Extrait de l'encyclique "Rerum novarum" du pape LÉON 13

Intitulée "de la condition des ouvriers" 15 mai 1891.

 

Nous sommes persuadé, disait Léon XIII, et tout le monde en convient, qu'il faut, par des mesures promptes et efficaces, venir en aide aux hommes des classes inférieures, attendu qu'ils sont pour la plupart dans une situation d'infortune et de misère imméritée. Le dernier siècle a détruit, sans rien leur substituer, les corporations anciennes, qui étaient pour eux une protection : tout principe et tout sentiment religieux ont disparu des lois et des institutions publiques, et ainsi, peu à peu, les travailleurs isolés et sans défense se sont vus avec le temps livrés à la merci de maîtres inhumains et à la cupidité d'une concurrence effrénée. Une usure dévorante (usura vorax) est venue s'ajouter encore au mal. Condamnée, à plusieurs reprises par le jugement de l'Église, elle n'a cessé, d'être pratiquée sous une autre forme par des hommes avides de gain, d'une insatiable cupidité. A tout cela, il faut ajouter le monopole du travail et des effets de commerce, devenus le partage d'un petit nombre d'hommes opulents, qui imposent ainsi un joug presque servile à l'infinie multitude des prolétaires.

Extrait de Histoire de France contemporaine - de 1871 à 1913 - Larousse

Fiche revue le 17/02/2010

Document N° 064