationale avancée par Blum. Il est hostile aux accords de Munich. En novembre au cours d'un remaniement du gouvernement Daladier il devient ministre des finances, il met sur pied un plan de redressement économique et facilite le réarmement mais trop tardivement pour porter ses fruits . En mars 1940 il succède à Daladier à la présidence du conseil.  

Son gouvernement (le 18 mai Pétain devient Vice-Président) :

Reynaud.jpg (18775 octets)
Gouvernement
Affaires étrangères Paul Reynaud remplacé le 18 mai par Edouard Daladier remplacé le 5 juin par Paul Baudouin Avocat Républicain de gauche (Reynaud) Professeur Radical (Daladier)
Éducation nationale Albert Sarraut remplacé le 5 juin par Yvon Delbos Journaliste Artiste peintre Radical socialiste  (Sarraut) color="#535300"> Journaliste radical socialiste (Delbos)
Justice Albert Sérol Avocat Socialiste
Intérieur Henri Roy remplacé le 18 mai par Georges Mandel Journaliste Radical(Roy) Journaliste Indépendant républicain (Mandel)
Information Louis-Oscar Frossard remplacé le 5 juin par Jean Prouvost Instituteur Journaliste Socialiste (Frossard) Socialiste (Prouvost)
Finances Lucien Lamoureux remplacé le 5 juin par Yves Bouthillier Avocat  Radical Socialiste (Lamoureux) Inspecteur des finances (Bouthilier)
Défense nationale et Guerre Edouard Daladier  remplacé par Paul Reynaud le 18 mai Professeur Radical (Daladier) Avocat Républicain de gauche (Reynaud)
Marine de guerre César Campinchi Avocat Radical socialiste
Marine marchande Alphonse Rio Maire de Quiberon Républicain socialiste
Travaux publics Anatole de Monzie remplacé le 5 juin par Louis-Oscar Frossard Avocat Gauche démocratique  (de Monzie) Instituteur Journaliste Socialiste (Frossard)
Colonies Georges Mandel  remplacé par Louis Rollin le 18 mai Journaliste Indépendant républicain (Mandel)
Avocat centre républicain (Rollin)
Air Laurent-Eynac
Avocat  Radical
Ravitaillement Henri Queuille Dr en médecine Radical-Socialiste
Blocus Georges Monnet Journaliste Socialiste
Armement Raoul Dautry Ingénieur dirigeant SNCF
Santé publique puis Famille française  le 5 juin Marcel Héraud puis le 5 juin Georges Pernot Avocat Républicain indépendant (Héraut) Avocat Fédération républicaine (Pernot)
Commerce et Industrie  Louis Rollin lremplacé le 18 mai  par Louis Barèty remplacé le 5 juin par Albert Chichery
Avocat centre républicain (Rollin)
Radical (Chichery)
Anciens combattants pensions Albert Rivière  Négociant Socialiste
PTT Jules-Julien Avocat Radical-Socialiste
     

Site des 1er ministres - http://www.archives.premier-ministre.gouv.fr/


Le plan quadriennal d'armement initié en 1936 est achevé avec 4 mois d'avance. Dans les premiers mois de l'année la production d'armement connaît un développement remarquable, 330 avions par mois contre 330 par an, 350 chars et véhicules blindés en mai contre 228 en janvier 465 canons contre 75 en septembre 39.

L'Allemagne envahit la Norvège et le Danemark , les armées alliées ripostent en débarquant en Norvège mais elles seront contraintes de rembarquer en juin. La Norvège capitule le 9 juin 1940. L'opération révèle une opposition entre Reynaud et Daladier qui paralyse l'action du gouvernement. En conflit avec le chef d'état major Gamelin, Reynaud donne sa démission mais elle est tenue secrète.

Le 10 mai premier jour de l'attaque allemande. Les escadrilles allemandes bombardent les aéroports français acquièrant la maîtrise de l'air. Les populations commencent à fuir les zones mitraillées. En Hollande c'est la panique générale État major, gouvernement et civils. Reynaud reprend sa démission et fait rentrer deux ministres d'état. Les chars allemands (panzers) contournent les positions belges et menacent l'armée du général Giraud qui faisait route vers la Hollande. Les panzers de Rommel traversent la Meuse à Dinant ceux du général Guderian à Sedan. Les troupes française sont prises de panique devant l'intensité du feu . Rotterdam  est bombardée le 14, Le 15 l'armée Néerlandaise capitule. A 7 heures du matin Reynaud téléphone à Churchill qui a remplacé Chamberlain " la route de Paris est ouverte , la bataille est perdue".

Reynaud
remanie son gouvernement appelle Pétain comme vice président et change le commandement de l'armée , il appelle le général Weygand qui est en Syrie. ce qui a pour effet d'arrêter la contre attaque ordonnée par Gamelin . De Gaulle résiste aux blindés allemands Il parvient même à les repousser. L'armée allemande atteint Abbeville, Rommel occupe Arras le 21 mai. Dans l'armée du Nord le général Billote meurt accidentellement il s'était au préalable prononcé pour des blindés lourds.

Dans le pas de Calais des massacres de civils ont lieu du fait de la Wehrmacht et des SS le 22 mai 98 personnes sont assassinées à Aubigny-en-Artois, le 28 124 personnes à Oignies et à Courrière. Les troupes anglaises sont encerclées près de Boulogne. Lebrun commence à évoquer une armistice.

Le 28 mai la Belgique capitule. Les troupes anglaises et françaises sont encerclées à Dunkerque. Elles capituleront le 4 juin 235 000 soldats anglais et 115 000 français parviennent à regagner l'Angleterre. Les troupes encerclées dans Lille capitulent le 31 mai. Le 3 juin l'aviation allemande bombarde Paris faisant 254 morts et 652 blessés.

Le 5 juin Reynaud remanie son gouvernement. Le général De Gaulle devient sous secrétaire d'Etat à la guerre. La disproportion des forces est telle que l'armée française est bousculée, un flot de réfugiés de plus en plus important déferle précédant les troupes allemandes. Le 9 juin Rouen, vidée au 4/5ème de ses habitants, est occupée par les Allemands. Le 10 juin l'Italie déclare la guerre à la France. Le Gouvernement quitte Paris pour Amboise. Le 11 juin Reims est occupée. 6 à 8 millions de français sont sur les routes.

Le 12 juin après un débat Weygan et Pétain pour l'armistice, Mandel et Marin pour la résistance, l'armistice est repoussé, un ordre de retraite générale est donné aux armées françaises. Le 13 juin le gouvernement décide de se rendre à Bordeaux et déclare Paris ville ouverte. Le 14 juin les Allemands entrent dans Paris. Dans l'est de violents combats opposent les unités françaises aux allemands, la ligne Maginot résiste bien

Le 14 juin les troupes soviétiques envahissent la Lituanie, l'Estonie et la Lettonie

Le gouvernement s'installe à Bordeaux. Le vice président Chautemps propose au conseil des ministres de demander au Reich les conditions qu'il mettrait à la cessation des hostilités et en informer les Anglais ce qui est accepté. Pétain insiste sur la nécessité de demander l'armistice et donne sa lettre de démission pour appuyer sa démarche. Churchill accepte les propositions Chautemps à condition que la flotte française gagne les eaux britanniques. à 20h Reynaud qui refuse l'armistice démissionne. Lebrun demande à Pétain de constituer le nouveau gouvernement.


4 - LE GOUVERNEMENT PETAIN
du 16 juin 1940 au 11 juillet 1940

 

Philippe PETAIN   (1856 - 1951) -

Né à Cauchy-à-la-Tour, Pas-de-Calais.Issu d'une vieille famille d'agriculteurs. Il fait ses études dans des collèges jésuites et dominicains à Saint-Omer.
Il entre en 1876 à l'école militaire de Saint-Cyr. En 1878, il sort avec le grade de sous-lieutenant de chasseurs à pied. Nommé lieutenant en 1883, il entre en 1888 à l'école supérieure de guerre, dont il sort breveté d'état-major en 1890. Il est nommé capitaine la même année.
Il entre en 1901 comme professeur à l'école de guerre . Son enseignement alors est   opposé à la doctrine militaire de l'état-major général (contre l'offensive à outrance, il propose de privilégier une position défensive s'appuyant sur la puissance de feu).
Général d'armée en 1915, il est Chef d'état major en 1917 et  Maréchal de France, le 11 novembre 1918,
Il est envoyé au Maroc, en 1925, pour venir à bout de la révolte nationaliste d'Abd el-Krim, dans le Rif (ce qui causera la démission de Lyautey)
Élu à l'Académie française en 1929, au fauteuil du maréchal Foch (le 18).
Appelé au gouvernement après les émeutes du 6 février 1934 par Gaston Doumergue, en qualité de ministre de la Guerre, il cautionne, pour des raisons budgétaires, la réduction des crédits militaires qu'il reprochera plus tard aux gouvernements de Front populaire.
Il accepte, en 1939, le poste d'ambassadeur en Espagne que lui propose le président du Conseil, Édouard Daladier, afin de négocier la neutralité du régime de Franco en cas de guerre, mission dont il s'acquitte avec succès.
Il est rappelé en France, le 17 mai 1940, pour occuper la fonction de vice-président du Conseil auprès de Paul Reynaud.
Paul Reynaud opposé à l'armistice démissionne et Lebrun demande à Pétain de constituer un nouveau gouvernement. Il demande l'armistice, qui est signé, le 22 juin, aux conditions imposées par l'Allemagne.
La convention, prévoyant l'occupation totale d'une partie de la France par l'armée allemande et des conditions économiques très sévères, traduisait le souhait du Reich qu'un gouvernement français continuât d'exercer ses prérogatives sur une partie du sol national, afin de laisser l'Allemagne se consacrer à l'attaque contre l'Angleterre.
Le 11 juillet 1940, les Actes constitutionnels reconnaissaient le maréchal Pétain comme chef de l'état français, investi du pouvoir législatif. Il a 84 ans.

petain_3.jpg (20230 octets)
Gouvernement
Affaires étrangères Paul Baudouin
Éducation nationale Albert Rivaud
Justice Charles Frémicourt
Intérieur Charles Pomaret remplacé le 27 juin par Adrien Marquet (maire de bordeaux)
Travail André Février
Finances et commerce Yves Bouthillier
Défense nationale Général Weygand
Guerre Général Colson
Marine Amiral Darlan
Travaux publics Louis-Oscar Frossard
Colonies Albert Rivière
Air Général Pujo
Agriculture Albert Chichery
Anciens combattants et Famille Jean Ybarnegaray
Vice-président Camille Chautemps remplacé le 23 juin par Pierre laval
Ministre d'Etat (20 juin 40 ) Pierre Laval, Adrien Marquet

Dans la nuit du 16 au 17 , Paul Baudouin informe le cabinet britannique que Londres sera tenu informée des conditions de l'armistice et qu'en aucun cas la marine ne sera livrée à l'Allemagne 

Le 17 juin les Allemands occupent Metz, Dijon, Besançon, Le Creusot, Orléans. A 12 h30 Pétain parle à la radio. Des mouvement individuels de résistance se manifestent.

Le 18 juin les Allemands occupent Colmar, Cherbourg, Caen, Le Mans, Nevers. Hitler visite Paris

De Gaulle
qui assure le dialogue entre la France et l'Angleterre, de Bordeaux il est envoyé à Londres par Paul Reynaud le 16 juin, à son retour le lendemain il apprend la démission du gouvernement. Il repart pour Londres et le 18 juin il lance son premier appel à la BBC.

L'occupation de la France s'étend, le 20 juin Etienne Achavanne sabote les lignes de communication téléphonique de l'armée allemande , arrêté il est fusillé le 6 juillet, c'est le premier acte de résistance concret . A Bordeaux le paquebot Massilia qui avait été affrété en vue d'un transfert du gouvernement en Afrique du nord , quitte le port avec à son bord des personnalités qui pour les uns fuyaient la guerre mais pour d'autre voulaient rejoindre les forces françaises en Afrique dont Daladier, Jean Zay, Mendès France, Delbos etc..à leur arrivée au Maroc ils sont fait prisonnier transférés en France et considérés comme traîtres. Le 22 juin l'armistice est signée dans la clairière de Rethondes (près de Compiègne) . Il prend effet le 25 . La France accepte de livrer au Reich les Allemands anti-nazi réfugiés en France , les 400 pilotes allemands prisonniers dont Churchill avait demandé le transfert en Angleterre sont libérés l'entretient des troupes allemandes est à la charge de la France.


Malgré la combinaison blindés et aviation les troupes françaises qui le peuvent se battent avec acharnement, en six semaines 100 000 soldats français seront tués

Pétain nomme Laval vice président du conseil. ce dernier tient sa revanche, il n'avait jamais accepté d'avoir été renvoyé en 1936. Il veut imposer la dissolution du parlement, la réforme des institution dans la voix du totalitarisme etc.. Ce même jour 23 juin, de Gaulle annonce la création d'un Comité National Français en Angleterre. Le 28 juin , De Gaulle est reconnu par le gouvernement Britannique comme "Chef de tous les Français libres" Le 2 Août il sera condamné à mort par contumace par le tribunal militaire de Clermont-Ferrand;

Le 30 juin les dernières unités françaises déposent les armes. Le 2 juillet le gouvernement s'installe à Vichy.

Le 3 juillet l'Angleterre qui craint que la flotte française tombe aux mains des nazis pose un ultimatum aux vaisseaux mouillés dans le port de Mers el kébir (port près d'Oran en Algérie) Ils doivent choisir entre quatre options:" ralliement de la flotte française à la flotte britannique, Appareillage avec équipage vers l'Angleterre, Appareillage avec équipage réduit vers un port des Antilles ou des Etats Unis, Sabordage." L'amiral Gensoul après avoir consulté Vichy, refuse. La flotte anglaise passe à l'attaque. Le cuirassé Bretagne est coulé, le Dunkerque et le Provence sont touchés , 1380 marins sont tués et 370 sont blessés . L'événement sera exploité pour alimenter l'anglophobie.

Le 10 juillet les deux chambres donnent tous pouvoirs au Maréchal Pétain pour modifier la constitution qui devra garantir le travail, la famille et la patrie . La troisième république a vécu.
 

Jusqu'au milieu de la guerre, la grande majorité des Français était pétainiste car il était pour elle inconcevable que le héro de Verdun les conduise sur le chemin du déshonneur et du renoncement.
(Extrait de: coups et blessures de Roland Dumas)

 

 

QUI GOUVERNE CHEZ NOS AMIS ET/OU ENNEMIS
 

AU VATICAN
Pape Pie 11 (1922 - 1939), Pie 12 (1939 - 1958)
GRANDE-BRETAGNE
Souverain George 5 (1910 - 1936), Edouard 8 (1936), George 6 (1936 - 1952)
Premier Ministre
Mac Donald (1929 - 1935), Stanley Baldwin (1935 - 1937), Neville Chamberlain (1937 - 1940), Winston Churchill (1940 - 1945)
ESPAGNE
Président Niceto Alcalà Zamora (1931 - 1936), Manuel Azaña y Diaz (1936 - 1939)
Chancellier Manuel Azaña y Diaz (1931 - 1933), Alejandro Lerroux (1933 - 1936), José Giral (1936), Francisco Largo Caballero (1936 - 1937), Juan Négrin (1937 - 1939)
1936 - 1939 guerre d'Espagne à partir de 1939, dictature Francisco Franco y Bahamonde (1936 - 1975)
PORTUGAL
Président Oscar Carmona (1926 - 1951)
Président du conseil  Antonio de Oliveira Salazar (1932 - 1968)
ETATS-UNIS D'AMERIQUE
Président Herbert Clark Hoover (1929 - 1933), Franklin D. Roosevelt (1933 - 1945)
ALLEMAGNE sous tutelle jusqu'en 1949
Président Paul Von Hindenburg (1925 - 1934)
Chancellier Heinrich Brüning (1930 - 1932), Franz von Papen (1932), Kurt von Schleicher (1933)
3ème Reich le Führer cumule tous les pouvoirs
Adolf Hitler1934 - 1945)
AUTRICHE Annexée à l'Allemagne à partir de 1938 ( Anschluss)
Président Wilhelm Miklas (1928 - 1938)
Chancellier Otto Ender ( 1930 - 1931) , Karl Buresch (1931 - 1932), Engelbert Dollfuss (1932 - 1934), Kurt von Schuschnigg (1934 - 1938), Arthur Seyss-Inquart (1938 - 1945)
RUSSIE
 Secrétaires du Comité Central du PC Joseph Staline (1922 - 1953)
Présidents du conseil des ministres: Alexis Rikov (1922 - 1930), Viatcheslav Skriabine dit Molotov (1930 - 1941)

 

 

La première présidence de Albert Lebrun Répertoire alphabétique Liste des documents

Retour à la page d'accueil

Retour au tableau synthétique La parenthèse vichyssoise

 

Informations sur la fiche
Numéro 128/144
Numéro - 3 ème République 19/19
Dernière révision 29/03/2016