L'histoire mouvementée de

BRUNEHAUT ( ou Brünhild 543 - 613)  ET FREDEGONDE ( 545 - 597)
(attention il faut s'accrocher)

La famille mérovingienne se distingue par ses mœurs barbares, on a déjà vu que les frères de Clodomir, après son décès, n'ont pas hésité à faire assassiner ses fils pour se partager son royaume, mais ceci n'a rien d'exceptionnel. Brunehaut et Frédégonde ne seront pas de reste.

Clotaire 1er avait eu quatre fils, Caribert, Gontran, Sigebert et Chilpéric. Caribert meurt en 567. Vers 566 Sigebert fait un beau mariage en épousant  Brunehaut la seconde fille du roi des Wisigoths Athanagilde ( de l'Espagne actuelle). La jeune femme richement dotée devient reine d'Austrasie.

Jaloux,  Chilpéric 1er, répudie sa première femme Audovère et demande en mariage la sœur de Brunehaut, Galswinthe. Le mariage se fait et Galswinthe chargée de riches présents rejoint son mari. Mais Chilpéric a pour maîtresse Frédégonde, une suivante d'Audovère, Galswinthe ne peut l'admettre et menace de retourner au foyer paternel. Chilpéric ne voulant pas perdre la dote laisse Frédégonde étrangler Galswinthe et épouse Frédégonde.

Brunehaut ne pense qu'à laver l'offense et Sigebert, qui convoite la Neustrie royaume de Chilpéric, ne se fait pas prier pour engager la guerre contre son frère .

Alors que Chilpéric est enfermé dans Tournai et que les Neustriens son prêts à reconnaître Sigebert comme souverain (575), Frédégonde soudoie des proches de Sigebert pour l'assassiner. Cet assassinat retourne la situation et Brunehaut est faite prisonnière par Chilpéric.

Pendant sa captivité Brunehaut séduit un des fils d'Audovére,  première épouse de Chilpéric,   Mérovée, qui l'épouse (576). Chilpéric qui au départ semblait avoir accepté ce mariage se ravise fait rechercher son fils qui dans sa fuite trouve la mort. Il reproche à l'évêque Pretextat de les avoir marié et veut le faire juger par un concile. Frédégonde n'attendra pas le jugement, en 586 elle   fait assassiner l'évêque dans sa cathédrale. Devant le danger que représente Audovère et son dernier fils vivant Clovis qui , en cas de décès de Chilpéric serait été l'héritier du trône, Frédégonde les fait assassiner  en 580

Chilpéric, à son tour,  est assassiné en 584 , sans qu'on sache qui en est l'auteur. Tout le monde y voit la main de Brunehaut, cependant il pourrait être aussi le fait du maire du palais de Neustrie Landry avec lequel Frédégonde avait des relations. Bien que des doutes pèsent sur la paternité de Chilpéric, le fils de Frédégonde très jeune est reconnu comme Clotaire 2 successeur de Chilpéric et Frédégonde comme régente.

Gontran roi de bourgogne dernier fils survivant de Clotaire 1er devient donc l'arbitre entre les deux femmes. Il adopte comme successeur le fil de Brunehaut (traité d'Andelot en 587) Childebert 2. Il lui succèdera à sa mort en 592. Childebert 2  meurt en 595 laissant deux fils, Théodebert 2 et Thierry 2, qui n'ont que 10 et 11 ans, Brunehaut leur grand-mère assure la régence.

Frédégonde meurt en 597. Brunehaut reste maîtresse des évènements. Elle tente de restaurer l'autorité royale sur l'aristocratie et l'église et se heurte aux grands. En 599,  Théodebert 2 se débarrasse de la tutelle de Brunehaut  qui se réfugie chez son second petits fils Thierry 2. Les deux petits fils s'allient contre Clotaire 2 fils de Frédégonde puis se font une guerre impitoyable. Théodebert 2 prisonnier est mis à mort par son frère ainsi que son fils Mérovée (612 ).  Thierry 2 meurt peu après (613).

Après la mort de ses deux petits fils  Brunehaut  tente de récupérer le pouvoir mais son autorité est minée par un parti de seigneurs austrasiens dévoué à Clotaire 2. Les chefs de ce parti , Pépin de Landen et l'évêque Arnould de Metz appelèrent Clotaire 2 en Austrasie et lui livrèrent Brunehaut. il la fera supplicier et mourir à Renève près de Dijon en 613.

 

 

Fiche revue le 15/02/2010

Document N° 014