PREMIERE REPUBLIQUE

du 5 mai 1789 au
2 décembre 1804

QUATRIEME PERIODE

La Convention

( du 21 Septembre 1792 au
26 Octobre 1795 )

D- La réaction thermidorienne
( de fin juillet  94 à  octobre 95 )
( de thermidor an 2 à brumaire an 4)

 

assign_cour_2.jpg (63834 octets)

Grand Atlas Historique - Le livre de Paris

 

De la révolution à la monarchie
États généraux
L'Assemblée constituante
L'Assemblée législative
La Patrie en danger
Girondins et Montagnards
Comité de salut public
Apogée et chute de Robespierre
La réaction thermidorienne
Installation du Directoire
Le Directoire connaît des problèmes
Bonaparte 1er Consul
La marche vers l'Empire
L'Empire
Louis 18
Le 29 juillet le comité de salut public est maintenant composé de Barère, Billaud-Varenne, Collot d'herbois, Carnot, Prieur de la Côte d'Or, Robert Lindet, et les nouveaux venus Pierre-Antoine Laloy, Joseph Eschasseriaux, Bréard, Thuriot, Treilhard et Tallien.. Le 1er septembre Barère, Billaud-Varenne, Collot d'herbois quittent le comité et Merlin de Douai, Delmas, Fourcroy et Charles Cochon de Lapparent  y entrent. Le 6 octobre ce sont Carnot, Prieur de la Côte d'Or,   Lindet qui quittent le comité.

Les textes permettant aux comités d'arrêter des députés sans que la convention les entende sont abrogés (31 juillet) ainsi que la loi du 10 juin 94 (22 prairial) qui inaugurait la grande terreur le 1er août . Lecointre , Tallien et  Fréron qui réclamaient la liberté de la presse sont exclus des Jacobins à la demande de Carrier et le premier numéro du journal de Babeuf "journal de la liberté de la presse" parait, le 5 octobre il changera de nom il devient "le tribun du peuple" Le 7 février Babeuf est arrêté

le 13 octobre 94 une amnistie est promise aux insurgés du Morbihan s'il déposent les armes dans les 10 jours, la liberté de culte est rétablie et les représentants en mission ont tous pouvoir pour négocier avec les insurgés. Le 17 février après 6 jours de négociation au château de La Jaunaye près de Nantes un accord est signé entre Charette et d'autres chefs de l'insurrection vendéenne et la convention, résultat d'une politique militaire intelligente de Canclaux et  Hoche. Les rebelles sont amnistiés, le service militaire est limité au cadre territorial et la liberté de culte est rétablie. Stofflet qui est battu à Chemillé le 2 avril et dont le camp a été attaqué en forêt de Maulévrier (il avait été garde de chasse du comte de Maulévrier)   accepte un accord le 2 mai. Un accord également est réalisé avec certains chefs  Chouans le 20 avril  près de Rennes, les autres se joindront à l'accord le 2 mai à l'exception de Cadoudal qui s'oppose à Puisaye , celui-ci cherchait à unifier la chouannerie sous son autorité. Fin mai la chouannerie reprend  et les bandes de Charette reprennent les armes fin juin . Le 23 juin Villaret de Joyeuse est battu par la flotte anglaise de Warren qui transporte des émigrés. Ceux-ci vont débarquer quelques jours plus tard  près de Quiberon où se regroupent les chouans de Cadoudal qui se trouve à la tête d'une armée de 15 000 hommes. Mais des dissensions au sein des chouans nuisent à leur efficacité. Les émigrés échouent dans la prise de Vannes le 30 juin 95 . Ils sont refoulés dans la presqu'île de Quiberon par Hoche qui verrouille le passage. Ils capitulent le 21 juillet. Les commissions militaires créées par Tallien et Blad pour juger les émigrés entrent en action. Sur 751 condamnés 748 sont fusillés le 27 juillet. Le 2 août la convention rappelle à Paris ses deux représentants.

Des  enquêtes sont initiées sur les agissement des terroristes et des anciens membres des comités : enquête sur  le tribunal de Nantes et les agissement de Carrier , ce dernier arrêté et  jugé, est exécuté le 16 décembre. La publicité apportée à ce jugement montre le début de la répression à l'égard des terroristes. La convention décide l'arrestation et la mise en accusation de Barère, Billaud-Varenne, Collot d'herbois et Vadier ce dernier se cache. Le 1er avril ils sont déportés sans jugement craignant les manifestations de la foule, leur embarquement pour la Guyanne aura lieu le 26 mai. Barère réussira à s'échapper jusqu'à l'amnistie. Le 28 mars 95, procès de Fouquier-Tinville l'ancien accusateur du Tribunal révolutionnaire, il est exécuté le 7 mai ainsi que son collègue Hermann et 14 jurés. Arrestation de neuf députés montagnards dont Cambon, Thuriot, Bayle, Maignet, Levasseur de la Sarthe et Lecointre le 5 avril. Le 1er juin à nouveau arrestation de 9 députés Montagnards, 8 et 9 août 10 autres députés sont arrêtés dont Fouché. ..

L'hiver est très rigoureux, le pain manque la disette occasionne des émeutes. Le 24 décembre 94 le maximum est aboli, le maximum est un règlement qui fixe le prix maximum des denrées essentielles et le montant des salaires. Il a pour effet de raréfier l'offre il est tenu par le peuple comme responsable de la disette. Des émeutes ont lieu à  Rennes le 31 janvier 95 , Paris en mars 95 , Amiens, Rouen début avril, la disette  sévit toujours à Paris début mai. Le cour de l'assignat est au plus bas . Une nouvelle unité monétaire légale est créée, le Franc qui jusqu'alors était une unité théorique de 10 g d'argent dans le système décimal. C' est maintenant une pièce de monnaie de 5 grammes d'argent de pureté 9/10. Début mai tout l'Est parisien est en ébullition , le 20 mai la convention est envahie par des manifestants qui brandissent la tête du député Féraud qu'ils ont massacré. Les Montagnards essaient de faire passer des textes satisfaisant les revendications populaires. Ces députés seront déclarés d'arrestation. Il seront condamnés à mort le 17 juin, sur les six condamnés, 3 se suicideront .Le  21 c'est une insurrection, la troupe de Menou en reprend le contrôle le 23 mai

Les royalistes se servent évidemment des difficultés pour fomenter des troubles, manifestation anti jacobine à Paris le 29 août. A Paris une nouvelle génération de contre révolutionnaires apparaît ils sont appelés les Muscadins, Incroyables ou Jeunesse dorée. Armés de gourdins ils font la chasse aux jacobins. Derrière leurs meneurs on trouve d'anciens terroristes tels que Fréron, Tallien, Merlin de Thionville. De nombreuses révoltes royalistes éclatent un peu partout dans le midi de la France c'est souvent la chasse aux Jacobins. A Lyon, début mai, d'importants massacres ont lieu la terreur blanche s'installe dans la vallée du Rhône et dans le midi des bandes répandent la terreur ( compagnon de Jéhu, compagnons du Soleil )  massacres de Jacobins à Aix en Provence le 11 mai et le 14 août, Tarascon le 25 mai et le 20 juin, Nîmes le 4 juin, Avignon le 27 juin,   Dreux 13 septembre , Chartres le 17 et dans Paris elle débute le 24 , Avignon le 28. Les royalistes sont majoritaires dans certaines sections Parisiennes elles appellent  à l'insurrection. Le 2 octobre 95, Menou qui est chargé de la réprimer hésite. Le 4 octobre, Il est destitué et remplacé par Barras qui fait appel à Bonaparte, celui-ci charge Joachim Murat de s'emparer de l'artillerie du camp des sablons et de l'amener aux Tuileries. La bataille engagée tourne à l'avantage de la convention et Bonaparte n'hésite pas à mitrailler les royalistes sur le parvis de l'église Saint Roch (proche des Tuileries). A la suite de cette insurrection, Barras est nommé chef de l'armée de l'intérieur et Bonaparte  Général en second. Le 16 octobre Bonaparte devient général de division commandant en chef de l'armée intérieur à la place de Barras.

Sur le plan militaire les troupes révolutionnaires avancent partout, le 4 août prise de San Sébastian, le 9 août prise de Trèves, le 24 libération de Valenciennes et le 30 Condé sur Escaut, avec cette dernière victoire , tout le territoire français est libéré, une fête est organisée sur le Champ de Mars. Le 17 septembre Kléber commence le siège de Maastricht, le 23 Jourdan prend Aix la Chapelle, le 6 octobre Championnet prend Cologne, le 8 Marceau entre dans Bonn et le 10 Pichegru dans Bois le Duc. Le 15 octobre Desaix prend Frankental et Gouvion Saint-Cyr Ober- Moschel 18 Desaix prend Worms. A la fin octobre les armées de Sambre-et-Meuse et de Rhin-et-Moselle font leur jonction. Elles occupent toute la rive gauche du Rhin à l'exception de Mayence , Maastricht et le Luxembourg. La coalition contre la France est rompue, la Prusse dénonce son alliance avec l'Angleterre et la Hollande. Le 4 novembre Maastricht (Pays-Bas) capitule et l'armée française entre dans Nimègue.  Le 14 décembre Kléber commence le siège de Mayence et Pichegru entre à Utrecht (Pays-Bas) , dans Amsterdam le 20 janvier, la Haye le 22 et sa cavalerie prend la flotte hollandaise qui est prise dans les glaces. Prise de Bilbao le 17 juillet
Traité de Bâle entre la France et la Prusse 5 avril 95. Traité de La Hayes entre la France et la Hollande le 16 mai qui prend le nom de République Batave, la Prusse et la Hollande déposent les armes. Le 29 août traité de paix avec la Suède

 

Consulter le calendrier révolutionnaire Consulter le dictionnaire des personnages

 

précédentes: 1791 Informations économiques - 1795 suivantes: 1796
          Le 7 avril 1795 (17 frimaire an 2) le Franc remplace la Livre . Il est défini par un poids de 4, 5 grammes d'argent pur le 15 août 1795 ( 28 thermidor an 3) 
        

 

La vie continue :

Le 31 août 1794 Explosion de la poudrerie de Grenelle à Paris
L'abbé Grégoire dénonce le Vandalisme (c'est la première fois que ce terme est employé)
Le 5 septembre Les restes de Marat sont transférés au Panthéon ils en sont retirés le 8 Février 95 . Décision est prise de ne pas transférer quiconque avant un délai de 10 ans après le décès
Le 24 septembre Création de l'Ecole Centrale des Travaux Publics ( qui deviendra polytechnique )
Le 11 octobre  Les restes de JJ Rousseau sont transférés au Panthéon
Le 12 Novembre  Nicolas-Jacques Conté crée à Paris une fabrique de crayons à mine de carbure
Le 25 février  1795 Sur proposition de Lakanal, une école centrale ( ancêtre de nos Lycées ) sera créée dans chaque département (elles seront mises en place progressivement de 95 à 97)
Le 30 mars Après un rapport de Lakanal, création de l'école des Langues Orientales qui s'installe à la bibliothèque nationale   près des manuscrits
Le 3 avril En gage de réhabilitation la convention décide d'acheter et de distribuer 3000 exemplaires de "Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain"; que Condorcet a fini d'écrire dans la clandestinité alors qu'il  était décrété d'arrestation, il se suicidera peu de temps après. Cette garantie permet l'édition de l'ouvrage.
Le 7 avril   Par décret le système décimal devient obligatoire, Un mètre étalon en platine va être réalisé, une nomenclature des nouvelles mesures est réalisée avec pour base mètre, gramme, litre ... et les préfixes kilo, hecto, déca etc../
Le 8 juin   Mort à Paris du fils de Louis 16/
Le 14 juillet A la demande du député Debry la Marseillaise devient l'hymne national
Le 3 Août Création du Conservatoire National de Musique, école de musique créée par Bernard Sarette capitaine de la garde nationale
Le 22 août Le département de Paris devient le département de la Seine
Le 1er septembre L'Ecole Centrale des Travaux Publics est renommée École Polytechnique

 

 

QUI GOUVERNE CHEZ NOS AMIS ET/OU ENNEMIS
 

AU VATICAN
Pape Pie 6 (1775 - 1799)
GRANDE-BRETAGNE
Souverain Georges 3 (1760 - 1820)
Premier Ministre William Pitt le jeune, (1783 - 1801),
ESPAGNE
Souverain Charles 4 (1788 - 1808),
PORTUGAL
Souverain  Marie 1ère la Pieuse (1777 - 1816)
ETATS-UNIS D'AMERIQUE
Président George Washington (1789 - 1797)
PRUSSE
Souverain Frédéric-Guillaume 2 (1786 - 1797), Frédéric-Guillaume 3 (1797 - 1840)
AUTRICHE
Souverain François 2 ( 1792 - 1835)
RUSSIE
Souverain - Tsar Catherine 2 la grande (1762 - 1796)

 

 

Apogée de Robespierre Répertoire alphabétique Liste des documents

Retour à la page d'accueil

Retour au tableau synthétique Mise en place du directoire

 

Informations sur la fiche
Numéro 95/144
Numéro -1ère République 8/12
Dernière révision 09/02/2010