PREMIERE REPUBLIQUE

du 5 mai 1789 au
2 décembre 1804

CINQUIEME PERIODE

Le Directoire

( du 26 Octobre 1795 au
10 Novembre 1799 )

A- Mise en place du Directoire
( d'octobre 95 à  mai 98 )
( de Vendémiaire an 3 à Floréal an 6 )

 

camp_italie_2.jpg (188864 octets)

Campagne de Bonaparte en Italie
Soldats, vous êtes nus, mal nourris; le gouvernement vous doit beaucoup, il ne peut rien vous donner (...) Je vais vous conduire dans les plus fertiles plaines du monde(...) Vous y trouverez honneurs, gloire et richesses (à Nice le 31 mars 96)

Le Grand Atlas Historique - Le livre de Paris

 

De la révolution à la monarchie
États généraux
L'Assemblée constituante
L'Assemblée législative
La Patrie en danger
Girondins et Montagnards
Comité de salut public
Apogée et chute de Robespierre
La réaction thermidorienne
Installation du Directoire
Le Directoire connaît des problèmes
Bonaparte 1er Consul
La marche vers l'Empire
L'Empire
Louis 18
Le 23 septembre la convention proclame la  constitution de l'an 3. Elle est précédée d'une déclaration des droits du citoyen et de ses devoirs (comme le proposait Camus le 4 août 1789). Le corps législatif comporte deux chambres: Le Conseil des 500 qui propose les lois et le Conseil des Anciens (250)  qui les adopte ou les rejette. Elles sont renouvelables par tiers chaque année. Le pouvoir exécutif est assuré par 5 membres , Le Directoire. Les Directeurs sont élus par le corps législatif, un siège est renouvelé chaque année. Le suffrage universel est à deux tours, les citoyens élisent des électeurs qui doivent remplir certaines conditions de richesse. Un décret précise que la nouvelle assemblée législative doit comporter au moins les 2/3 de conventionnels si ce nombre n'est pas atteint, le complément sera obtenu par cooptation. Les élections ont lieu du 12 au 17 octobre 95. 379 conventionnels sont réélus alors que le quota des deux tiers en exige 500. Le 26 octobre, la convention se sépare.
Le 28 octobre 95 les nouvelles assemblées s'installent, le Conseil des Anciens aux Tuileries, les 500 dans la salle du manège et les Directeurs qui sont élus le 31 octobre au palais du Luxembourg. Sont élus: Barras, Reubell, La Révellière-Lépeaux, Letourneur, Sieyès (ce dernier refuse) il sera remplacé par Carnot le 4 novembre. Le gouvernement est constitué le 3 novembre. Il comporte Delacroix au relations extérieures, Merlin de Douai à la justice, JB Aubert-Dubayet à la guerre et Pierre Bénezech à l'intérieur. GC Faipoult aux finances

Sur le plan militaire, la France n'a plus comme ennemis que l'Autriche et l'Angleterre. Carnot conçoit un plan contre l'Autriche, trois armées doivent converger sur Vienne. Les deux armées les plus importantes commandées par Jourdan et Moreau  passeront  par l'Allemagne pendant qu'une armée commandée par Bonaparte créera  une diversion en Italie du Nord, où l'Autriche possède le Milanais,   bloquant ainsi une partie des troupes autrichiennes. Le 2 mars 96 Bonaparte est nommé Commandant en Chef de l'armée d'Italie. Le 9 il épouse Joséphine de Beauharnais, veuve d'un général exécuté en 1794 et ancienne maîtresse de Barras.   Tallien et Barras sont ses témoins. Le 11 il rejoint son quartier général à Nice.

    Le 10 avril la campagne d'Italie commence. Mais les choses ne se déroulent pas comme prévu. En Allemagne, le 15 juin 96, Jourdan   (armée de Sambre et Meuse) est battu par l'archiduc Charles (Maréchal autrichien) et doit repasser le Rhin qu'il avait franchi le 6. Il franchit le Rhin à nouveau le 28 juin prend Würzburg le 25 juillet, Nuremberg le 11 août, mais il est défait à nouveau à  Würzburg le 3 septembre. Marceau parvient à contenir les Autrichiens pour couvrir la retraite de Jourdan qui démissionne de son commandement le 22 septembre.   Moreau (armée Rhin et Moselle) progresse, le 4 juillet il est à Rastat, Ettlingen le 9, Stuttgart le 18, il franchit le Danube et le 24 août il est à Augsbourg mais ensuite il piétine. Kléber bat les Autrichiens à Uckerath le 1er juin, Altenkirchen le 4 juin, Francfort le 16 juillet, Bamberg le 4 août, Forcheim le 7 août, dépendant de Jourdan avec lequel il ne s'entend pas , il donne sa démission    le 1er septembre.
    La surprise vient de l'armée d'Italie commandée par Bonaparte général en chef de 28 ans et ses généraux Augereau (40 ans), Lannes ( 28 ans), Masséna ( 38 ans), Joubert (28 ans), Murat ( 30 ans). C'est là que  Bonaparte qui jusqu'alors n'avait guère fait ses preuves montre quel  stratège il est. Il se glisse entre les troupes Sardes et Autrichiennes et commence par réduire les Sardes. Le 25 avril le général Colli demande l'armistice à Chérasco. Ensuite ce sera le tour des Autrichiens Bonaparte entre dans Milan le 15 mai 96 commence le siège de Mantoue dans laquelle une importante garnison autrichienne est enfermée, il est obligé de lever le siège pour se porter au devant des armées venant secourir Mantoue. Il bat Wurmser à Castiglione qui se replie sur Trente , Bonaparte remonte sur Trente laissant penser qu'il veut faire la jonction avec l'armée de Moreau, Wurmser redescend pour libérer Mantoue et Bonaparte l'enveloppe et le bat à Bassano le 8 septembre, Wurmser ne peut plus que se laisser enfermer dans Mantoue avec les restes de son armée.
   Les Autrichiens lanceront deux offensives pour délivrer Mantoue commandées par Alvinczy (45 000 hommes, le double de l'armée de Bonaparte)  les deux se briseront, l'une à Arcole le 15 novembre 96 l'autre à Rivoli le 14 janvier 97. Le 2 février Mantoue capitule. Bonaparte peut alors remonter vers l'Autriche. Le 6 avril 97 il est à Leoben à 150 kilomètres de Vienne. Les Autrichiens demandent l'armistice. Elle est signée le 18 avril 97. Toute l'Italie du Nord est aux mains de Bonaparte.
     Le directoire est placé devant le fait accompli, il est obligé de mettre de coté ses ambitions de conquêtes territoriales outre Rhin. Il aurait préféré que Bonaparte aille jusqu'à Vienne. En effet Bonaparte a envoyé Leclerc en émissaire à Moreau et Hoche pour leur demander de suspendre les offensives pour ne pas modifier l'équilibre créé et a donné aux émissaires qui portent le traité au directoire la mission de répandre partout la nouvelle que la paix est faite. Au directoire seul Carnot approuve le traité mais les autres sont obligé de suivre, les élections qui viennent de se dérouler (voir ci-dessous) les a placé en mauvaise position, il leur faut se concilier l'armée, ils risquent d'en avoir besoin.

Des pourparlers en vue d'établir une paix durable avec l'Autriche s'ouvrent le 26 décembre 97 entre Bonaparte et Ludwig von Cobenzl à Udine, la paix de Campo-Formio est signée le 17 octobre . Le 18 octobre Bonaparte délègue Monge et Berthier pour porter le traité à Paris. Le traité est ratifié le 26 octobre 97

En juillet 96, le directoire décide d'apporter de l'aide aux révolutionnaires Irlandais Hoche est chargé de monter une expédition. Une flotte commandée par Hoche embarque le 15 décembre , le 23 une tempête sépare Hoche du reste de l'expédition, le 24 Grouchy qui commande en l'absence de Hoche décide de rebrousser chemin, le 29 Hoche parvient au large de l'Irlande se sentant un peu seul , il rebrousse chemin.

Le 19 octobre 96, les Français reprennent Bastia, les Anglais abandonnent la Corse

Babeuf qui a été libéré reprend la publication de son journal "Le tribun du peuple" le 30 novembre 95, menacé à nouveau d'arrestation par le Directoire, Il entre dans la clandestinité début décembre et fonde le mouvement des "Égaux" .  Il va prôner l'instauration d'un régime communiste en commençant par renverser le Directoire. Le 30 mars 96 un comité insurrecteur est créer il comporte Babeuf, Buonarroti, AAJ Darthé, Sylvain Maréchal, Le Pelletier de Saint-Fargeau, Antonelle, Debon. Une véritable organisation secrète est mise en place. Le 20 avril, ils diffusent un manifeste "Le cri du peuple français contre ses oppresseurs".
Le 7 mai le comité se met d'accord sur la mise en place d'un gouvernement de type dictatorial. Ils préparent un soulèvement des militaires du camp de Grenelle (Paris) contre le Directoire. Grisel, officier affilié à la conspiration la dénonce au préfet de police Cochon de Lapparent qui réussi un vaste coup de filet le 10 mai . Parmi eux Drouet, le maître de poste qui avait fait arrêter Louis 16 (il s'évadera le 17 août sans doute avec la complicité de Barras) dans toute la France des précautions sont prises et Carnot est chargé de la répression.
 Le 27 août Babeuf et ses complice sont transférés à Vendôme où la Haute Cours de Justice s'installe le 5 octobre. Leur procès s'ouvre le 20 février 97. Le 26 mai 97 Babeuf et Darthé sont condamnés à mort et exécutés le lendemain. Dans la nuit du 9 au 10 septembre les derniers partisans des Égaux (surtout des ex-jacobins) tentent de soulever à nouveau les soldats du camp de Grenelle. Carnot et Cochon de Lapparent qui ont été informés par le colonel Malo laissent l'insurrection se développer puis font donner la cavalerie. Les insurgés seront jugés du 19 septembre au 27 octobre 96 il y aura 86 condamnations dont 33 à mort.

Le Directoire est confronté à de graves problèmes financiers. A la bourse les assignats sont tombés très bas (8% de leur valeur au 22 janvier 95) , La bourse qui avait été fermée pour éviter la spéculation  est réouverte le 3 mars 95, la mesure n'avait été d'aucune efficacité.  La  fixation d' un cours obligatoire de l'assignat qui avait été également un échec. Ils sont remplacés par des mandats territoriaux qui, émis en trop grande quantité, se dévalueront très vite. Le retour à la monnaie métallique sera socialement coûteuse.

En Vendée, Stofflet qui avait repris les armes le 26 janvier est capturé le 23 février 96 et fusillé le 25. Le 23 mars ce sera le tour de Charette qui sera fusillé le 29. Cadoudal fait sa soumission à la république le 19 juin 96

Du 21 mars au 4 avril 1797, des élections ont lieu, elles sont remportées par les royalistes. Barras fort de l'appui de Hoche et de Bonaparte fait venir des troupes de l'armée Sambre et Meuse vers Paris prenant prétexte d'une participation à l'expédition irlandaise. Bonaparte envoie Augereau soutenir Barras. Augereau est nommé commandant de la place de Paris. Dans la nuit du  3 au 4  septembre 1797, (18 fructidor an 5) , Barras, Reubell et La Révellière- Lépeaux donnent leurs ordres aux ministres et à Augereau. Au matin les soldats d'Augereau occupent Paris et placardent des déclarations sur les murs -peine de mort à qui veut rétablir la monarchie-  Barthélemy et Pichegru qui entretiennent des relations avec les royalistes, sont arrêtés, Carnot s'enfuit. Les élections sont cassées dans 49 départements et 42 députés sont déportés, ainsi que 70 journalistes appartenant à 42 journaux. Les journaux sont soumis à l'autorité de police qui peut les interdire pendant un an.

Du 9 au 18 avril 1798 ( 20 au 29 germinal an 6) des élections ont lieu afin de renouveler le tiers des députés des conseils. Elles sont plutôt favorables aux jacobins mais de nombreuses listes se sont cassées en deux listes concurrentes. Il en résulte que le 11 mai le conseil des anciens décide l'annulation des élections dans 48 départements ce qui représente plus de 100 députés invalidés en majorité jacobins, dont la moitié seulement sera remplacée

1796 Le médecin britannique Edward Jenner réussit l'expérience de la vaccination de la variole

 

précédentes : 1795 Informations économiques - 1796 suivantes: 1798
          Le 7 avril 1795 (17 frimaire an 2) le Franc remplace la Livre . Il est défini par un poids de 4, 5 grammes d'argent pur le 15 août 1795 ( 28 thermidor an 3) 
          La planche à assignat est détruite en février 1796
          L' Etat répudie sa dette en septembre 1797

 

Consulter le calendrier révolutionnaire Consulter le dictionnaire des personnages

 

Le Babouvisme :

Pour Gracchus Babeuf (1760 - 1797) le but de la société est le bonheur commun. Il est partisan de la suppression de la propriété privée , le partage égale des propriétés ne peut être stable. Ce programme est exposé dans le manifeste des plébéiens publié dans le "Tribun du peuple" le 30 novembre 95. Il se démarque de l'idéologie des sans-culottes et des Jacobins qui était basée sur la propriété privée fondée sur le travail personnel. C'est la première fois que le communisme quitte la rêverie utopiste pour devenir une proposition concrète et par la conspiration des égaux il entre dans l'histoire des luttes.

 

 

QUI GOUVERNE CHEZ NOS AMIS ET/OU ENNEMIS
 

AU VATICAN
Pape Pie 6 (1775 - 1799)
GRANDE-BRETAGNE
Souverain Georges 3 (1760 - 1820)
Premier Ministre William Pitt le jeune, (1783 - 1801),
ESPAGNE
Souverain Charles 4(1788 - 1808),
PORTUGAL
Souverain  Marie 1ère la Pieuse (1777 - 1816)
ETATS-UNIS D'AMERIQUE
Président George Washington (1789 - 1797), John Adams (1797 - 1801),
PRUSSE
Souverain Frédéric-Guillaume 3 (1797 - 1840)
AUTRICHE
Souverain François 2 ( 1792 - 1835)
RUSSIE
Souverain - Tsar Catherine 2 la grande (1762 - 1796), Paul 1er ( 1796 - 1801)

 

 

La convention:
La réaction thermidorienne
Répertoire alphabétique Liste des documents

Retour à la page d'accueil

Retour au tableau synthétique Le directoire
Le directoire perd la confiance

 

Informations sur la fiche
Numéro 96/142
Numéro -1ère République 9/12
Dernière révision 09/02/2010