LES CROISADES

Première Croisade (1096-1099):

Le contexte est controversé, les pèlerinages pouvaient-ils avoir lieu ou pas? ou simplement étaient-ils rendus plus difficiles par la guerre entre les byzantins et les seljoukides? le pape espérait-il pouvoir réunifier l'église en apportant une aide aux chrétiens d'orient? Toujours est-il que Urbain 2 relayé par des prédicateurs comme Pierre l'Ermite   décrivant les malheurs réels ou imaginaires des pèlerins qui désiraient se recueillir sur le tombeau du Christ trouva un auditoire très réceptif auprès du petit peuple comme auprès des nobles. Il fallait délivrer les lieux saints.

Des villages entiers se dépeuplèrent et la croisade prit dans certains endroits l'allure d'une migration. La croisade populaire, mal armée, mal encadrée conduite par des chefs improvisés tels Pierre l'Ermite et Gautier Sans Avoirs partit la première, elle traversa l'Europe centrale commettant au passage toutes sortes d'exactions, pillages, massacres de Juifs, 12000 d'entre eux parvinrent en Asie et se firent massacrer par les Turcs.

La croisade des barons se divisa en 4 groupes : les Français du nord, les Lorrains et les Allemands prirent la route de Hongrie, sous le commandement de Godefroi de Bouillon et de son frère Baudoin. Les Normands croisade1_2.JPG (85869 octets)et les Français du centre commandés par le frère de Philippe 1er (qui ne pouvait pas participer étant excommunié),Hugues comte de Vermandois et Robert de Courteheuse duc de Normandie passèrent par l'Italie. Les Français du sud conduits par le comte de Toulouse Raymond de Saint Gilles et le légat pontifical Adhémar de Monteil gagnèrent Constantinople par la cote adriatique . Les Normands de Sicile menés par Bohémond de Tarente et son neveu Tancrède voyagèrent en partie par la mer. Ce furent  environ 30000 hommes qui se retrouvèrent à Constantinople  en mai 1097. Ils s'emparèrent de Nicée, capitale des Seljoukides et, après un siège de 8 mois, d'Antioche. Bientôt ils furent eux mêmes prisonniers dans les murs d'Antioche assiégés par les Turcs. La faim fut terrible . Un jour, à la nouvelle de la découverte dans une église de la ville de la Sainte Lance (celle qui avait percé le flanc du Christ sur la croix) dans un grand élan de foi ils réussirent à se dégager. Poussés par l'intérêt, les chefs voulaient conquérir des territoires certains partirent pour la région d'Edesse, d'autres vers Antioche et vers Tripoli (nord Liban) . Enfin en 1099, les Croisés arrivaient devant Jérusalem qui entre temps était passée aux mains des Musulmans d'Egypte. La ville était bien défendue et les puits des environs comblés néanmoins le 15 juillet 1099 les Croisés prenaient Jérusalem et y faisaient un carnage.

Les Croisés décidaient d'occuper définitivement la Syrie etKrac1_6_br2.jpg (22194 octets) la Palestine aux trois états latins d'Orient  d'Edesse, Antioche et Tripoli s'y ajouta le Royaume de Jérusalem qui était confié à Godefroi de Bouillon parce que le plus pieux mais qui mourut l'année suivante et fut remplacé par son frère Baudoin qui sera le véritable créateur du royaume de Jérusalem. De nombreux Croisés s'en retournèrent et comme il fallait défendre ces territoires  des ordres de religieux-soldats (laïcs) furent créés comme les Hospitaliers en 1113, les Templiers en 1118  (qui prirent ce nom car ils  étaient installés dans un ancien temple de Jérusalem) . Ils construisirent de puissantes forteresses tel le Krak des chevaliers (photo ci-contre)

Des relations commerciales très actives s'établirent avec les ports de l'Italie (Gènes, Pise et plus tard Venise) et la prospérité des états fut fatal à l'idéal primitif de la croisade . Baudoin meurt en 1118 , son cousin, Baudoin 2 en 1131 lui succède, d'âpres rivalités d'intérêts particuliers se mettent à déchirer les Francs alors que les atabegs (titre turc, "père seigneur", "délégué du Calife") de Mossoul (ville d'Irak) réalisaient l'unification de la Syrie.

Vue du coté arabe et turque
( d'après le livre de Amin Maalouf "les croisades vues par les Arabes")

En 1096, le Sultan Seldjoukide (1) de Roum (2)  Kilij Arslan qui a 17 ans apprend que des milliers de Francs ( les turques les appellent Franjs) approchent. En Août 1096 les Francs
 franchissent le Bosphore commettant toutes sortes d'exactions et de pillages sur leur passage. Le jeune Sultan qui bénéficie d'une connaissance du pays n'aura pas de mal à venir à bout de ces envahisseurs, sans structures, sans véritable commandement. Ils seront rapidement exterminés.
Cependant en 1097 , lorsqu'arrive une nouvelle vague de Francs
 il est en guerre contre un rival et mésestime le danger. C'est avec stupeur qu'il apprend que les croisés et les troupes de l'Empereur de Byzance assiègent Nicée. Il est trop tard pour sauver sa capitale. Elle capitule au profit de Alexis Comnène  le Basileus (3), les Francs
 n'insistent pas.
Les Turques ne sont pas habitués à lutter contre des guerriers recouverts d'armure et maîtrisant l'art de la guerre.
Arslan va subir une défaite cuisante , il ne devra son salut qu'à la fuite. Cet évènement va effrayer jusqu'à Damas. Le 21 octobre 1097 les Francs
 sont sous les murs d'Antioche. L'Emir (4) d'Antioche Yaghi Siyan avait fait sortir les chrétiens de peur qui le trahissent. Pour les musulmans, ceci n'a rien d'anormal puisque Antioche jusqu'en 1084 était territoire du Basileus. La solidarité musulmane n'existe pas , pour prêter main forte , il faut y avoir intérêt.
A cette époque la vie dans ces régions est dominée par la lutte de deux frères Redwan roi d'Alep et son jeune frère Doukak roi de Damas. Redwan en accèdant au trône d'Alep en 1095 a fait étrangler ses deux jeunes frères mais un troisième réussit à s'échapper Doubak. Alep est proche d'Antioche mais Siyan n'a pas confiance en Redwan , il appelle à l'aide Doubak. Celui-ci hésite à se mettre à la merci de son frère. Il va cependant venir au secours d'Antioche mais rencontrant en route une troupe de Francs
 il comprendra que l'ennemi est coriace et rebroussera chemin. Siyan appelle alors Redwan , les Francs
 qui assiègent Antioche sont affamés, alors que les assiégés ont de grandes réserves, la pluie ne cesse de tomber, les Francs
 pataugent , ils sont obligés de faire des razzias dans la région d'Alep ce qui motive  Redwan mais celui-ci va subir une lourde défaite. Siyan décide alors de demander de l'aide à l'Emir Karbouka gouverneur de Mossoul qui est à plus de deux semaines de marche d'Antioche. Karbouka réunit une armée mais durant l'approche , il apprend que des Francs
 menés par Baudoin se sont emparés d'Edesse. Il craint d'être pris entre deux feux et décide de marcher sur Edesse.

Pendant ce temps suite à une trahison Antioche tombe aux mains des Francs
 le 3 juin 1098, après 200 jours de résistance, qui massacrent la population . Le fils de  Siyan, Cham s'est enfermé dans la citadelle avec une troupe difficilement prenable, les Francs
 se contentent de l'encercler. C'est alors que les troupes de Karbouka arrivent Cham pourra sortir de son réduit, les Francs
 d'assiégeants sont devenus assiégés. L'armée musulmane n'est pas homogène certains émirs ne pensent qu'à mettre les autres en difficulté. Si l'un d'entre eux brille trop ça va mettre les autres en difficulté aussi certains émir quittent Antioche et parmi les autres c'est la débandade. L'armée musulmane se disloque sans combat. Le Franj Bohémond devient le maître d'Antioche
Devant la déliquescence des forces musulmanes les Francs poursuivent leur progression, équipées sauvages les Francs marquées par la faim. Ils vont prendre Maara près d'Antioche et se livreront à l'anthropophagie sous les yeux horrifiés des musulmans. ( Des récits relatent ces faits aussi bien du coté musulman que du coté chrétien)  Pendant trois jours, malgré la promesse faite aux notables de la ville ils tueront des milliers de musulmans puis détruiront la ville. Une ville qui s'enorgueillissait d'être la patrie d'un célèbre poète aveugle Aboul-Ala al-Maari qui classait les hommes en deux parties, ceux qui ont un cerveau et pas de religion et ceux qui ont une religion et pas de cerveau.

Les musulmans vont payer cher leurs dissensions et leur individualisme. Ils vont voir les croisés comme des barbares incultes dont les seules qualités sont guerrières. L'objectif des croisés menés par Saint-Gille est Jérusalem, aussi les musulmans terrorisés vont chercher à se réfugier vers l'intérieur de la Syrie. Sur le chemin qui mène à Jérusalem les paysans se réfugient notamment dans la "citadelle des Kurdes" Hosn-el Akrad , les Francs l'assiègent, les paysans dans une lueur astucieuse ouvrent les portes et laissent s'échapper les animaux. Dans les rangs des Francs qui souffrent de la faim, c'est la panique chacun veut assurer sa subsistance, pendant la nuit la citadelle se vide discrètement et le lendemain les Francs seront surpris de trouver la citadelle abandonnée , ils pourront alors l'occuper. C'est cette citadelle qui deviendra le "Krak des chevaliers"
Un proverbe local dit "le bras que tu ne peux pas casser embrasse le et prie dieu pour qu'il le casse" de partout les présents affluent pour s'attirer les bonnes grâces des Francs et surtout éviter tueries et pillages, spécialités des barbares occidentaux. Malgré les présents reçus, les Francs font le siège de Tripoli qui résiste trois mois finalement les envahisseurs abandonnent et poursuivent leur chemin vers Jérusalem.

Le 7 juin 1099  ils arrivent sous les murs de Jérusalem. Toutes les villes sur leur passage ont fait allégeance pratiquement sans combattre, Beyrouth, Saïda, Tyr, Acre. Jérusalem avait été conquise par Al Afdal  qui était l'homme fort du Caire. Il avait conclu un accord avec Alexis Comnène le Basileus pour se partager la Syrie mais les Francs se souciaient peu de l'un comme de l'autre et maintenant Al-Afdal se voyait face aux Francs. C'est donc une garnison égyptienne qui se trouve face aux Francs, les cavaliers sont arabes et les archers soudanais et ils ont fait d'énormes provisions et préparés des feux grégeois , mélange de pétrole et de soufre dans une cruche qu'on enflamme , lancés sur les tours des assaillants ils créent des incendies difficiles à éteindre . Malgré cela la ville fut prise rapidement et les troupes qui s'étaient réfugiées dans la citadelle purent sortir sans être inquiétées après tractations avec les Francs, car les assaillants se voyaient privés de pillage pendant que les autres se servaient. Les massacres durèrent cinq jours. L'armée égyptienne envoyée au secours de Jérusalem arrive vingt jours après la prise de la ville, elle est taillée en pièces par les Francs.

En 1100, quelques bonnes nouvelles finissent par parvenir aux musulmans et leur redonner un peu d'espoir , Saint Gille qui menait la conquête de la Syrie et qui visait la Syrie intérieure suite à des désaccords avec les autres chefs francs vient de s'embarquer pour Constantinople et ne devrait plus revenir. Puis le maître de Jérusalem Godefroi de Bouillon a été tué par une flèche au siège d'Acre, il est remplacé par Baudoin le maître d'Edesse, puis c'est Bohémond le maître d'Antioche qui s'est fait capturer par le Turc Danishmend  . Bohémond est tenu prisonnier à Niksar au nord-est de Ankara   (450 km)
En mai 1101, nouvelle arrivée d'occidentaux, catastrophés les musulmans se préparent à de nouvelles tueries. C'est Saint-Gille de retour qui mène les troupes. Mais personne ne les voit arriver. Il ont pris la direction d'Ankara, ils vont délivrer Bohémond, 800km à pied sous le soleil dans des armures brûlantes. Ils seront taillés en pièce et Saint-Gille s'en tirera de justesse.
Les musulmans qui ont le bénéfice du nombre ne savent pas utiliser leurs victoires ainsi Bohémond prisonnier Antioche reste sans chef et sans défense les musulmans n'en profite pas pour conquérir la ville et plus, Bohémond est libéré moyennant rançon.
En mai 1104 les francs mènent une tentative de conquête vers l'est, ils tentent de prendre la ville d'Harran  clef de la route d'Irak, ils vont être défaits par le maître de Mossoul, Bohémond et Tancrède réussissent à s'échapper, suite à cette défaite au grand retentissement  Bohémond rentrera définitivement dans son foyer. Cependant le cousin de Baudoin qui l'a remplacé à Edesse, Baudoin II  est fait prisonnier. Les Francs détiennent une princesse à laquelle le maître de Mossoul est très attaché, il propose aux Francs d'échanger celle-ci contre Baudoin II ou une rançon. La réponse en dira long sur les motivations des Francs, ils choisissent la rançon. Ce n'est pas pour autant que les Musulmans en profitent pour reconquérir Edesse.

Les francs poursuivent leurs conquêtes, c'est Tripoli d'abord qui va résister deux milles jours et au cours des batailles Saint-Gille va y trouver la mort. Son cousin le Comte de Cerdagne et le fils de Saint-Gille ( Ibn Saint-Gille pour les musulmans) vont prendre la ville . La ville sera pillée, les habitants expulsés ou vendus comme esclaves. La bibliothèque qui contenait des milliers d'ouvrages, ouvrages impies,  fut incendiée. Ibn Saint-Gille attendra la prise de la ville pour assassiner le comte de Cerdagne. Le 13 mai 1110 c'est le tour de Beyrouth , les habitants seront massacrés . L'été suivant le souverain de Norvège Sigurd arrive avec soixante vaisseaux pour accomplir son pèlerinage et mener la guerre. Il aide Baudoin à faire le siège de Saïda. Les habitants se rendent le 4 décembre 1110 ils auront la vie sauve mais doivent quitter la ville.
En 1118 Baudouin avec une troupe réduite , deux cents chevaliers et quatre cents fantassins envahit l'Egypte. Il atteindra le Nil mais il tombe malade et meurt pendant son rapatriement Al Afdal le maître de l'Egypte ne se remettra pas de cette humiliation et sera assassiné trois ans après. Le 28 juin 1119 le nouveau maître d'Alep Ilghazi décime l'armée d'Antioche dont le maître sir Roger trouve la mort. Il n'ira pas plus loin et ne cherchera pas à prendre Antioche.
En 1122 Balak qui a remplacé Ilghazi parvient à capturer le nouveau maître d'Edesse Jocelin ainsi que  Baudouin II qui était venu à son secours. Mais Balak sera tué au cours d'un siège. Son successeur , le fils d'Ilghazi libèrera Baudouin moyennant rançon
En 1123 une flotte vénitienne surprend la flotte égyptienne qui protégeait Tyr et en fait le siège par la mer pendant que les Francs le font par la terre . Cette fois aucun approvisionnement n'est possible, Tyr se rend ses habitants devront quitter la ville mais il n'y aura pas de tuerie.
En 1130 le maître d'Antioche, le fils de Bohémond , Bohémond II est tué, son épouse Alix  fille du roi de Jérusalem Baudoin prend le pouvoir et demande l'aide de Zinki gouverneur turc de Mossoul et d'Alep. Mais son père Baudoin vient rétablir l'ordre. En 1131 Baudoin meurt, Foulque d'Anjou prend sa succession. Peu de francs ont eu des descendants mâles car la mortalité enfantine était très importante, les Francs n'avaient que peu de connaissance en hygienne. Les Arabes les considéraient comme des primitifs intégristes qui n'avaient aucune connaissance médicale.
En 1137 Zinki assiège Baarin forteresse franque qui protège Tripoli. Il parvient à isoler complètement la forteresse. Les Francs ne connaissait pas l'utilisation des pigeons voyageurs, ils ne purent donc pas appeler au secours. Les assiégés parmi lesquels Foulque d'Anjou durent se rendre ils abandonnent la citadelle et paient une forte rançon, moyennant quoi ils purent quitter la forteresse sans être inquiétés. Ceci achevé Zinki peut se consacrer à la prise de Homs qu'il convoite depuis longtemps
A Damas , le maître étant mort , son fils Ismaël prend sa succession  mais celui-ci est pratiquement fou, il fait tuer toute personne de son entourage qui ne lui plait pas. Sa mère Zomorrod le fait assassiner (1135)  et place son jeune frère Mahmoud sur le trône .
Zinki montre une autre facette de sa personnalité, il épouse Zomorrod qui lui apporte Homs en dot. Zinki est alors maître de Mossoul, d'Alep, et de l'ensemble de la Syrie centrale. Alors que Mahmoud est assassiné, Zinki dirige son armée vers Damas mais en passant il assiège Baalbek et se livre à des atrocités de façon à faire peur aux habitants de Bagdad, mais cela aura l'effet contraire et Ounar vieil ennemi de Zinki conclu un accord avec les Francs de Jérusalem, une sorte de protectorat, Zinki renonce.
 En 1144 il reprend la ville d'Edesse qui était aux mains des Francs depuis cinquante ans.
Les succès de Zinki fait monter l'espoir dans le monde Arabe mais en 1146 Zinki est assassiné par un de ses eunuques. Ceci n'empêchera pas le monde occidental de s'émouvoir du danger qui pèse sur les lieux saints. Ce sera la motivation de la seconde croisade.
 


(1) Seldjoukide: Nom d'une tribu turque issue du Turkestan. Le Sultanat seldjoukide de Roum correspond grosso modo à l'Anatolie
(2) Roum : Pays des Romains dont la capitale à l'époque des croisades est Nicée (actuellement Izmit en Turquie) située à une centaine de kilomètres à l'est de Istambul. Pour les turques Roum désigne Byzantins et Syriens de rite grec, ils se disent sujets du Basileus
(3) Basileus: Empereur de Byzance
(4) Emir : Chef militaire, gouverneur

  Fiche revue le 30/05/2013

document N° 025

PAGE D'ACCUEIL

INDEX ALPHABETIQUE LISTE DE TOUS LES DOCUMENTS SECONDE CROISADE