Les Huns

 

    L es Huns, qui jusque là étaient parfaitement inconnus, surgissent dans l 'Empire romain vers 375 . Ils vont faire trembler l'empire romain au point qu'on pourra envisager sa disparition . A leur tête, à partir de 435 deux frères Attila et Bléda. En 444 Attila tue son frère et va exercer un pouvoir absolu. Son pouvoir s'étend à toutes les tributs germanique s au nord du Danube, Ostrogoths, Alains, Gépides, Burgondes, Thuringiens, et même certains Francs Rhénans (ou Ripuaires). Sont empire est aussi étendu  que l'empire Romains et dans son empire où la violence règne, c'est la soumission ou la mort .
    La technique de conquête d'Attila consiste à fondre sur un objectif d'en massacrer la population et ravager tout ce qu'il peut. Sa réputation alors va le précéder jetant un tel l'effroi que le reste se fera sans combattre, tous les peuples fuyant à son approche. C'est une technique terroriste. Les cavaliers sont montés sur des petits chevaux très robustes. Leur arme principale est un arc à double courbure en os et une trentaine de flèches à pointe triangulaire dans un carquois. Leur technique de combat consiste fréquemment à simuler une fuite, lorsque certains des poursuivants se sont détachés   ils se retournent et abattent les premiers. Les Alains , qui sont leurs alliés , eux sont spécialisés dans la charge lourde. Montés sur de forts chevaux , vêtus d'une solide cuirasse et armés d'une lance de 3 mètres ils chargent en rangs serrés de façon irrésistible. 
    Face à cette machine de guerre,  Valentinien 3 empereur d'Occident (425-455) il a 6 ans sous la tutelle de sa mère Galla Placidia et Théodose 2 empereur d'Orient (408-450), le plus doux des hommes. Seul Aetius sorte de vice-empereur est capable de mener les armées "romaines" composées en parti e de "barbares" au service de Rome.
    N'ayant pu s'opposer à Attila, de 430 à 451 Théodose lui paiera un tribut en or. En 447 ayant appris que les murs de Constantinople se sont effondrés sous l'effet d'un tremblement de terre,
Attila fonce sur la ville mais arrive trop tard, les habitants ont remonté les murs. Au passage il ravage la Thrace ( Bulgarie) et pille la Grèce . En 451 il franchit le Rhin avec une armée imposante (certains citent le nombre de 500 000 cavaliers) , il pille et ravage Metz . Comme d'habitude les populations effrayées fuient. A Paris  Geneviève jeune fille issue d'une famille noble, très pieuse, membre du " conseil municipal " parvient à convaincre la population de ne pas abandonner la ville et parvient à créer une alliance entre Aetius et ses troupe "romaines" , les Wisi goths de Toulouse de Théodoric 1er et les Francs de Childéric . Elle sera considérée comme le sauveur de Paris . La coalition parvient à chasser Attila d'Orléans et le bat aux Champs Catalauniques ( près de Troyes) marquant un premier coup d'arrêt dans la progression des Huns. Ils s'orientent alors vers l'Italie, ravagent Aquilée près de Venise comme ils l'on fait pour Metz puis c'est le tour de la plaine du Pô. Malgré cela le pape décide de rester à Rome pendant que l'empereur d'Orient Marcien (450-457) envoie des troupes en Italie et attaque les territoire s des Huns au nord du Danube. Attila dont les troupes sont décimées par la dysenterie (certains diront la peste) craint une nouvelle défaite qui le priverait du butin qu'il a accumulé. Au cours d'une entrevue avec le pape Léon 1er il accepte de se retirer.
     L'année suivante au cours d'un banquet trop arrosé Attila meurt. Ses trop nombreux fils se disputent l'héritage et l'empire d'Attila s'effondre.

(Texte réalisé principalement à partir d'un article de Michel Rouche paru dans Historia Thématique "Les Barbares" de septembre 2009)

Réalisé en octobre 2009

Document N° 007

 
Voir également
Les Goths Les Ostrogoths Les Wisigoths Les Vandales Les Francs Les Burgondes