Restauration de la Monarchie
 L
a royauté est restaurée, mais le cœur n'y est pas. Ce roi qui revient dans les "fourgons de l'étranger" la réaction est trop profonde pour ne pas susciter tensions et ressentiments. Louis 18 a su modérer ses ultras il n'en sera pas de même de Charles 10
DYNASTIE CAPÉTIENS
BOURBONS
ASCENDANTS Petit fils de LOUIS 15
Frère de Louis 16 et de Louis18
Fils de Louis de France
et de Marie Josèphe de Saxe
NOM
Titre roi de France  
Vie 1757 - 1836 (79 ans)
Règne 1824 - 1830 (roi à 67 ans)

 
Épouse  Marie Thérèse de Savoie (1756 - 1805)
Fille du roi de Sardaigne
morte en 1805
 
Descendants  
Noms en Rouge : n'ont pas régné
dans le royaume de France

Louis-Antoine (1775 - 1844)
Sophie (1776)
Charles-Ferdinand (1778 - 1820)
Une fille ? (1783)
 

Voir la généalogie des Bourbons

Les Bourbons
Henri 4
Louis 13
Louis 14
Louis 15
Louis 16
Première république
Empire
Louis 18
Charles 10
Louis-Philippe
Il émigra en 1789 et rentre en France lors de la Restauration en 1814 lorsque son frère Louis 18 meurt, le Comte d'Artois, sous le nom de Charles 10 accède au trône  le 16 septembre 1824.
Il maintient le gouvernement de son prédécesseur.
Rapidement il prend des mesures populaires: il promulgue des amnisties, rétablit la faculté de droit de Grenoble, et contre l'avis de Villèle lève la censure de la presse. La popularité du nouveau roi est à son comble.

Sous le nom de congrégation, le peuple voit se cacher les jésuites qui ont été interdit en France. Le roi est particulièrement bigaut. Aussi la congrégation cherche à s'infiltrer partout et y parvient souvent. 

1825
Le 17 avril une ordonnance qui reconnaît l'indépendance d'Haïti . Chateaubriand conteste le droit à des ministres de conseiller au roi  d'aliéner une partie du territoire français

Charles 10 laisse son premier ministre Villèle ultra royaliste, gouverner (il est au gouvernement depuis 1821)  mais celui-ci prend des mesures impopulaires,le roi donne l'impression de vouloir rétablir l'ancien régime: la loi sur le sacrilège qui punit de mort le vol d'hosties consacrés ce qui va relancer les querelles religieuses et aller contre la séparation de l'église et de l'Etat. L' octroie d'indemnités aux  émigrés ( le milliard des émigrés ) . Pour le peuple, ceci revient à financer les gens qui ont pris les armes contre la France.

1826
Le 3 mai le roi et sa famille ainsi que les corps constitués suivent à pied, un cierge à la main les 2000 prêtres qui ouvrent une procession ordonnée par l'archevêque de Paris. Le roi va poser la première pierre d'un monument à la mémoire de Louis 16. Ce monument sera érigé sur la place de la concorde , là où le roi a été guillotiné. Il s'agit d'une statue équestre de Louis 16 réalisée par le sculpteur Jean-Pierre Cortot . Ce monument sera détruit en 1830 par Louis Philippe et remplacé par l'obélisque de Louxor .
Cette même année voit l'achèvement d'une chapelle à la mémoire de Louis 16 qu'on appellera la chapelle expiatoire. La Chapelle a  été construite sur l'ordre de Louis 18 et payée avec ses deniers sur l'emplacement où Louis 16 et Marie Antoinette ainsi que les gardes suisses qui devaient les protéger avaient été inhumés dans l'ancien cimetière de la Madeleine à Paris.

Le 15 août Charles 10 participe à nouveau à une procession pour célébrer la Saint-Louis. Il participera à une autre procession le 20 septembre.

1827

Suite à une manifestation des gardes nationaux qui ont conspué Villèle et Peyronnet au cours d'une revue présidée par Charles 10, Villèle obtient la dissolution de la garde parisienne. En réaction le duc de Doudeauville ministre de la maison du roi démissionne et Chateaubriand la condamne.

Le 24 juin Villèle rétablit la censure de la presse elle qui sera abrogée par le roi le 5 novembre.

En septembre le roi fait un voyage dans le nord de la France , il y est bien accueilli par la population.

En Grèce occupée par les Ottomans , c'est la guerre d'indépendance. Les puissances occidentales et la Russie apportent un projet de traité destiné à libérer la Grèce de ses occupants. Après le refus ottoman, le 20 octobre 1827 les flottes Anglaises, Françaises et Russe affrontent la flotte Ottomane, Égyptienne et d'Afrique du Nord dans la baie de Navarin en Grèce. Les Ottomans et leurs alliés subissent un désastre. Soixante navires sont coulés , les capitaines ayant reçu l'ordre de ne pas se rendre, la bataille fait dans leurs rangs 6 000 morts et 4 000 blessés. Cette bataille coupant les routes d'approvisionnement des troupes ottomanes contribua à la libération de la Grèce.

Le 17 novembre les élections législatives donnent 130 sièges aux libéraux, 83 aux ministériels et 65 à l'opposition royaliste. A Paris les libéraux emportent les 8 sièges à pourvoir.  A la chambre on compte maintenant 170 libéraux pour 170 ministériels et 70 à 80 ultraroyalistes.

Début du creusement du tunnel sous la Tamise. Proposé par Marc Brunel en 1823 qui décéda peu après, c'est son fils Isambard Brunel qui mena à bien les travaux. L'ouvrage est composé de deux voies d'une hauteur de 6 mètres, il est long de 381 mètres. C'est le premier tunnel au monde sous un fleuve navigable. Durant les travaux de percement, le tunnel sera inondé 5 fois le sol de la Tamise s'étant effondré. Les ouvriers éclairés au début par des bougies puis ensuite par des lampes à gaz travaillaient dans des conditions très pénibles. Le tunnel fut inauguré le 25 mars 1843, il est utilisé actuellement par le métro.

1828

Villèle démissionne
Nouveau gouvernement sans président du conseil (4 janvier ):
 

Affaires étrangères La Ferronnays Auguste
Guerre Decaux de Blaquetot Louis Victor
Intérieur Martignac Jean Baptiste
Justice Portalis Joseph Marie
Marine et colonies Chabrol de Croussol André Jean
Affaires ecclésiastiques Frayssinous  Denis Luc
Instruction publique Lefèbvre de Vatimesnil Antoine François

Après démission de Mgr Frayssinous  et Chabrol de Croussol, remaniement du gouvernement

Affaires étrangères La Ferronnays remplacé par Portalis le 1er janvier 1829
Guerre Decaux de Blaquetot Louis Victor
Intérieur Martignac Jean Baptiste
Justice Portalis  Joseph Marie remplacé par Bourdeau le 1er janvier 1829
Marine et colonies Hyde de Neuville Jean Guillaume
Affaires ecclésiastiques Feutrier (évêque de Beauvais)
Instruction publique Lefèbvre de Vatimesnil Antoine François

1829

Après la chute du ministère Villèle et du ministère suivant plus modéré ( Martignac ) il confie le ministère des affaires étrangères  à l'ultra-royaliste Polignac "le plus aveugle, le moins prévoyant, le plus obstiné des ultras" puis ensuite il lui confit le gouvernement ce qui apparaît comme une provocation (1829). Jules de Polignac est un ami d'enfance de Charles 10 en qui il peut avoir toute confiance mais qui est particulièrement incompétent.

Le gouvernement, est formé le 8 août 1829

Affaires étrangères Jules de Polignac
Finances Chabrol de Croussol
Guerre Bourmont Louis Auguste
Justice Courvoisier Jean Joseph
Marine et colonies d'Haussez Charles
Instruction publique et Affaires ecclésiastiques Montbel Guillaume Isidor

Ce gouvernement est très critiqué Polignac homme de la contre-révolution, Bourmont déserteur de Waterloo et La Bourdonnaie agitateur ultra ( nommé chef de la police) a des responsabilités dans la terreur blanche .
Ce gouvernement ne contient que des ultraroyalistes
Le peuple voit dans les actions du roi une volonté de rétablir la royauté absolu d'avant 1789
 

Bertin l'Aîné ( Louis François Bertin dit) directeur du journal des débats publie un article célèbre qui se termine par la formule: " Malheureuse France ! Malheureux roi " où il stigmatise  la cour avec ses vieilles rancunes, l’émigration avec ses préjugés, le sacerdoce avec sa haine de la liberté »

En fait Polignac essaie de se débarrasser de sa réputation de dévot il est en fait partisan d'une monarchie constitutionnelle à l'anglaise. mais entre le  roi qui estime qu'il  peut nommer les ministres suivant sa volonté  sans se soucier des libéraux qui estiment  que le roi doit nommer des ministres admis par les représentants du peuple, il ne peut y avoir d'entente.


Le 18 novembre La Bourdonnaie est contraint par les partisans de Polignac à la démission. Ce dernier devient Président du conseil et Montbel prend l'intérieur, l'instruction passe à Guermon-Ranville

 En 1829 la première lanterne au gaz pour l'éclairage public (voir le document) est installée place du carrousel (actuellement carrousel du Louvre) la place se nomme ainsi car Louis 14 avait organisé des fêtes sur cette place devant les tuileries, cet emplacement garda alors comme nom l'emplacement où eut lieu le carrousel.

 

1830

Le 12 mars 1830 le gouvernement informe les puissances étrangères de l'imminence d'un débarquement des troupes à Alger. La flotte est commandée par le général Bourmont. Le 14 juin commence le débarquement des troupes près de Sidi Ferruch à 20 km d'Alger. (voir ci dessous la conquête de l'Algérie) l'action s'inscrit dans un double objectif:
Sur le plan international ,contribuer au démembrement de l'empire ottoman
Sur le plan national bénéficier du prestige de l'opération pour remonter la cote de popularité du roi et de Polignac en vue des élections. L'annonce de la conquête arrivera trop tard et sera reçu dans l'indifférence.

Le 16 mars 221 députés (sur 402)  adoptent une adresse de défiance contre le ministère, met le roi en demeure de renvoyer le gouvernement ou de dissoudre l'assemblée. Le 16 mai le roi dissout l'assemblée ce qui entraîne la démission de Courvoisier et Chabrol de Croussol . Le 19 mai il remanie le gouvernement

Affaires étrangères Jules de Polignac
Finances Montbel Guillaume Isidor
Guerre Bourmont Louis Auguste
Justice Chantelauze Jean
Intérieur Peyronnet Albert
Marine et colonies d'Haussez Charles
Travaux publics Cappelle Guillaume Antoine
Instruction publique Guernon-Ranville Martial

Le 23 et 30 juin les élections législatives sont un échec pour le gouvernement qui ne remporte que 57 sièges sur les 195 pourvus, le pourvoi des  sièges parisiens était différé afin de ne pas influencer la province mais sans attendre le Conseil décide de dissoudre l'assemblée nouvellement élue et de faire de nouvelles élections après avoir modifié le mode électoral.. cependant les élections parisiennes ont lieu et confirme l'échec du gouvernement, l'opposition compte 274 députés et le gouvernement 143.

Le 25 juillet Charles 10 signe quatre ordonnances:
       - Suspension de la liberté de la presse
       - Dissolution de la chambre des députés
       - Convocation des collèges électoraux pur les 6 et 13 septembre
       - Modification du système électoral. Il n'y aura plus que 258 députés élus pour 5 ans renouvelée par 1/5 chaque année. Les députés seront élus par collèges départementaux par le 1/4 des électeurs les plus imposés.
Les ordonnances sont publiées le 26, 44 journalistes dont Thiers et Cauchois-Lemaire signent une protestation . Des attroupements se font, les vitres du ministère des finances volent en éclats.
 

Les trois glorieuses
Le 27 quatre journaux d'oppositions paraissent sans autorisation. Le préfet de police les fait saisir et lance des mandats d'arrêt contre les 44 signataires. Les premiers affrontements ont lieu, un premier insurgé est tué . Le roi confie la répression au Maréchal Auguste de Marmont soldat impopulaire pour avoir trahi Napoléon 1er
Le 28 dés l'aube l'insurrection s'étend et s'aggrave, des barricades sont dressées des postes de garde attaqués. Ils s'emparent de l'arsenal et de la poudrière de la Salpêtrière . Puis vient le tour de l'hôtel de ville, de Notre-Dame, les troupes commencent à fraterniser avec les insurgés.
Le 29 les choses s'aggravent encore. Le soulèvement aura fait 200 morts chez les militaires et près d'un milliers chez les insurgés.
Ces trois journées vont prendre le nom des trois glorieuses , il s'agit évidemment du point de vue des républicains.


Le 30 Charles 10 retire les ordonnances. Cependant, la révolution n'avait pas été préparée, les révolutionnaires n'ont pas le temps de s'organiser que les chefs libéraux, Jacques Laffite qui a joué un rôle important dans le rejet des ordonnances et le renversement de Charles 10 et les rédacteurs du journal "le National"   Thiers , Carrel et Miguet font appel au cousin de Charles 10 le  duc d'Orléans
Le 31 Le roi quitte Saint Cloud pour Versailles mais mal accueilli il poursuit jusqu'à Rambouillet. La commission municipale forme un gouvernement provisoire.

Le 1er Août 1830 Le duc d'Orléans qui ne veut détenir le pouvoir que du peuple convoque les chambres pour le 3 août. Il conserve en partie le gouvernement provisoire et rétablit la cocarde tricolore
 

Affaires étrangères Jourdan Jean Baptiste
Finances Louis Joseph Dominique
Guerre Gérard Etienne Maurice
Justice Dupont de l'Eure Jacques Charles
Intérieur Guizot François
Marine et colonies Tupinier Jean Marguerite
Instruction publique Bignon Louis

Le 2 août Charles 10 abdique
Du 3 au 16 Août Charles 10 se dirige vers l'Angleterre. Quatre ministres de Charles 10, Polignac, Peyronnet, Chantelauze, et Guernon-Ranville sont arrêtés alors qu'ils tentent de quitter la France.
Dans la séance du 9 août le Duc d'Orléans jure fidélité à la nouvelle constitution, il est proclamé roi des Français sous le nom de Louis-Philippe 1er.

 
Conquête de l'Algérie

  Sous Charles 9 et Henri3
   Les relations avec l'Algérie sont très anciennes. Bien que le dey  n'ait pas beaucoup d'enthousiasme pour l'établissement de marchands chrétiens en Algérie, celle ci n'étant qu'une province de l'Empire Ottoman il doit s'incliner devant la volonté de la "sublime porte" d'établir de bonnes relations avec la France. En 1560 un corse établi à Marseille Thomas Lenche s'assure du monopole du commerce du corail principale source de revenus de  l'Algérie. Il crée un établissement dans l'est du Constantinois "le bastion de France" . Il ne pourra y rester longtemps les Algériens l'accuse d'exporter des grains alors que c'est interdit et en 1568 ils s'en emparent. En 1597 son neveu réussit à le récupérer, mais en 1604 les corsaires algériens s'en emparent.

Règne de Louis 13:
    Richelieu est conscient de l'importance que peut revêtir le commerce avec l'Algérie qui est à l'époque une province de l'empire Ottoman. C'est à nouveau un Corse établi à Marseille  Sanson Napollon qui va être chargé de reprendre les relations avec l'Algérie. Moyennant subventions et redevances fournies par le duc de Guise, la ville de Marseille et les capitaines de galères l'établissement "le bastion de France" reprend vie et procure à Sanson Napollon d'importants revenus. Le Bastion va devenir un haut lieu du négoce avec l'Algérie possédant plus de 20 bateaux.
    En 1633 alors qu'il cherchait à conquérir l'ile de Tabarka au nord de Tunis Napollon est capturé par les habitants et décapité.
    En 1637 le pacha d'Alger, devant la volonté de conquête du Français,  ordonne la destruction du bastion, mais, devant la révolte des tribus privées d'une source importante de revenu il doit revenir sur sa décision. C'est avec le duc de Guise que l'accord est signé, la France dispose alors en Algérie de plusieurs places de commerce et le droit d'en ouvrir d'autres. C'est la grande époque de la piraterie en 8 ans les pirates algériens vont ramener 936 prises dont 80 bateaux français qu'il faudra racheter ainsi que leurs équipages fait prisonniers.

Louis 14 est sur le trône:
    Des accords de paix sont signés en 1689, en 1706 le conseil du roi reconnaît la compagnie d'Afrique constituée de commerçants marseillais. En 1730 ayant obtenu le droit d'exporter du blé, ses bénéfices sont évalués à 100 000 livres. En 1741 le conseil du roi  crée la Compagnie Royale d'Afrique qui aura le monopole du commerce avec l'Afrique et qui va connaître une grande prospérité. Marseille importe chaque année 720 000 quintaux de blé dont 120 000 en provenance d'Algérie. En dehors du blé, c'est toujours l'importation du corail, de la laine et du cuir qui est la principale activité de la compagnie..

La constituante:
En 1791 la Constituante , en raison de son hostilité aux privilèges décrète que tout Français est libre de commercer avec la barbarie. Le Dey d'Alger, devant le caractère aléatoire des relations avec la France impose le doublement de la redevance. Le comité de salut public supprime la Compagnie d'Afrique en 1794 le Bastion perd alors sa principale source de revenu, l'exportation du blé. Un commerçant juif qui a créé sa société Michel Cohen-Bacri profite de la situation et s'associe avec un coreligionnaire Neftali Busnach. Ils deviennent incontournables pour le commerce du blé.

Les Bourbons sont de retour, Louis 18 est au pouvoir puis Charles 10 (1824-1830)
Les deux Algérois Bacri-Busnach avaient, de 1793 à 1798,  fourni du blé à crédit à la République Française, l'argent avait été avancé par le Dey d'Alger . La dette n'était pas contestable mais différentes circonstances en avaient empêché le paiement. Le montant était contesté aussi une transaction aboutit à une convention le 28 octobre 1819  qui arrêta le solde à 7 millions de francs. La chambre des députés en autorisa le paiement le 24 juillet 1820. Bacri et Busnach touchèrent en France 4,5 millions et le solde fut versé à la Caisse des Dépôts et Consignations en attendant les mainlevées officielles. Pour le gouvernement Français l'affaire était réglée la somme déposée à la caisse des dépôts était à la disposition du créancier. Cependant Bacri et Busnach qui avaient perçu les 4,5 millions en France jugèrent qu'il était plus prudent ( et probablement plus rentable) de ne pas retourner en Algérie. Le dey ne cessait de réclamer son du et demandait l'extradition des deux protagonistes refusée par le gouvernement français.
L'État français avait manqué de prudence mais les problèmes étaient entre le Dey et ses mandants, pour l'État français la chose était réglée.

Charles 10, très contesté sur le plan intérieur espère probablement détourner les regards vers l'extérieur, rien de tel qu'un ennemi à combattre.
     Le 30 avril 1827 à l'occasion d'une réception le Dey accuse la France de vouloir le spolier et repousse le consul Deval avec son chasse mouches en plume et le menace de le faire arrêter et mettre en prison.
Le gouvernement français envoie alors deux missions navales l'une chargée d'évacuer le consul Deval et les nationaux français l'autre qui fut accomplie le 11 juin 1827, l'autre peu après conduite par le capitaine Collet pour obtenir des excuses. Les excuses demandées étaient inacceptables ce qui était probablement prévu puisque des précautions avaient été prises. Le Dey qui ne voit qu'une affaire privée refuse toute excuse. Le 15 juin la rupture est prononcée.

La flotte française fait le blocus de l'Algérie empêchant notamment les navires rescapés de la bataille de Navarin ( voir ci dessus) de regagner leur port.
Une ultime négociation eut lieu le 2 août sans résultat. Le 3 alors que le navire du plénipotentiaire De la Bretonnière quittait le port d'Alger un défaut de vent l'exposa pendant un temps long aux tirs des batteries côtières algériennes il essuya 80 coups de canons sans perte humaine et conserva sa mâture.

Le 12 mars 1830 le gouvernement informe les puissances étrangères de l'imminence d'un débarquement des troupes a Alger., 103 bâtiments de guerre , 350 transports de troupes, de l'artillerie et 40 000 soldats sont massés à Toulon. La flotte appareille le 25 mai 1830 avec à sa tête le Général Bourmont. Le 14 juin commence le débarquement des troupes près de Sidi Ferruch à 20 km d'Alger. Le 29 le siège de la ville commence, le 5 juillet Alger capitule, le dey abdique Bourmont est fait maréchal
 

Le texte ci dessus est tiré en grande partie de "France-Algérie: cinq siècles de relations passionnées"
Site: algérie-ancienne.com


 

         LES ORIGINES DE EXTREME DROITE

         
          - Au début de la Troisième République, l’historien et journaliste Paul Thureau-Dangin consacre, en 1872, une étude intitulée Royalistes et Républicains qui sera l’objet d’une seconde édition en 1888. Il confirme les origines de l’extrême droite :
« À côté, au-delà de la droite, et trop souvent dans la droite, la compromettant et l'entraînant, est un parti qui prétend avoir les mêmes principes et les exagère, qui montre un grand zèle pour les mêmes causes et ne fait, en général, que leur nuire ou même les perdre. Le nom de ce parti a varié suivant les temps. Sa prétention, d'ailleurs, a toujours été de se confondre avec la droite, d'être lui-même la vraie et l'unique droite. En 1815 on disait les « ultras », plus tard les « pointus », la « défection » ou la « contre-opposition ».Pour plus de facilité, disons l'extrême droite, bien que ce nom semble plutôt appartenir à notre vocabulaire actuel qu'à celui du commencement du siècle. Si l'on voulait rechercher la généalogie de l'extrême droite, il faudrait remonter jusqu'aux débuts de la Révolution. On la voit dès lors à l'oeuvre : elle contribue, avant 1792, à perdre la monarchie, en empêche le rétablissement
après le 9 thermidor, contrarie, souvent combat ouvertement les patriotiques efforts des grands royalistes, de Mounier, de Malouet, de Mallet du Pan, et même de Cazalès. Ouvrez au hasard les écrits de Mallet, de 1789 à 1800, vous y trouverez, gravés d'une main vigoureuse et souvent irritée, les traits de ce parti qu'il a rencontré sur son chemin, chaque fois qu'il a tenté de défendre ou de relever la cause royale. »

tiré de Hérodote.net : les origines de l'extrême droite


 

         ELECTRICITE
        

          - 1825 Sturgeon William* physicien britannique conçoit le premier électroaimant utilisable (voir la fiche)
          - En 1827 Ohm Georges* , physicien allemand, émet sa fameuse loi dite loi d'Ohm (voir la fiche)
          - 1829 Antoine Becquerel * met en évidence l'effet piézo-électrique ainsi que l'effet thermoélectrique, il conçoit une pile non polarisable (voir la fiche)
 

 

          CONTEXTE

         
- Mise en services des premiers omnibus à Paris , ils transporteront 5 millions de voyageurs en 1827, 75 millions en 1860
          - Après des essais effectués en 1825 avec la première locomotive à vapeur de George Stephenson , l'exploitation commerciale du chemin de fer à vapeur commence en Angleterre en 1829.
          - L'utilisation de la vapeur va provoquer la première révolution industrielle qui va se produire d'abord en Angleterre
          - Jean Baptiste Fourier décrit pour la première fois "l'effet de serre" dans son ouvrage " Remarques générales sur les températures du globe terrestre et des espaces planétaires" (1827)
        
 - Antoine Jérome Balard professeur à Montpellier découvre le Brome  en 1826
          - François de Larderel , inventeur français, à l'idée d'utiliser l'énergie thermique jaillissant des étangs de Montecerboli (Toscane) pour chauffer ses chaudrons dans lesquels il séparait le bore des boues (géothermie 1827)
          - En 1830 , c'est un navire à vapeur qui transporte l'obélisque de Louxor
          - création de l'école centrale des Arts et Manufactures

* Pour plus de détails ouvrir le site d'histoire de l'électricité

 

précédentes: Louis 18 Informations économiques - Charles10 suivantes Louis Philippe
         
 Alors que le projet de  budget de 1828 prévoyait un déficit de 38 millions, pour la première fois le budget présente un déficit depuis l'évacuation des troupes étrangères,  le déficit atteint en réalité 200 millions
Après 10 ans de prospérité, le pays entre en récession baisse des prix, baisse des salaires (-30% pour les ouvriers) forte augmentation des faillites et du chômage. Mauvaise récolte de pomme de terre et de grain. Le prix du grain a augmenté de 60% par rapport à 1825. L'hiver 1828/29 est particulièrement rude , des soupes populaires sont mises en place et des cartes de pain sont distribuées. Une bonne récolte en 1829 fait baisser le prix du pain , la situation économique se rétablit petit à petit au printemps 1830.

 

 

QUI GOUVERNE CHEZ NOS AMIS ET/OU ENNEMIS
 

GRANDE-BRETAGNE
Souverain Georges 4 ( 1820 - 1830 ), Guillaume 4 (1830 - 1837), Victoria (1837 - 1901)
Premier Ministre Robert Jenkinson (1812 - 1827), George Canning (1827), Frederick Robinson (1827 - 1828), Arthur Wellesley (1828 - 1830), Charles Grey (1830 - 1834),
ESPAGNE
Souverain Ferdinand 7 (1808 et de 1813 à 1833), Isabelle 2 (1833 - 1870)
PORTUGAL
Souverain   Jean 6 le Clément ( 1816 - 1826 ), Pierre 4 le roi soldat ( 1826 - 1826), Marie 2 l'Educatrice ( 1826 - 1828 ), Michel 1er l'Usurpateur (1828 - 1834 )
ETATS-UNIS D'AMERIQUE
Président James Monroe (1817 - 1825) John Quincy Adams ( 1825 - 1829 ), Andrew Jackson ( 1829 - 1837 )
PRUSSE
Souverain Frédéric-Guillaume 3 (1797 - 1840), Frédéric Guillaume 4 (1840 - 1861 )
AUTRICHE
Souverain François 2 ( 1792 - 1835)
RUSSIE
Souverain - Tsar Alexandre 1er ( 1801 - 1825 ), Nicolas 1er (1825 - 1855)

 

 

LA POLITIQUE DES VOISINS.
Les papes et la religion catholique

Léon 12 (1823-1829), Pie 8 (1829-1830)
En Allemagne: 
A partir de  1828  des unions douanières se créent entre différents états d'Allemagne
En Angleterre: 
En 1820 Georges 4 (1820-1830) succède officiellement à son père Georges 3 mais en fait la raison chancelante de son père  l'avait amenée à la régence en 1811. Alors que Napoléon lui demande asile, il le fait déporter à Sainte Hélène. Étroitement conservateur il édicta des lois contre la liberté de la presse et eut à faire face à des troubles incessants en Irlande. Il s'opposa au démantèlement de la France afin de préserver l'équilibre des puissances et condamna l'expédition française en Espagne (1823). Il se rapprocha des libéraux  et en 1829 le cabinet Wellington accorda l'émancipation des catholiques.
En Espagne: 
Charles 4 (1788-1808) fils et successeur du précédent ( Charles 3 ) se laisse dominer par sa femme Marie Louise de Parme et par le favori de celle-ci Godoy. Pressé de mettre fin à la guerre contre la France (1793-1795) il conclut une alliance qui le lie à Napoléon qui l' entraîne dans une guerre désastreuse contre l'Angleterre qui remporte la victoire de Trafalgar (1805)  et dépossède l'Espagne de ses plus belles colonies. Napoléon l'oblige à abdiquer en 1808 et place sur le trône d'Espagne son frère Joseph Bonaparte. C'était mal juger du peuple espagnol qui trois jours plus tôt , le "Dos de Mayo" s'était révolté, c'était le début de la guerre d'indépendance. Malgré les victoires remportées par Napoléon  elle ne s'acheva qu'avec l'abdication de celui-ci et contribua beaucoup à son affaiblissement . Pendant la guerre d'indépendance, la junte composée d'intellectuels et de bourgeois réfugiée à Cadix rédigea une constitution (1812) inspirée de celle des révolutionnaires français. Malgré la promesse de  Ferdinand 7 (1814-1833)  de respecter cette constitution, il s'empressa de l'abolir. Cette politique provoqua en 1820 une insurrection qui obligea Ferdinand à rétablir cette constitution. En 1822 au congrès de Vérone, à l'instigation de Chateaubriand les puissances de la sainte alliance décidèrent d'intervenir en Espagne. L'armée française écrasa le mouvement libéral espagnol, rétablit Ferdinand 7 dans toutes ses prérogatives et inaugura dix années de terreur (1823-1833) pendant que l'Espagne perdait pratiquement toutes ses colonies.

 

Louis 18 Répertoire alphabétique Liste des documents

Retour à la page d'accueil

Retour au tableau synthétique Louis-Philippe

 

Informations sur la fiche
Numéro 102/144
Numéro -Capétiens Bourbons 7/8
Dernière révision 02/09/2021