L'époque moderne
 Après la prise de Constantinople par les Turcs en 1453 débute l'époque moderne. Elle se prolongera jusqu'à la révolution de 1789. L'époque contemporaine lui succèdera

La Renaissance  et le pouvoir absolu remis en cause par les protestants
Non seulement les tentatives de conquêtes italiennes permettent aux Français de découvrir les lumières d'Italie et d'accueillir les courants artistiques de la renaissance italienne mais aussi les écrits d'humanistes tels le Flamant Erasme  vont remettre en cause la façon de penser et surtout de penser par soi même.  Cependant, la renaissance remet en lumière les écrivains grecs et latins , époque où les travaux manuels étaient réalisés par des esclaves. Les artisans et ouvriers français se voient alors traités de "viles personnes" et vont être exclus des fonctions municipales. Une conscience de classe va naître.
 Remise en cause suprême, la réforme qui remet en cause la religion Catholique ciment du pays et de l'unité de la nation
 

 

DYNASTIE CAPÉTIENS
VALOIS ANGOULEME
ASCENDANTS fils de HENRI 2
roi de France

et Catherine de Médicis
NOM
Titre roi de France  
Vie 1550 - 1574 (24 ans)
Règne 1560 - 1574  (roi à 10 ans)

Charles9.jpg (81888 octets)
Portrait de Charles 9 - Ecole française du 16ème siècle
Musée du Château de Versailles
Les grands noms de l'Histoire - Catherine de Médicis - ed du Rocher

 
Épouse Elisabeth d'Autriche (1554 - 1592)
fille de l'empereur Maximilien
mariage en 1570
 
Descendants
noms en rouge: n'ont pas régné dans le royaume franc

Marie -Élisabeth
 

Voir la généalogie des Capétiens

Les Capétiens
Valois
Philippe 6
Jean 2 le Bon
Charles 5 le Sage
Charles 6 le Fou
Charles 7 le victorieux
Louis 11
Charles 8
Valois Orléans
Louis 12

Valois Angoulême

François 1er
Henri 2
François 2
Charles 9
Henri 3
Il n'a que 10 ans lorsque son frère meurt en 1560. Sa mère, Catherine de Médicis, assurera la régence jusqu'en 1563 mais son influence restera prépondérante pendant tout le règne de Charles 9.

Catherine chercha toujours, aidée de Michel de l'Hospital,  à concilier les uns avec les autres. Elle tenta de concilier les deux églises en organisant le colloque de Poissy (septembre 1561)  mais cela ne fit qu'empirer les choses. Pour les "Guise" la France ne pouvait être que catholique. En mars 1562 le hasard fit tomber les Guises et leur escorte sur une grange dans laquelle les protestants étaient réunis pour célébrer leur culte dans le village de Wassy en Champagne. Ils les passèrent au fil de l'épée (plusieurs dizaines de morts et cent blessés). Cet évènement inaugure une période de 36 années de guerre de religion.

Au massacre de Wassy les protestants répondent par l'assassinat du duc François de Guise en 1563 ce qui suscita des troubles. Lorsqu'ils se calmèrent, Catherine de Médicis promulgua l'édit d'Amboise cette même année. Cet édit accorde aux nobles la liberté de culte dans leur domaine mais la refuse toujours aux gens du peuple.

La majorité de Charles 9  est proclamée le 17 août 1563. Le 13 mars 1564, Catherine de Médicis et le roi Charles 9 accompagnés d'une suite d'un millier de personnes, entreprennent un tour de France qui durera plus de 2 ans  pour tenter de renforcer la cohésion du royaume.

En 1567 les protestants tentent de s'emparer du roi, la guerre reprend, les catholiques en sortent vainqueurs à Saint Denis et la paix est signée à Longjumeau en 1568. Le renvoi de Michel de l'Hospital rallume la guerre, les protestants sont battus à Jarnac et Moncontour en 1569. Au cours de ces batailles, Condé est tué. Le prince de Condé , Louis 1er de Bourbon était le général en chef des Huguenots.
Catherine traite avec les protestants en 1570 elle leur accorde des "places de sûreté": Montauban, La Rochelle, Cognac, La Charité-sur-Loire par l' Édit de Saint Germain.

Gaspard de Coligny qui avait vécu son enfance à la cour de François 1er dont l'Espagne et particulièrement Charles Quint était l'ennemi héréditaire est fait Amiral de France en 1552 par Henri 2 suite à une victoire contre les espagnols. En 1557 , enfermé dans Saint-Quentin par l'armée de Charles Quint, qui mourra en 1558,  il doit se rendre. Cette défaite entraînera le traité de Cateau-Cambrésis (1559). Il se convertit progressivement au protestantisme mais condamne la violence. Il pousse Catherine de Médicis à adopter une politique de conciliation mais devient l'ennemi d'Henri de Guises (fils de François) dit le balafré . En 1562 la guerre éclate entre catholiques et protestants, engagé aux cotés du prince de Condé, Il négocie une aide financière de Elisabeth d'Angleterre en échange de quoi il lui cède le port du Havre. Cet acte au profit de l'ennemi héréditaire de la France lui sera reproché même par les réformés. Cette "trahison" ainsi que sa participation à la guerre des religions en fait un personnage détesté des catholiques. Il revient à la cour en 1571 où il va tenter de décider Catherine et Charles de relancer la guerre contre les espagnols en venant en aide "aux gueux" des Pays Bas
Les Pays Bas, qui sont sous la coupe de l'Espagne, connaissent "la révolte des gueux" les révoltés, dont une grande partie était des protestants,  avaient pris ce nom lorsqu' un conseiller de la régente, Marguerite de Parme, pour la rassurer, avait assuré que ce n'était que des gueux. Une partie de ces gueux avait été massacrés en 1566. En 1568 deux comtes, bien que catholiques mais opposés au roi d' Espagne Philippe 2, furent exécutés sur la grand place de Bruxelles déclenchant une véritable guerre.
Pour Catherine une guerre contre l'Espagne fait courir à la France un grave péril d'autant plus que les caisses sont vides. De même les Guise ne veulent pas de guerre avec l'Espagne catholique. Coligny ne parviendra pas à décider Charles 9. Pour Catherine les chefs Huguenots deviennent des dangers

 Le 10 août 1572 on célèbre le mariage de Henri de Condé et de Marie de Clèves tous les deux sont protestants mais Marie est la soeur de la catholique Catherine de Guise. Marie qui est née en 1553 a vu mourir sa mère en 1559 et son père deux ou trois ans après. Son éducation fut confiée à Jeanne d'Albret protestante, soeur de François 1er et mère du futur Henri 4.  On prépare le mariage de Henri de Navarre avec la soeur du roi Marguerite de France dite Margot ( A la cour, les enfants jouaient des scénettes, dans l'une d'elles, Marguerite était appelée Margot, ce prénom lui est resté ) le contrat a été signé le 11 avril après des négociations entre Catherine de Médicis et Jeanne d'Albret.  C'en est trop pour les ligues catholiques qui préparent une riposte. Le mariage a lieu le 18 août, pour cette occasion de nombreux huguenots convergent à Paris. Les huguenots sont considérés comme des étrangers, ils sont armés, ne rient pas, ne dansent pas, on leur trouve une mine patibulaire . Les prêtres à l'église fulminent contre ce mariage "Dieu ne souffrira pas cet accouplement" .
Le 22 août au matin Coligny est blessé d'un tir d'arquebuse dont l'auteur est un membre de la famille des Guise

Le massacre de la Saint Barthélemy:
Dans ses mémoires, Marguerite écrit:
 

Je voyois tout le monde en action ; les huguenots desesperez de cette blessure [référence à l'attentat manqué contre l'amiral de Coligny] ; messieurs de Guise craignans qu'on n'en voulust faire justice, et se suchetans tous à l'oreille. Les huguenots me tenoient suspecte parce que j'estois catholique, et les catholiques parce que j'avois espousé le roy de Navarre, qui estoit huguenot. De sorte que personne ne m'en disoit rien, jusques au soir qu'estant au coucher de la Royne ma mere, assise sur un coffre auprès de ma sœur de Lorraine, que je voyois fort triste, la Roine ma mere parlant à quelques-uns m'apperceust, et me dist que je m'en allasse coucher. Comme je lui faisois la reverence, ma sœur me prend par le bras et m'arreste, et se prenant fort à pleurer me dit :

« Mon Dieu, ma sœur, n'y allez pas. »

Ce qui m'effraya extremement. La Roine ma mere s'en apperceut, et appellant ma sœur se courrouça fort à elle et luy deffendit de me rien dire. Ma sœur luy dit qu'il n'y avoit point d'apparence de m'envoyer sacrifier comme cela, et que sans doute s'ils descouvroient quelque chose, ils se vengeroient sur moy. La Roine ma mere respond, que s'il plaisoit à Dieu, je n'aurois point de mal ; mais quoy que ce fut, il falloit que j'allasse, de peur de leur faire soupçonner quelque chose qui empeschast l'effet

Texte extrait de Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Marguerite_de_France_(1553-1615).

Marguerite n'était pas dans la confidence.  Ce texte montre que Marguerite n'était pas au courant mais la Reine Mère et la soeur de Marguerite, Claude de France duchesse de Loraine qui vivait souvent à la cour de France savaient. En fait, dans la journée, un conseil autour de Catherine décide qu'il serait bon de tuer tout les nobles Huguenots actuellement à Paris. Dans la journée on repère tous les endroits où sont logés des protestants. Le soir elle parvient, accompagnée du frère du roi le futur Henri 3 et quelques nobles à persuader le Roi de la nécessité d'éliminer les nobles Huguenots. Dans la nuit, 200 nobles périront

Le 24 août 1572, à 3 heures du matin, les parisiens sont réveillés par le tocsin Pour beaucoup de catholiques c'est signe que les huguenots attaquent. La réaction sera très violente les membres de le milice bourgeoise, des simples particuliers se jettent sur les protestants pensant que le roi soutient leur action. Après l'assassinat de Coligny le duc de Guise (Henri fils de François)  déclarera "le roi le commande" et ce sera un massacre.
Le roi approuvera le meurtre des huguenots de guerre mais celui des protestant du peuple, Catherine laissa faire. Le massacre se propagea à la province, notamment Lyon et Orléans. Ils eurent lieu jusqu'à début octobre Michelet dira " La Saint-Barthélemy n'est pas une journée , c'est une saison" ; Le nombre des victimes est probablement situé entre 20 à 30 000. Ceci eut pour effet d'inciter les protestants à fortifier leurs places. Les catholiques essayèrent de s'emparer de La Rochelle en vain. L'édit de Boulogne met fin à cette guerre en juillet 1573.

Le roi Charles 9 atteint par la tuberculose meurt en 1574, il a 24 ans. C'est son frère Henri qui prendra sa succession

- Michel de l'Hospital avait été nommé par François 2 en 1560 Chancelier de France. A la mort du roi , il devient le principal conseiller de la Régente Catherine de Médicis. Il sera le symbole de la tolérance.

- Le traité de Cateau Cambraisy mettra fin aux ambitions françaises sur l'Italie qui passera sous la coupe espagnole. Ce sera la fin de la Renaissance Italienne

 

CONTEXTE
Charles 9
rend une ordonnance  en 1564 fixant au 1er Janvier le début de l'année. Avant cette date, l'année commençait à Pâques

La France traverse un mini "âge glaciaire" depuis 1550. La production de vin est pratiquement divisée par 2. Un marasme s'installe, à Lyon les trois quarts des maisons bancaires ferment. On constate une recrudescence des épidémies (peste, typhus, rougeole, coqueluche), des jacqueries éclatent.

Depuis 1545 se tient le concile de Trente (Italie du nord) et qui s'achève en 1563 qui va influencer en profondeur la religion catholique qui entérine les conclusions du colloque de Ratisbonne qui avait conclu à l'impossibilité de réintégrer les luthériens dans l'église catholique. Approfondit le rôle de l'évêque et des prélats ainsi que les rites de la messe. Malgré la volonté d'indépendance de l'église de France , petit à petit celle-ci appliquera les directives du concile. C'est à partir de ce concile que les églises vont devenir des lieux silencieux alors que jusqu'à cette date elles étaient des lieux de convivialité bruyants. 

En 1571 est inauguré le premier service de Carrosses publics entre Paris et Orléans. Le voyage dure 3 jours avec couchées à Chartres et Angerville. Les messagers d'Université sont maintenant équipés de charriots et chacun peut leur demander de transporter lettres, valeurs paquets. Dans les villes, maintenant, des voitures partent à heure fixe. On trouve des écrits dans lesquels on décrit le transporteur qui s'enferme dans son local avec un guichet et la queue des clients.

 

LE SULTAN CONTRE LA CHRETIENTE - La bataille de Lépante

Alors que la chrétienté prend Selim 2 (1524-1574) successeur de Soliman le Magnifique pour un débauché ne pensant qu'aux plaisirs, il a pour surnom "l'ivrogne", celui-ci prépare sa flotte pour le combat. Le 1er juillet 1570 les Turcs attaquent Chypre , 360 galères débarquent 50 000 hommes,  les massacres vont faire 20 000 victimes , hommes, femmes et enfants. Pendant que le pape Pie 5 essaie de reconstituer la sainte ligue, les Ottomans pillent la Crète et le littoral adriatique.
Le 25 mai 1571 un accord est trouvé, une flotte sous le commandement de Don Juan d'Autriche ( fils naturel de Charles Quint) réunissant les navires de Venise, des Etats pontificaux, le duché de Milan, le république de Gènes, l'ordre des hospitaliers et le duché de Savoie va tenter de mettre un terme au désir de conquête de Selim 2.
Ce sont 120 galères de Venise remorquant 6 grosses galéasses hérissées de canons, 160 galères espagnoles, 18 galères des Etats Pontificaux, et 3 galères du Duché de Savoie menées par 50 000 rameurs et marins et transportant 30 000 soldats qui vont se confronter à l'escadre des Ottomans. Celle-ci est composée de 210 galères et de 63 bateaux légers qui  mouillent dans le golfe de Corinthe.
La bataille va se dérouler devant la ville de Lépante.le 7 octobre 1571 à 17h les Turcs capitulent 62 galères turcs ont été coulées, 117 capturées, 30 000 turcs ont été tués et 3 846 capturés, 15 000 forçats ont été libérés.  Coté chrétiens 7 500 morts dont 4 000 Vénitiens et 20 000 blessés sont à déplorer. 
Cependant dés la victoires, les divisions reprennent le dessus et les vainqueurs ne s'entendront pas pour libérer Chypre qui restera aux mains des Ottomans.
Cette bataille qui va mettre fin aux velléités expansionnistes des Ottomans est considérée comme l'une des plus grandes jamais menées tant par l'ampleur des flottes en présence que l'importance de ses conséquences.
( d'après un article de Histoire et civilisations - Le Monde et National Geographic - avril 2016)

 

AILLEURS
Les papes et la religion catholique

Paul 4 (1555-1559),  Pie 4 (1559-1565),  Saint Pie 5 (1565-1572),  Grégoire 13 (1572-1585),

Saint Empire Romain Germanique :
 En 1556 Charles Quint abdique et transmet son titre impérial à son frère Ferdinand 1er (1556-1564) et se retire en Espagne. Le pape n'ayant pas eu à donner son avis sur l'élection de Charles Quint, il refusa de reconnaître Ferdinand  mais il passa outre et plus jamais il ne fut question de l'avis du pape dans l'élection d'un empereur germanique. Ferdinand s'employa principalement à réconcilier protestants et catholiques. Son  fils   Maximilien 2 (1564-1576) lui succède, il établit dans l'empire une grande liberté religieuse . Il laisse se développer la Contre Réforme animée par les Jésuites. La grande préoccupation fut la guerre contre les Turcs qui envahirent la Hongrie en 1566.

En Angleterre: 
Marie Tudor meurt en 1558 après avoir désignée comme successeur Elisabeth sa sœur qu'elle avait fait emprisonner à condition qu'elle maintienne la religion catholique. Elisabeth 1ère (1558-1603) se pose en régulateur suprême de l'Eglise nationale et impose une voie moyenne entre protestantisme et catholicisme. Elle persécuta les tendances extrêmes. Sa politique extérieure s'inspire avant tout des intérêts nationaux de l'Angleterre.

En Espagne: 
Philippe 2  (1556-1598) succède à Charles Quint contrairement à son père c'est un véritable Espagnol austère et religieux jusqu'au fanatisme, il était porté à l'absolutisme . Malgré les moyens énormes dont il disposait, la meilleure armée du monde et les métaux précieux du nouveau monde il subit de sérieux revers
Jeanne 3 d'Albret (1555-1572)  fille de Henri 2 de Navarre et de  Marguerite de Valois sœur de François 1er devient reine de Navarre en 1555 épouse en 1548 Antoine de Bourbon. Elle donne naissance en 1553 au futur Henri 4. Elle s'efforce de maintenir l'indépendance de la Navarre entre l'Espagne et la France . Elle se rend à la cour de Charles 9 pour marier son fils Henri avec la sœur de Charles, Marguerite de Valois (ne pas confondre avec la précédente) elle meurt peu après son arrivée.

 

QUI GOUVERNE CHEZ NOS AMIS ET/OU ENNEMIS
 

Grande-Bretagne
Souverain Marie Tudor ( 1553 - 1558), Elisabeth 1ère (1558 - 1603) (Tudor)
Espagne
Souverain Philippe 2 (1556 - 1598)
Navarre (Navarre coté français des Pyrénées)
Souverain   Jeanne d'Albret (1555 - 1572), Henri 3 de Navarre (futur Henri 4 roi de France) (1572 - 1589)
Portugal
Souverain Sébastien 1er  le Désiré (1557 - 1578)
Empire romain germanique
Empereur Ferdinand 1er (1556 - 1564), Maximilien 2 (1564 - 1576)
Russie
Souverain - Tsar Ivan 4 le Terrible (1533 - 1598)

 

François 2 Répertoire alphabétique Liste des documents

Retour à la page d'accueil

Retour au tableau synthétique Henri 3

 

Informations sur la fiche
Numéro 81/144
Numéro - Capétiens Valois-Orléans 12/13
Dernière révision 19/01/2019